Economie

L’Inter Milan enregistre d’importantes pertes financières

bilan financier inter milan 2015-16

Déjà sanctionné par le passé pour ses déficits excessifs, l’Inter Milan a affiché de nouvelles pertes financières importantes au cours de l’exercice 2015-16. Néanmoins, l’arrivée de Suning au sein du capital social du club devrait permettre au club lombard de mieux respirer d’un point de vue financier. Décryptage…

La lecture des comptes de l’Inter Milan explique les brusques changements actionnariaux enregistrés par le club au cours des derniers exercices. Capitalisant durant de nombreuses années sur les injections de son ancien propriétaire, Massimo Moratti, pour maintenir sa compétitivité sportive ; l’Inter n’est toujours pas sorti d’un modèle dépendant des investissements réalisés par un mécène.

Ainsi, après avoir accumulé plus de 450 M€ de pertes sur la période 2008-13 et avoir enregistré un déficit de l’ordre de 140 M€ lors de l’exercice 2014-15, la direction de l’Inter a de nouveau dévoilé un résultat net négatif de l’ordre de 59,5 M€ concernant la saison 2015-16. Malgré les importantes pertes à nouveau enregistrées, le club est néanmoins parvenu à réduire son déficit.

Bien évidemment, l’absence de participation à une compétition européenne handicape sévèrement les recettes générées par le club. Néanmoins, l’Inter affiche une petite progression par rapport à la saison précédente : le club lombard s’approche à nouveau de la barre des 200 M€ de recettes opérationnelles lors de ce dernier exercice.

Toutes les sources de revenus du club sont en hausse par rapport à l’exercice précédent. Les Nerazzurri affichent notamment une hausse de 8,3 M€ de leurs recettes commerciales pour franchir de nouveau la barre des 45 M€ de revenus. Le club a notamment enregistré 17,7 M€ provenant de son contrat de sponsoring maillot renouvelé avec Pirelli et 12,5 M€ en provenance de son équipementier Nike.

Néanmoins, trois éléments majeurs empêchent toujours l’Inter d’atteindre l’équilibre budgétaire. Tout d’abord, le club supporte des coûts opérationnels trop élevés par rapport à son niveau de recettes. Ils se sont élevés à 204,9 M€, dont 124,2 M€ de masse salariale.




L’Inter sera-t-il à nouveau sanctionné par l’UEFA ?

De plus, le club affiche toujours un lourd déficit de sa balance des transferts. Malgré une plus-value comptable à hauteur de 39,1 M€ enregistrée via la cession de joueurs, l’Inter a tout de même accusé un déséquilibre lié à l’activité de trading de joueurs de l’ordre de 16,2 M€ en 2015-16. Néanmoins, le déficit a tout de même largement diminué par rapport à l’exercice précédent au cours duquel le club avait affiché des pertes supérieures à 46 M€.

Enfin, le club supporte toujours un haut niveau d’endettement entraînant une lourde charge financière. La dette brute au 30 juin 2016 s’élevait à hauteur de 269,27 M€, provoquant une charge financière sur l’ensemble de l’exercice de l’ordre de 30,8 M€. Néanmoins, cette charge devrait considérablement se réduire lors des futurs exercices grâce à l’arrivée de Suning. Le groupe chinois compte restructurer la dette du club et a déjà pratiqué une injection de capitaux de l’ordre de 140 M€ (non-comptabilisée dans le rapport financier 2015-16).

Selon les informations révélées par la direction de l’Inter, le club devrait échapper à une nouvelle sanction prononcée par l’UEFA. Alors que la formation lombarde avait déjà subi les foudres de la confédération européenne en mai 2015 pour non-respect du fair-play financier, le club aurait tout de même respecté les engagements pris devant l’instance. Ainsi, le déficit de club devrait être ramené à un niveau inférieur à 30 M€ selon les critères pris en compte par l’ICFC concernant l’examen des bilans financiers. Affaire à suivre…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire 


Source photo à la Une : Flickr.com (OscarCC BY-SA 2.0)

Articles populaires

To Top
Tweetez15
Partagez7
Partagez1