Droits TV

A qui profite la hausse des droits TV de Serie A ?

La Ligue de Football Professionnelle italienne, la Lega Calcio, a officialisé en début de semaine le montant des droits TV domestiques de la Serie A pour la période 2015-18. Une nouvelle qui a donné le sourire à un football italien en déficit de résultats sportifs. Mais à qui profite cette hausse des droits TV ? Réponse sur Ecofoot.fr

La Serie A retrouve le sourire. Après une saison européenne mitigée – notamment en C1- et une élimination de l’équipe nationale en phase de poules de la Coupe du Monde, les dirigeants de la Lega Calcio ont annoncé une revalorisation des droits TV domestiques de Serie A pour la période 2015-18.

Les droits TV domestiques du championnat italien passeront alors de 840 M€ à 945 M€ par saison à partir de l’exercice 2015-16. Cela constitue une hausse de 12,5% qui permet à la Serie A de reprendre ses distances avec la Ligue 1. En effet, en avril dernier, la LFP annonçait un montant de 748,5 millions d’euros par an pour les droits TV domestiques de la Ligue 1 sur la période 2016-20. Ainsi, à partir de la saison 2016-17, il existera à nouveau un écart proche de 200 M€ entre les deux championnats.

Au niveau des diffuseurs, Sky Italia – appartenant au groupe Murdoch – a accepté de reverser 572 M€ pour diffuser l’intégralité de la compétition sur le satellite. Mediaset, propriété du groupe constitué par l’ancien dirigeant italien Silvio Berlusconi, déboursera 373 M€ par saison pour retransmettre les rencontres des huit meilleures formations du championnat sur le réseau numérique terrestre.

Pour le moment, la renégociation a concerné exclusivement les droits domestiques du championnat transalpin. Les droits internationaux n’ont pas été évoqués. Pour le moment, la Serie A perçoit 130 M€ par saison ce qui classe le championnat au troisième rang européen sur ce critère, derrière la Premier League (536 M€ de droits TV internationaux) et la Liga BBVA (130 M€). Alors que la Ligue 1 a dernièrement annoncé une forte inflation de ses droits TV à l’international, la Serie A ne s’attend pas à connaitre un taux de progression similaire en raison des performances sportives décevantes de ses clubs sur la scène européenne.

Comment les droits TV sont-ils redistribués en Serie A ?

Si une hausse des droits TV domestiques a été annoncée ; aucun commentaire n’a été émis concernant une éventuelle modification de la redistribution. Pourtant certains pensionnaires de Serie A se plaignent des critères retenus, malgré de profondes modifications opérées en 2006 avec la mise en place de la loi Melandri.

Avant 2006, chaque club de Serie A négociait individuellement ses droits TV avec les différents diffuseurs concernés. Il s’agissait d’un système similaire à ce qui existe actuellement en Liga BBVA ou en Liga Sagres. Depuis l’instauration de la Loi Melandri, les droits TV (domestiques et internationaux) sont centralisés par la ligue italienne et redistribués selon des critères précis.

La Loi Melandri a fixé la redistribution selon trois grands critères. Le premier critère, qui concerne 40% du montant des droits TV du championnat, consiste en une répartition égale à tous les clubs participant au championnat. Ce critère a représenté en 2013-14 une redistribution de 16,9 M€ par club selon l’excellente simulation réalisée par Tifosobilanciato.it.

Le deuxième critère retenu concerne la popularité et le bassin d’écoute des clubs concernés. Ce critère représente 30% des montants distribués. Ce critère est lui-même divisé en deux : 5% du montant total des droits TV est distribué en fonction de la population de la ville où évolue le club. 25% du montant total est réparti en fonction du nombre de supporters. Les deux critères sont remis à jour tous les trois ans par le biais de recensements et d’études menées par des organismes indépendants.

Enfin, le dernier critère utilisé concerne les résultats sportifs. Il représente également 30% des revenus totaux distribués. Il est lui-même divisé en trois catégories : 5% du montant total des droits TV est reversé au titre des résultats sportifs de la saison écoulée. 15% de l’enveloppe globale est consacrée aux résultats des cinq exercices précédant la saison écoulée. Enfin, 10% des droits TV sont alloués au titre des résultats sportifs accumulés depuis la saison 1946-47.

Répartition droits TV Serie A

Ce dispositif mis en place par la loi Melandri de 2006 avait pour but de redistribuer plus équitablement les droits TV du championnat. Aujourd’hui, ce système est critiqué par de nombreux acteurs. Différents spécialistes évoquent un système compliqué et manquant de transparence : contrairement à la Ligue 1, les tableaux de redistribution des droits TV ne sont pas publiés. Seules des fuites dans la presse peuvent permettre d’obtenir publiquement le bilan (cas de la saison 2012-13 où le tableau de rémunération avait été publié par Tuttosport).

Les petites formations du championnat italien reprochent à ce système de prendre en compte des critères subjectifs pour la redistribution d’une part non-négligeable des droits TV. Clairement, le critère « nombre de supporters », qui représente 25%  du montant global est mis en cause. A l’issue de la saison 2012-13, les clubs du Chievo et de Palermo ont porté une réclamation devant le tribunal arbitral de Milan afin de mettre fin à ce critère. Une requête qui n’a pas abouti.

Enfin, les dirigeants des grosses formations du championnat émettent les critiques les plus virulentes à l’encontre de ce système. Selon eux, cette mise en place est à l’origine du déclin sportif du championnat italien. Cette répartition plus égalitaire ne valorise pas assez l’image des grands clubs du pays. Si le déclin sportif du championnat est avéré – la Serie A a perdu deux rangs au coefficient UEFA depuis 2010, dépassée par la Bundesliga et la Liga Sagres – la nouvelle redistribution des droits TV n’explique pas tous les maux du championnat italien.

Malgré des commentaires négatifs émis de toutes parts, la Lega Calcio tient à maintenir son système. Une répartition qui a notamment permis à la Juventus de générer 94 M€ de revenus de droits TV de Serie A à l’issue de la saison 2013-14. Sassuolo figure au dernier rang avec un revenu estimé à 18 M€.

Google Plus

Articles populaires

To Top
Tweetez
Partagez
Partagez

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer