Interviews

Interview de Damien Louis, responsable du site Planete-asm.fr

planete asm bis

En début de semaine, Damien Louis, instigateur de la nouvelle version du site indépendant sur l’ASM Planete-asm.fr, nous a accordé une interview au sujet du fonctionnement du média. Coordination des effectifs, sourcing des informations, modèle de monétisation… tous les sujets ont été passés en revue. Pénétrez dans les coulisses d’un site incontournable au sein de la sphère digitale monégasque :

Bonjour Damien. Pouvez-vous nous présenter votre parcours ainsi que la naissance du projet Planete-Asm.fr ?

J’ai bientôt 31 ans. Je suis supporter de l’AS Monaco depuis la saison 1996-97.  J’ai beau chercher des explications rationnelles à mon attachement à l’AS Monaco, je n’ai jamais réussi à répondre à cette question. J’étais un ovni parmi mes camarades de collège à l’époque. J’habitais à une heure de Lyon donc tout le monde supportait le club de Jean-Michel Aulas. Ma passion pour l’ASM a été continuelle, dans les bons comme dans les mauvais moments.

J’ai un parcours totalement technique (baccalauréat puis BTS). J’ai découvert l’informatique à 17 ans et c’était trop tard pour revenir à un cursus classique avec un baccalauréat scientifique. En parallèle de mes débuts professionnels, j’ai postulé fin 2004 pour devenir rédacteur au sein d’un site web dédié à l’actualité de l’ASM. En 2006, j’ai démarré une formation en développeur web qui n’était pas réellement intéressante. J’ai donc travaillé de manière autonome pour monter en compétence. J’ai notamment réalisé de petits développements pour le site au sein duquel j’évoluais.

En 2007, j’ai mis fin à ma première expérience digitale autour de l’ASM. J’ai également été embauché entre-temps dans une agence de développement web mais qui ne me confiait que des missions pour débutant. Puis en avril 2008, je me suis imposé un projet personnel intéressant pour monter une nouvelle fois en compétence dans l’univers informatique. Cette décision intervient quelques semaines après que l’ancienne équipe de planete-asm.fr ait décidé d’arrêter le site. J’ai sauté sur l’occasion. Je me suis fixé comme objectif de sortir la nouvelle version du site planete-asm.fr pour la reprise du championnat en août 2008. Un site que j’aurai développé de A à Z. L’aventure a démarré de cette manière.

Le site Planete-asm.fr est-il votre activité à plein temps ?

Pas du tout ! Sur planete-asm.fr, nous sommes tous bénévoles et amateurs. Il s’agit avant tout d’une passion qui prend un peu de temps.

Quand nous avons débuté l’aventure, je m’occupais également de la rédaction des articles. Mais, aujourd’hui, cela fait très longtemps que je ne rédige plus. Aujourd’hui je m’occupe de tout ce qui est développement sur le site. Cela concerne autant les développements techniques que les aspects marketing (nouer des contacts, publications dans la presse…). Aujourd’hui, j’ai la chance d’avoir une équipe en qui j’ai totalement confiance et qui fonctionne très bien. Je peux être totalement inactif ; le site continue à être alimenté. Si un jour je devais arrêter, le site poursuivrait son aventure sans problème.

Pouvez-vous  nous présenter le site Planete-asm.fr ?

Le cœur du métier, c’est l’actualité. On est arrivé à une époque, en 2008, où le club commençait à être en déclin. Les journaux nationaux boudaient le club. Notre idée était de proposer aux supporters un endroit au sein duquel il trouverait une actualité fiable et régulière autour du club sans aller chercher tout en bas de la page 15 de L’Equipe ou au fin fond d’un site généraliste. Il n’y avait plus du tout d’engouement de la part des grands médias autour de l’AS Monaco.

Quelle est alors la valeur ajoutée de Planete-asm.fr par rapport au site officiel ?

En 2008, le site officiel n’était pas forcement régulièrement mis à jour.  Et puis le site officiel reste un organe de communication institutionnelle. Il ne peut couvrir certaines informations comme par exemple les rumeurs de transfert lors des différents mercatos. En France, hormis le site officiel de l’OM qui évoque les négociations de transferts en cours, je crois qu’aucun autre média digital officiel ne relaie ce genre d’informations.

Outre les rumeurs, nous avons globalement plus de liberté sur un site indépendant. Par exemple, lors des analyses d’après-match, nous pouvons exprimer plus librement notre ressenti. Samedi dernier, lors de la défaite à Evian (ndlr : l’interview a eu lieu lundi 31/03), le site officiel est obligé de tempérer les réactions car c’est son rôle. Nous, nous avons la liberté d’être plus incisif dans nos propos. Bien évidemment, nous ne cherchons pas la polémique à tout va. Mais nous possédons une liberté qui nous permet de nous différencier du site officiel.

Combien de personnes travaillent sur ce projet ? A quels postes ?

Quand j’avais répondu aux questions de Monaco Hebdo, j’avais indiqué que nous étions une quinzaine à collaborer au sein de Planete-asm.fr. Je viens de m’apercevoir que nous avions une trentaine de contributeurs sur notre forum interne. Bien évidemment, l’ensemble des membres ne possèdent pas la même activité.

Globalement, nous avons réellement une quinzaine de personnes qui sont investies régulièrement dans le projet. 80% des effectifs sont dédiés à la rédaction des articles. Autour de cette équipe rédactionnelle, nous avons un dessinateur. Nous avons un développeur web qui a la particularité de supporter l’OM. Depuis peu de temps, nous avons également dans l’équipe une graphiste.

Une grande partie de l’équipe est présente depuis longtemps. Ce noyau dur est très autonome dans les tâches à accomplir. Aujourd’hui, nous possédons une équipe structurée, capable de très bien s’organiser pour couvrir au mieux notamment les différents événements entourant l’ASM dont les rencontres. Avant, nous gérions ce temps fort de manière artisanale : à 19h50, on cherchait qui allait s’occuper de la couverture de la rencontre alors que le match débutait à 20h. Désormais, la gestion est bien plus rigoureuse. Nous concevons des plannings permettant de définir le rôle de chacun avant le début de chaque rencontre.

C’est un réel plaisir de travailler avec une équipe aussi autonome et bien organisée.

Avez-vous recours à certaines prestations externes pour le fonctionnement du site ?

Aujourd’hui, tout est réalisé en interne. Nous externalisons uniquement l’hébergement du site internet. Mais je suis moi-même hébergeur par mon métier. On a donc la chance de ne pas payer notre hébergement. Cela constitue une grosse économie pour le site : le serveur qui héberge aujourd’hui le site serait normalement facturé une centaine d’euros par mois.

Quel est le budget de fonctionnement du site Planete-asm.fr ?

Sur Planete-Asm.fr, nous avons trois sources de dépenses. Tout d’abord, nous devons acheter nos différents noms de domaine. Cela constitue une dépense de 15€ par an. Et les deux dépenses principales concernent les abonnements envers L’Equipe (version digitale) et Nice-Matin (version digitale également). Pour L’Equipe, nous déboursons 200€ par an. Pour Nice-Matin, cela constitue une dépense de 20€ par mois. Grosso-modo, on peut dire que nous avons une dépense de 450€ par an en frais d’abonnements.

Comment sourcez-vous vos actualités sur Planete-asm.fr ?

Nos informations proviennent essentiellement de L’Equipe et Nice Matin. Grâce à la version numérique, nous pouvons réaliser notre revue de presse de bon matin. Ce sont généralement deux sources d’informations fiables. Cependant, nous essayons toujours de croiser les sources.

Après, nous sourçons nos informations auprès de nombreux sites web. Il y a bien évidemment le site officiel du club. Nous cherchons également nos informations auprès des sites étrangers. Quand nous ne connaissons pas le média qui publie une info au sujet de l’AS Monaco, nous prenons le temps de la réflexion avant de la publier. Nous utilisons notamment notre forum interne pour en discuter et essayer de croiser l’information avec d’autres médias dont nous maitrisons mieux la fiabilité.

Twitter est également un outil que nous utilisons pour faire le sourcing de nos informations. Nous nous référons notamment au nombre de followers de la personne publiant une information au sujet de l’ASM pour connaitre son degré de fiabilité. Par exemple, lors du dernier mercato estival, nous avons pu relayer les premiers contacts entre le club et Falcao très tôt grâce aux sources d’un journaliste italien très bien renseigné et actif sur Twitter.

Enfin, nous possédons également nos sources en interne. Nous avons quelques connaissances et contacts au sein du club. Cependant, la politique de communication plutôt fermée instaurée par la nouvelle équipe dirigeante de l’ASM nous oblige à diversifier nos sources d’informations.

Dans l’ensemble, nous préférons ne rien publier plutôt que de relayer une information dont nous doutons de la fiabilité.

Quelle est l’audience du site Planete-asm.fr ?

Sur Planete-asm.fr, l’audience est en constante augmentation. Nous enregistrons environ 30 000 visiteurs par jour. Après, évidemment, nous connaissons des phases plus creuses lors de l’arrivée des beaux jours ou encore lors des trêves internationales. Et puis, on peut connaitre des pics d’affluence lors des matchs importants ou dans les derniers jours du mercato. Les pics sont tout de même plus importants lors des marchés des transferts. Ainsi, on peut facilement enregistrer 45 000 visiteurs lors d’une journée de clôture de mercato estival.

Quels sont les leviers d’acquisition de trafic travaillés ?

Quand j’ai démarré le projet, un objectif important était de monter en compétence techniquement. Je suis un adepte du développement propre. Au niveau du code, c’est donc la même chose. Les deux premières années du projet, j’accordais une grande importance au SEO ainsi qu’à l’évolution de nos positions dans les résultats de recherche.

Aujourd’hui, on peut affirmer que nos positions sur Google sont plus ou moins acquises. Maintenant, nous optimisons surtout notre présence sur les réseaux sociaux pour continuer à développer notre audience. On travaille notamment sur Twitter et Facebook. Au départ, je n’étais pas réellement convaincu par l’idée d’avoir une personne dédiée à l’animation des réseaux sociaux. Ce sont les membres de mon équipe qui ont insisté et qui m’ont fait changer d’avis. Depuis quelques mois, nous avons une personne dédiée à Twitter. Nous avons également misé sur la même stratégie pour Facebook depuis quelques semaines avec l’intégration d’une personne dédiée à l’animation du compte. Et la différence est flagrante. Les réseaux sociaux représentent un outil de communication exceptionnel aujourd’hui. Sur ce coup, je remercie infiniment mon équipe qui ne cesse de proposer des idées brillantes pour améliorer la qualité du site.

twitter planete-asm

Depuis quelques mois, l’équipe de planete-asm.fr compte une personne dédiée à l’animation du compte Twitter. Et les résultats sont au rendez-vous.

Après, nous avons également développé une certaine communauté grâce à notre stratégie d’ouverture. Nous contribuons beaucoup sur les différents forums du club. Du coup, les supporters nous connaissent. Nous avons également un rédacteur qui a été le principal d’un collège. Au stade, il côtoie ses anciens élèves et cet aspect aide au développement de la notoriété du site au sein du Stade Louis II.

Quelle est la stratégie déployée sur les réseaux sociaux ?

Selon moi, aujourd’hui, Twitter est plus puissant que Facebook. Sur ce réseau, nous relayons beaucoup d’actualités. Parfois, il s’agit d’informations exclusives : c’est-à-dire, on publie des infos que nous n’allons pas forcément intégrer au sein du site. Il s’agit souvent de petites brèves ou alors d’une actualisation de résultats. Et puis, nous développons énormément l’interaction sur ce réseau social. Nous n’hésitons pas à lancer des débats ou à répondre à des questions de supporters. Twitter est pleinement intégré à notre stratégie d’ouverture.

Après, sur Facebook, la stratégie est similaire à ce que nous réalisons sur Twitter. La différence se situe surtout au niveau des visuels. C’est plus convivial de partager un album photo sur Facebook que sur Twitter.

Quelles sont les sources de monétisation sur Planete-asm.fr ?

Nous possédons un avantage : nous n’avons pas beaucoup de dépenses. Nous n’avons donc pas le couteau sous la gorge qui nous obligerait à avoir des rentrées d’argent élevées.

Sur le site, nous possédons deux encarts publicitaires. Il s’agit de la régie publicitaire Google, tout simplement. Nous n’optimisons pas du tout la diffusion de ces encarts. Avec la régie de Google, nous gagnons une centaine d’euros par mois. Cela constitue un peu plus du double de nos dépenses.

L’an dernier, quand le club évoluait encore en Ligue 2, nous avions décidé de contacter Eurosport en direct pour leur vendre nos espaces publicitaires. Ils ont répondu favorablement à notre sollicitation. L’opération a permis de générer un revenu de 2000 € sur l’année. Il s’agissait d’une négociation en direct. En revanche, nous avions des consignes à respecter au niveau de la mise en ligne des bannières publicitaires.

Ce que nous récoltons en plus, nous nous en servons uniquement dans l’intérêt du site. Si demain nous jugeons utile d’acheter un appareil photo à un rédacteur présent souvent au stade, nous réfléchirons à le faire. Et qui sait, si l’AS Monaco venait à disputer la finale de la Coupe de France, nous pourrions envisager de payer les entrées au Stade de France à tous les membres de Planete-ASM.

 Notre objectif n’est pas de faire de l’argent via le site. On pourrait certainement faire mieux mais ce n’est pas l’objectif principal. La négociation avec Eurosport nous a plu mais pour le moment, nous restons avec la régie de Google. C’est un fonctionnement simple qui nous convient très bien. Mais quand nous déciderons d’optimiser les revenus, nous aurons surement à nouveau recours aux négociations en direct avec certains annonceurs.

En savoir plus : http://www.planete-asm.fr/

Google Plus

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer