Droits TV

L’inflation des droits TV footballistiques sur le marché français

Alors que la LFP a avancé d’un an son appel d’offres concernant les droits TV de la Ligue 1 pour la période 2016-20 afin de profiter de la guerre ouverte entre Canal Plus et BeIN Sports ; cette opposition entre les deux groupes audiovisuels ne profite pas uniquement au championnat français. Tour d’horizon avec Ecofoot.fr…

La Ligue 1 a mis du temps pour profiter de la concurrence naissante entre les groupes Canal Plus et BeIN Sports, propriété d’Al-Jazeera. En effet, lors de l’appel d’offres concernant les droits TV du championnat français sur la période 2012-16, la LFP n’était parvenue à recueillir qu’une somme moyenne de 608 M€ par an, soit une baisse de 6% par rapport à la période précédente. L’arrivée de BeIN Sports n’avait pu compenser le désengagement d’Orange sur les droits TV et la baisse d’investissements de Canal Plus.

Grâce à la mise en place d’un appel d’offres anticipé et à un processus d’enchères séquentielles, la LFP est parvenue à se rattraper sur la période 2016-20 avec des droits TV qui atteindront 748,5 M€ par saison, soit une hausse de 23% par rapport à la période précédente. Malgré tout, certains présidents de clubs étaient plutôt déçus du montant obtenu : la Ligue 1 ne parvient pas à dépasser la Serie A sur le podium des droits TV européens et pourrait être à nouveau dépassée rapidement par la Bundesliga et la Liga BBVA.

Les deux groupes possèdent des stratégies différentes sur le segment footballistique

Si les recours judiciaires se multiplient entre les deux groupes médias, Canal Plus et BeIN Sports cherchent à éviter une guerre frontale qui nuirait aux intérêts économiques des deux groupes. Si les deux entités investissent massivement en France sur les droits TV footballistiques – le football représente 83% des investissements en droits TV sportifs pour Canal Plus sur la saison 2014-15 et 87% pour BeIN Sports – elles ne se positionnent pas forcément sur les mêmes produits.

Ainsi, Canal Plus se positionne plutôt sur un segment premium en cherchant toujours à acquérir les lots les plus prestigieux d’un appel d’offres. Ainsi, ces dernières années, la chaine cryptée s’est offert les premiers choix de la Ligue 1 pour un montant important de 427 M€. Canal Plus a également accepté de payer 50 M€ pour ne diffuser qu’une seule rencontre de Ligue des Champions par journée. Néanmoins, ce montant important lui assure d’acquérir le premier choix.

Abonnement Ecofoot Premium – S’abonner à notre version premium, c’est :

  • Accéder à 100% des contenus Ecofoot
  • Bénéficier de nos meilleurs contenus au format magazine
  • Soutenir le développement d’un média que vous appréciez




  • canal plus droits tv sportifs 2014-15

    De son côté, BeIN Sports adopte plutôt une stratégie de volume. Le groupe qatari laisse volontairement les premiers choix à son concurrent pour se positionner sur les lots regroupant un grand nombre de matchs. Ainsi, BeIN Sports paie actuellement 153 M€ par an – soit un montant 2,8 fois inférieur à Canal Plus – pour diffuser huit rencontres de championnat de Ligue 1 par journée ! BeIN Sports a également acquis toutes les rencontres de la Ligue des Champions non-diffusées par Canal Plus pour seulement 61 M€.

    BeIN Sports droits tv 2014-15

    Les championnats étrangers profitent de la concurrence Canal Plus / BeIN Sports

    Si la Ligue 1 a mis du temps pour profiter de la lutte concurrentielle opposant Canal Plus à BeIN Sports, d’autres compétitions ont saisi leur chance bien plus tôt pour accroître leurs droits TV sur le territoire français. C’est notamment le cas de la Ligue des Champions : avant l’arrivée de BeIN Sports, l’UEFA enregistrait 52 M€ de recettes télévisuelles en provenance des diffuseurs français. Désormais, l’institution européenne récupère une manne financière de 111 M€ ! Une inflation dont profitent les clubs français participant à la C1 : l’an dernier, le PSG a ainsi perçu un montant de 54,4 M€ pour sa participation à la Ligue des Champions (2ème montant de la compétition) dont 33,9 M€ provenant du market pool.

    Canal plus droits tv footballistiques 2014-15

    Outre les recettes télévisuelles des compétitions européennes, les droits TV des championnats étrangers sur le marché français ont également subi une forte inflation au cours des dernières années. L’arrivée de BeIN Sports sur le territoire français a constitué une véritable aubaine pour les ligues voisines. Ainsi, pour conserver l’exclusivité de la diffusion de la Premier League sur la période 2013-16, Canal Plus a accepté de reverser 63 M€ par saison contre 24 M€ par an lors de la période précédente. Les droits TV de Premier League ont donc subi une inflation de 162% sur le marché français.

    Les droits TV de Liga BBVA sur le territoire français ont également connu une hausse spectaculaire lors des dernières années. Afin de réagir face à l’acquisition de la Premier League par Canal Plus, BeIN Sports a accepté de payer 20 M€ par an afin d’obtenir l’exclusivité des droits TV du championnat espagnol. Ainsi, les droits TV de la compétition ont été multipliés par trois par rapport au précédent appel d’offres.

    BeIN Sports droits tv footballistiques 2014-15

    Le prochain championnat dont les droits TV devraient significativement augmenter lors de la prochaine négociation sur le marché français est celui de Bundesliga. Actuellement, Canal Plus et BeIN Sports reversent respectivement 11 M€ chacun pour se partager les droits TV de la Bundesliga et de la Serie A. Néanmoins, BeIN Sports s’appuierait actuellement sur sa présence internationale développée pour subtiliser l’intégralité du championnat de Bundesliga à la concurrence à partir de la saison 2015-16. En effet, le groupe profiterait de la négociation en cours pour une diffusion au sein des pays du Maghreb afin d’y inclure le marché français dans le deal. Une négociation que suivrait attentivement Canal Plus, prêt à émettre une nouvelle action en justice si aucun appel d’offres n’est formulé par l’agence chargée de commercialiser les droits TV de Bundesliga à l’étranger.

    Qui sont les perdants de la guerre opposant Canal Plus à BeIN Sports ?

    Afin de compléter les grilles de programmation, les deux groupes cherchent toujours à acquérir de nouveaux droits footballistiques. Cette donnée est d’autant plus vraie pour BeIN Sports qui, depuis le début, mène une stratégie de volume, renforcée dernièrement par le lancement d’un troisième canal. Ainsi, le groupe qatari a acquis au cours des derniers mois les droits TV des championnats portugais (3,5 M€/an) ou encore Argentin (0,1 M€/an).

    Même si Canal Plus se positionne plutôt sur des segments premiums, le groupe cherche tout de même à acquérir des droits TV de championnats mineurs afin de compléter les grilles de ses chaines Sport Plus ou encore Foot Plus. Le groupe a dernière acquis les droits TV de l’Eredivisie pour 300 000 €/an. Une compétition a également lieu entre les deux groupes pour obtenir les droits TV des sélections nationales (en dehors de l’équipe de France).

    Cette course à l’armement en droits TV footballistiques a bien évidemment occasionné des dégâts chez certains diffuseurs. C’est tout d’abord le cas au sein des chaines gratuites : l’arrivée de BeIN Sports a entrainé la perte de la Ligue des Champions pour TF1. Autrefois détenteur du lot désormais possédé par Canal Plus, TF1 n’a pu se battre face aux offres émises par les chaines payantes. Une tendance qui ne concerne pas exclusivement le football : TF1 a aussi perdu dernièrement la diffusion de la Formule 1 au profit de Canal Plus.

    Enfin, d’autres groupes, ne disposant pas de la surface financière de Canal Plus ou de BeIN Sports, luttent pour conserver du football sur leurs antennes. C’est notamment le cas de MCS qui est parvenue cette saison à conserver la diffusion du championnat russe et les rencontres du Benfica Lisbonne à domicile en Liga Sagres. Eurosport, qui perdra la diffusion de la Ligue 2 à partir de la saison 2016-17, se recentre autour du football féminin dont les droits sont beaucoup moins onéreux et le développement est prometteur.

    Google Plus

    Articles populaires

    To Top

    Send this to a friend

    En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer