Economie

Le Moyen-Orient, futur grand acteur du football mondial ?

Selon une étude publiée par l’agence Repucom, les acteurs économiques issus du Moyen-Orient ne cessent d’accroître leurs investissements en direction du football européen. Une tendance initiée en 2007 et qui ne devrait pas s’achever avec l’organisation de la Coupe du Monde 2022. Explications…

L’agence experte en études sportives Repucom a dernièrement publié une étude illustrant les investissements grandissants des acteurs économiques du Moyen-Orient au sein du football européen. Cette tendance, observée désormais depuis près d’une décennie, se matérialise notamment dans le secteur du sponsoring.

Inexistant sur le marché du sponsoring footballistique européen avant 2007, les Emirats Arabes Unis (EAU) sont désormais le premier pays investisseur dans ce domaine dans le top 6 des championnats européens. En 2014, les entreprises en provenance de ce pays ont déboursé 163 M$. Cette somme a été majoritairement investie par les deux compagnies aériennes du pays, Emirates et Etihad.

Cet investissement massif des entreprises du Moyen-Orient dans le sponsoring du football européen n’est pas uniquement observé aux EAU. Le Qatar est également devenu un pays dont les entreprises investissent massivement dans le secteur du ballon rond. Elles ont ainsi investi près de 60 M$ dans le sponsoring de clubs européens issus des six championnats principaux. Une nouvelle fois, la compagnie aérienne Qatar Airlines concentre la majorité des investissements.

Aujourd’hui, vingt des plus grands clubs européens possèdent une compagnie aérienne du Moyen-Orient comme sponsor principal. C’est notamment le cas au Real Madrid, FC Barcelone, Milan AC, PSG ou encore Arsenal. Une prise de pouvoir qui a eu des conséquences sur d’autres secteurs. Ainsi, l’univers des paris en ligne – friand d’accords avec les grands clubs européens – est passé de la 5ème à la 10ème source de revenus de sponsoring dans le top 6 des championnats européens.

investissements moyen-orient football européen

D’autres univers footballistiques reçoivent des capitaux du Moyen-Orient

Si le sponsoring matérialise cette montée en puissance des acteurs du Moyen-Orient dans le football européen, il ne s’agit pas du seul secteur concerné. En effet, certaines entités de la région ont également acquis partiellement ou complètement des clubs dans les championnats majeurs européens. C’est bien évidemment le cas en France où Qatar Sports Investments (QSI) a racheté le PSG en 2011 contre un chèque de 130 M$.

Evidemment, le PSG ne constitue pas un cas unique en Europe. Au total, les firmes du Moyen-Orient ont investi 1,5 milliard de dollars pour racheter des clubs au sein des championnats majeurs européens. L’Angleterre est la région privilégiée des investisseurs grâce à la notoriété d’un championnat qui permet plus facilement d’envisager un retour sur investissement. Ainsi, Fawaz Al-Hasawi, homme d’affaires koweitien, a racheté 100% des parts de Nottingham Forrest en 2012. Le Sheikh Mansour a bien évidemment investi 330 M$ en 2008 pour acquérir 90% des parts de Manchester City.

Le football professionnel allemand est également concerné par cette vague d’investissements venue du Moyen-Orient. Hasan Ismaik, homme d’affaires jordanien, s’est offert 49% des parts du TSV 1860 Munich en 2011 contre un investissement de l’ordre de 25 M$. Enfin, le prince qatari Al-Thani s’est offert en Liga BBVA le club andalou de Malaga CF en 2010 contre un investissement de 30,45 M$.

Pourquoi le Moyen-Orient investit-il dans le football européen ?

Les investissements du Moyen-Orient ne se limitent pas au sponsoring ou à l’acquisition de club. Propriété d’Al-Jazeera, le groupe BeIN Sports se pose en concurrent sérieux sur les marchés audiovisuels européens et asiatiques concernant la diffusion de football européen. En France notamment, BeIN Sports est parvenu à subtiliser de nombreux lots à Canal Plus à l’image de la diffusion du championnat de Liga BBVA.

La vague d’investissements de la région Moyen-Orient peut s’expliquer par une multitude de facteurs, mêlant des intérêts géopolitiques et économiques. En effet, les investissements consentis dans le football européen et mondial – avec l’accueil du Mondial 2022 au Qatar – répondent à un besoin de reconnaissance et de légitimité. Cette raison est surtout valable pour le Qatar ou encore les EAU, qui constituent de petits états avec de grosses ressources naturelles et financières. Cet investissement par le football est un moyen de tisser des liens géopolitiques et économiques forts avec certains pays européens.

D’un point de vue strictement économique, les acteurs du Moyen-Orient cherchent également à pérenniser voire à conquérir de nouveaux marchés via le football européen. La jeune population de la région montre un intérêt de plus en plus important envers le football européen et un investissement dans les plus grands clubs permet aux entreprises de consolider leurs parts sur leurs marchés historiques. Enfin, ces investissements dans le football européen permettent aux marques d’accroître leur notoriété auprès d’une nouvelle zone géographique permettant ensuite une pénétration plus aisée sur de nouveaux marchés à fort potentiel.

Néanmoins, cette vague d’investissements en provenance de cette zone géographique permet au football européen de maintenir sa position hégémonique sur l’univers du ballon rond.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer