Economie

Le Hellas Vérone enregistre d’importants profits

Alors que la santé financière du football italien se porte au plus mal avec les bilans déficitaires du Milan AC, la menace de faillite planant sur Parme FC ou encore les ennuis de l’AS Roma avec le fair-play financier, le Hellas Vérone fait figure d’exception. Le club a enregistré d’importants bénéfices lors de l’exercice 2013-14. Ce bon bilan est-il la traduction d’une saine gestion ou la conséquence de certains événements conjoncturels ? Explications…

Dans un paysage financier morose, le Hellas Vérone constitue un joli rayon de soleil au sein du football transalpin. Auteur d’une excellente saison 2013-14 conclue à une jolie 10ème place, le Hellas Vérone a également affiché un bon bilan financier lors du dernier exercice. Le club présidé par Maurizio Setti a affiché un résultat avant impôt positif de l’ordre de 15,467 M€. Cela s’est traduit par un résultat net positif de l’ordre de 5,277 M€.

Bien évidemment, le club a largement profité de l’accroissement des recettes lié à sa promotion en Serie A. Les revenus opérationnels du club se sont élevés à 42,709 M€, soit une progression de 220% par rapport à la saison 2012-13 (13,346 M€). Les droits TV perçus par le club ont largement contribué à la hausse des revenus du Hellas : alors que le club n’avait enregistré que 784 000 € de recettes télévisuelles lors de la saison 2012-13, ces dernières se sont élevées à 22,823 M€ en 2013-14, devenant ainsi la première source de revenus opérationnels du club.

Le Hellas Vérone est structurellement déficitaire

Malgré une hausse importante des revenus opérationnels du club, elle ne constitue pas à elle-seule l’explication du résultat net dégagé par le club. En effet, les charges supportées par le Hellas Vérone ont également beaucoup augmenté durant la dernière saison. Le Hellas a ainsi enregistré des coûts opérationnels à hauteur de 49,938 M€ dont une masse salariale de l’ordre de 29,141 M€. Au final, le club affiche un déficit opérationnel à hauteur de 7,229 M€.

Deux éléments exceptionnels expliquent le résultat net positif dévoilé par le club. Premièrement, le Hellas Vérone a enregistré une balance des transferts positive de l’ordre de 10,689 M€ au cours de la saison 2013-14. Le club a notamment transféré Jorginho à Naples pour une somme avoisinant 9 M€. A noter que la vente d’Iturbe à l’AS Roma contre une indemnité de 22 M€ ne figure pas dans le bilan 2013-14 : cette transaction sera prise en compte dans le prochain bilan financier du club.

bilan financier hellas verone 2013-14

Outre la balance positive des transferts, la direction du club a également cédé la propriété de la société détentrice des droits marketing et commerciaux du club contre une somme 15,680 M€. Une opération classique en Italie qui permet de diminuer le niveau d’endettement des clubs envers leurs actionnaires. Cette cession a lourdement contribué à embellir le bilan financier du Hellas Vérone.

En définitif, le Hellas Vérone n’est pas encore un club possédant des structures financières naturellement équilibrées. Le club doit alors compter sur quelques opérations juteuses sur le marché des transferts afin de combler son déficit structurel. Néanmoins, le club véronais devrait à nouveau y parvenir lors de la saison 2014-15 grâce notamment à la vente d’Iturbe.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer