Economie

Gourcuff en désaccord avec la politique financière du FC Lorient

Le manager général du FC Lorient, Christian Gourcuff, a livré une interview dans le journal l’Equipe au sein de laquelle il affiche son désaccord avec la stratégie opérée par son club. Un divorce avec son président Loic Fery semble inévitable en fin de saison…

Le transfert de Mario Lemina dans les dernières heures du mercato de Lorient vers l’OM a laissé beaucoup de traces dans la vie des Merlus. Sur le plan sportif, le club a du mal à se relever de ce coup dur. Les Bretons figurent à une inquiétante 18ème place en pratiquant un style de jeu qui ne lui ressemble pas. En plus de l’aspect sportif, ce transfert a érigé une cassure entre Christian Gourcuff et son président Loic Féry.

Christian Gourcuff est littéralement écœuré par la tournure que prend la gestion du FC Lorient. Il ne souhaite pas un management financier pour son club de toujours…Hic ! Son président, Loic Féry, est un as de la finance dans le quartier de la City à Londres. Et il compte employer les mêmes méthodes pour faire grandir le club.

Christian Gourcuff dénonce les artifices comptables

Dans l’entretien accordé à nos confrères de l’Equipe, Christian Gourcuff revient sur les maquillages comptables opérés par les clubs et les logiques de court terme qui en découlent. Il cite l’exemple de la vente de Mario Lemina et il regrette d’avoir perdu en un an Mvuemba, Romao et Lemina au cœur du jeu lorientais. Entre les lignes, on peut y voir la dénonciation d’un système spéculatif : vendre un joueur cher pour en recruter trois d’un niveau moyen en espérant réaliser de nouvelles plus-values dans le futur.

S’il approuve l’action de son président dans l’édification d’un centre de formation qui répond à un objectif d’identité de jeu sur le long terme, il ne cautionne pas l’augmentation de budget annuel à 40 millions d’euros. Ce chiffre entraine deux voire trois cessions de joueurs majeurs par saison pour redistribuer les revenus dans des joueurs moins bons et grossir la masse salariale. Gourcuff préfèrerait travailler avec un budget de 30 millions d’euros et avoir un ballon d’oxygène en cas de problème sportif.

Christian Gourcuff est l’ennemi du foot business

En réalité, dans les deux cas de figure, la situation serait similaire. Si Lorient adoptait un budget de 30 millions d’euros, le club ne pourrait retenir aussi facilement ses pépites. Les jeunes pousses du club partiraient chercher un salaire plus élevé dans un autre club. Avec un budget de 40 millions d’euros, le club sacrifie quelques éléments pour en conserver d’autres à l’image de Jérémy Aliadière.

christian gourcuff

Christian Gourcuff n’hésite pas à critiquer la politique financière de son club qui cherche à vivre au-dessus de ses moyens.

Christian Gourcuff n’aime pas la tournure que le football prend. L’émergence du football business, avec son lot de changements, ne plait pas au technicien breton. A l’heure où le temps est précieux, où un club de football se gère à la manière d’une entreprise ; Gourcuff veut retourner à l’essence du football. Fond de jeu, plaisir, tactique, construction d’un collectif… voici les mots que maitrise Christian Gourcuff.

Malheureusement, le FC Lorient compte utiliser les ressorts du football business pour se développer. Une stratégie qui ne plait pas à son entraineur. Les chemins risquent de se séparer entre le technicien merlu et le président Loic Féry…

Google Plus

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer