Economie

Pourquoi un investisseur chinois s’intéresse-t-il à l’Espanyol Barcelone ?

En difficulté financière depuis plusieurs saisons, le club de l’Espanyol Barcelone est parvenu à attirer un puissant investisseur chinois lui permettant de résorber son passif financier. Une arrivée étonnante qui pourrait néanmoins renforcer les ambitions du club catalan à moyen terme. Explications…

Possédant un endettement fiscal à hauteur de 45,5 M€ en septembre 2014, la direction de l’Espanyol Barcelone a été contrainte d’appliquer un important plan d’austérité afin de présenter un échéancier de remboursement cohérent au Trésor Public espagnol. Malgré une limitation drastique des dépenses au sein du club, ce dernier parvenait difficilement à tenir ses délais de remboursement négociés avec les autorités espagnoles.

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Heureusement pour les supporters de l’Espanyol, les problèmes de trésorerie liés notamment au remboursement de la dette fiscale seront très certainement de l’histoire ancienne. En début de semaine, les deux actionnaires majoritaires du club catalan ont annoncé la vente de plus de 50% du capital social de l’Espanyol à l’entreprise chinoise Rastar Group. Représentée par son président Chen Yansheng, la firme chinoise spécialisée dans la confection de jouets s’est engagée à payer immédiatement 17,8 M€ pour réaliser la transaction.

En plus de ce premier investissement, Rastar Group devrait rapidement injecter 30 M€ pour rassurer le Trésor Public concernant le remboursement de la dette fiscale. D’après les informations dévoilées par Dani Sanchez, l’ex-président emblématique de l’Espanyol Barcelone, Rastar Group devrait au total investir plus de 65 M€ dès la première année pour donner des garanties aux créanciers tout en améliorant la compétitivité sportive du club.

Mais pourquoi Chen Yansheng a-t-il choisi l’Espanyol Barcelone pour réaliser ses premiers investissements dans le secteur footballistique ? Tout au long de la semaine, le dirigeant chinois n’a cessé d’intervenir dans la presse pour divulguer des éléments de réponse.

« Au sein du marché chinois, le nombre de fans de football ne cesse de croître. Nous voulons profiter de cette situation pour investir dans le marché du sport » a alors indiqué le dirigeant de Rastar Group. « Dans le futur, nous souhaitons organiser des échanges de joueurs entre l’Espanyol Barcelone et des académies chinoises » a également ajouté Chen Yansheng.

Clairement, le dirigeant de Rastar Group se plie aux exigences du pouvoir chinois qui recommandent aux grands groupes industriels du pays de contribuer directement ou indirectement au développement de la pratique du football en Chine. Une ambition qui doit conduire le pays à organiser rapidement une Coupe du Monde et à devenir une nation qui compte sur la scène footballistique mondiale.

Lors de l’annonce de l’acte d’achat, Chen Yansheng a d’ailleurs affirmé avoir été impressionné par les installations de l’Espanyol Barcelone dont notamment son centre de formation. « Nous allons bientôt nous rendre en Chine avec certains dirigeants actuels de l’Espanyol pour étudier des investissements possibles dans l’ouverture de nouvelles académies. Nous souhaitons implanter des écoles de football made in Espanyol en Chine » a alors confié Chen Yansheng.

stratégie de croissance espanyol barcelone

L’arrivée de Rastar Group dans le capital social du club devrait permettre à l’Espanyol de réinvestir dans l’amélioration de sa compétitivité sportive

Si la mise en place d’échanges de compétences entre l’Espanyol et la Chine est une volonté non-dissimulée, Chen Yansheng n’oublie pas d’évoquer les ambitions sportives du club ibérique sur la scène nationale voire continentale. «On verra avec le temps mais nous sommes confiants dans le fait que notre coopération avec l’Espanyol puisse donner le meilleur. Nous avons confiance dans le futur sportif de l’Espanyol, c’est une grande équipe et elle pourra progresser rapidement » indique alors le dirigeant de Rastar Group, n’écartant pas une qualification de son nouveau club pour la Ligue des Champions à moyen terme.

Si l’Espanyol Barcelone est le premier club ibérique à passer sous pavillon chinois, d’autres géants industriels du pays ont déjà investi en Liga BBVA. En début d’année 2015, le groupe Wanda a notamment acquis 20% du capital social de l’Atletico Madrid. La firme Qbao est devenue sponsor maillot de la Real Sociedad et du Rayo Vallecano en début de saison 2014-15 et elle ne cesse de renforcer sa présence auprès des deux clubs.

Ces connexions entre industriels chinois et clubs espagnols cachent une volonté d’importer le savoir-faire ibérique en matière de formation en Chine. Des accords qui permettent également aux formations espagnoles de percevoir d’importants investissements tout en solidifiant leur stratégie d’internationalisation vers un marché à très fort potentiel. Des partenariats – actionnariaux ou de sponsoring – qui constituent des accords «win-win » pour les deux parties concernées.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire foot-business. 


Crédits photo à la une : © RCD Espanyol de Barcelona (Facebook)

Articles populaires

To Top

Send this to a friend

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer