Economie

Pourquoi Marc Coucke ne souhaite pas devenir actionnaire majoritaire du LOSC ?

Au cours d’un entretien accordé à nos confrères de L’Equipe, l’homme d’affaires belge Marc Coucke s’est prononcé au sujet de sa collaboration au sein du LOSC et de la stratégie à mener pour les années à venir. Pour le moment, il ne compte pas devenir actionnaire majoritaire de la formation nordiste. Explications…

Lors d’un entretien accordé à nos confrères de L’Equipe, Marc Coucke s’est confié au sujet de sa vision stratégique pour le LOSC au cours des années à venir et sa volonté actionnariale. Alors qu’on lui prête une intention d’augmenter sa participation au sein du capital social du LOSC – il a fait son entrée à l’automne dernier en acquérant 5% des parts du club – l’homme d’affaires belge a immédiatement balayé cette hypothèse pour le moment. « J’irai peut-être jusqu’à 25 ou 30%. Il faut prendre les bonnes décisions. Mais j’avoue que le timing pour monter à 100% du capital social du LOSC n’est pas arrivé » a ainsi indiqué Marc Coucke au cours de l’entretien.

Alors qu’il vient de céder ses parts dans la société Omega Pharma au groupe Perrigo lui permettant de faire son apparition dans le classement des milliardaires du magazine américain Forbes, Marc Coucke confesse qu’il possède les moyens financiers pour devenir actionnaire majoritaire du club nordiste. Mais il estime que le club ne possède pas encore des structures financières assez saines pour augmenter considérablement sa participation.

En revanche, Marc Coucke salue la réorientation stratégique actuelle opérée par l’équipe dirigeante du LOSC visant à réduire les déficits opérationnels du club. Selon l’homme d’affaires belge, le club doit impérativement diminuer ses dépenses de fonctionnement tout en misant ses investissements sur la formation afin de produire des joueurs de qualité. « Il faut de l’efficacité et travailler avec la jeunesse. En CFA, on a une équipe géniale. Le futur du club, ce sont eux. Le LOSC a trop longtemps essayé d’avoir Messi chez lui. A l’avenir, le LOSC ne doit pas acheter Messi mais le former » précise ainsi Marc Coucke afin d’insister sur l’importance de la formation.

Malgré son nouveau stade, le LOSC continue à perdre de l’argent

Clairement, Marc Coucke ne souhaite pas aujourd’hui devenir actionnaire majoritaire d’une structure qui ne cesse de perdre de l’argent. Alors que le LOSC exploite son nouveau stade depuis la saison 2012-13, la formation nordiste a accumulé plus de 19 M€ de pertes sur la période 2012-14. Au cours de l’exercice 2013-14, la formation nordiste a enregistré le 3ème plus mauvais bilan financier de Ligue 1 en enregistrant plus de 16 M€ de déficits.

Si la livraison du nouveau stade a permis au club nordiste de générer un surplus de revenus de billetterie compris entre 6 et 9 M€ – rentrées financières variant en fonction des qualifications européennes du club – conjuguées à une hausse des revenus commerciaux, les recettes financières additionnelles sont complètement annihilées par les charges supportés par le LOSC concernant l’exploitation de la nouvelle enceinte. En effet, les charges opérationnelles hors masse salariale ont augmenté de près de 20 M€ entre la saison 2010-11 et 2013-14 ! Cette explosion des charges est due à de nombreux frais additionnels liés au loyer de l’enceinte, à l’entretien de certains éléments et aux frais de sécurité engagés par la formation nordiste.

changement stade losc impact financier

« Le stade coûte trop » a ainsi déclaré Marc Coucke au cours de l’entretien. Depuis de nombreux mois, l’équipe dirigeante du LOSC tente de faire baisser le loyer reversé actuellement à la Métropole Européenne de Lille, propriétaire du stade. Alors que le club reverse 4,2 M€ par an pour exploiter l’enceinte, le loyer passera à 4,5 M€ par saison à partir de la saison prochaine avec un prélèvement de 0,5% des recettes de billetterie de la formation nordiste conformément aux termes contractuels négociés initialement.

Aujourd’hui, les collectivités locales sont farouchement opposées à une baisse de loyer concernant l’utilisation du stade Pierre Mauroy. « Les choses sont claires depuis le départ : la convention, discutée en 2008, a été signée en 2009 et est strictement appliquée. Il n’y a pas de surprise » a ainsi récemment déclaré Damien Castelain, président de la Métropole Européenne de Lille, à nos confrères de la Voix du Nord.

Le président de la MEL suggère aux dirigeants du LOSC de s’attaquer à un allègement de la masse salariale du club plutôt que de revoir la convention d’utilisation de l’enceinte Pierre Mauroy. Dans ce domaine, le club n’est pas resté inactif : la masse salariale chargée du LOSC a chuté de 87,7 M€ en 2011-12 à 61,2 M€ lors de la saison 2013-14. Mais cela ne suffit toujours pas afin de réduire le niveau de déficits structurel du club nordiste… Une situation qui n’encourage pas Marc Coucke à développer ses investissements.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Articles populaires

To Top
Tweetez
Partagez110
Partagez27