Economie

Les Girondins de Bordeaux à l’heure de l’austérité

Champion de France en 2008/09 avec Laurent Blanc comme entraineur, les Girondins ne semblent plus en mesure de luter pour de tels résultats. Par l’intermédiaire de son président, l’actionnaire majoritaire du club M6 a indiqué que le club se devait d’être astucieux dans les années à venir pour maintenir son rang. Explications…

Nicolas de Tavernost, président de M6, a récemment donné une interview au quotidien L’Equipe concernant les Girondins de Bordeaux. Selon lui, M6 ne jouera jamais à l’actionnaire multimilliardaire capable d’éponger plusieurs dizaines de millions d’euros de dette par saison. Le rôle de M6 ne sera jamais celui tenu par QSI au PSG. Et De Tavernost entend bien faire passer ce message au sein des décisionnaires du club et auprès des supporters.

Son mot d’ordre est « devenir astucieux ». Selon lui, les Girondins de Bordeaux doivent faire aussi bien voire mieux avec des moyens limités. Pour Nicolas de Tavernost, l’objectif principal est de construire un club sein économiquement, capable de subvenir à ses propres besoins. En d’autres termes, le club doit dégager des bénéfices pour investir plus d’argent.

Les Girondins de Bordeaux doivent continuer à faire baisser leurs charges

Aujourd’hui, le club est encore loin de réaliser des bénéfices. En 2011-12, le club a perdu plus de 14 millions d’euros ! Il s’agissait du troisième déficit le plus important de Ligue 1. Pour l’exercice 2012-13, il se murmure que le déficit sera divisé par deux. Mais l’actionnaire devra tout de même éponger une perte évaluée à 7 millions d’euros.

Ces déficits récurrents depuis 5 ans sont dus à une structure des coûts dimensionnés pour la Ligue des Champions alors que le club ne dispute plus cette compétition. La masse salariale a explosé sous l’ère Laurent Blanc et les salaires ont continué à être élevés lors des transferts réalisés sous Jean Tigana. Aujourd’hui, Bordeaux paie des salaires mensuels à 6 chiffres pour des joueurs mineurs de l’effectif (Ben Khalfallah par exemple). La masse salariale qui se situe autour de 50 millions d’euros, doit être rapidement amenée à 35 millions d’euros.

Trouver un modèle économique rentable pour les Girondins de Bordeaux

Dans l’optique de trouver un modèle économique auto-suffisant, M6 cherche également à accroitre les revenus du club. En ce sens, il a poussé auprès des collectivités pour accorder des subventions et faciliter la construction du nouveau stade. Réalisé par Vinci, il devrait coûter 165 millions d’euros pour une capacité de 43 000 places. Un partenariat public-privé a été conclu.

En attendant d’accroître les revenus, Bordeaux a du se séparer d’un de ses meilleurs éléments : Benoit Trémoulinas parti à Kiev contre un chèque de 5 millions d’euros. Et les supporters se demandent bien qui viendra remplacer le talentueux arrière gauche dans l’effectif 2013-14…

Trémoulinas

Le néo international français Benoit Trémoulinas est parti pour le Dynamo Kiev. Le montant de l’opération est estimé à 5 millions d’euros.

Google Plus

Articles populaires

To Top
Tweetez
Partagez
Partagez

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer