Stratégie

Jérome Valcke, futur candidat à la présidence de la FIFA ?

Auprès du grand public, le nom de Jérôme Valcke n’est pas connu. Pourtant, ce dirigeant français est un des hommes les plus puissants du milieu footballistique. Secrétaire général de la FIFA, il pourrait même succéder à Sepp Blatter en 2015. Retour sur un homme discret voire mystérieux…

« Je vais dire quelque chose de fou, mais un moindre niveau de démocratie est parfois préférable pour organiser une Coupe du Monde. » Cette phrase choc a été prononcée cette semaine par le secrétaire général de la FIFA, Jérôme Valcke. Pourtant très discret habituellement, il a fait naitre une nouvelle polémique au sein de la FIFA dont la gouvernance opaque commence à agacer beaucoup de monde.

Jérôme Valcke n’est pas très connu du public français. Mais il est bien aujourd’hui le numéro deux de l’organe le plus puissant du football mondial. Et il pourrait bien briguer la présidence de l’institution en 2015 au nez et à la barbe de Michel Platini.

Au cours de sa carrière, cet homme de l’ombre a connu une ascension fulgurante avec quelques zones troubles. Il démarre dans les années 80 chez Canal + comme journaliste sportif. Tapissé dans l’ombre des Charles Bietry ou encore Thierry Gilardi, il convainc le dirigeant de la chaine cryptée de l’époque, Pierre Lescure, d’ouvrir un filiale Sport + et de lui en confier la direction.

Chez Sport +, Jérome Valcke connait le succès. Cette filiale se spécialise dans la gestion des droits TV et marketing du football étranger. Durant sa période de présidence, Valcke cherche même à racheter ISL, société qui gère la commercialisation des droits TV pour les coupes du monde 2002 et 2006. Mais en avril 2001, les discussions entre Valcke et Sepp Blatter tournent au vinaigre ! Blatter stoppe immédiatement les négociations et il remet une lettre à Canal + en dénonçant les méthodes employées par Valcke. Des menaces auraient été proférées à l’encontre du président de la FIFA.

Des mystères planent autour de la carrière de Valcke au sein de la FIFA

En juin 2003, un premier mystère entoure la carrière de Valcke. Sepp Blatter en personne nomme le dirigeant français comme directeur marketing de la FIFA. Ce revirement de situation spectaculaire intervient seulement deux ans après les accusations de menace.

Au cours de ce mandat, Valcke commet une erreur qui coutera chère à la FIFA. En 2005, alors que la FIFA a un accord exclusif avec MasterCard, Valcke négocie confidentiellement avec le grand concurrent VISA. MasterCard se rend compte de l’affaire et la société porte plainte contre la FIFA. Pour sortir de cette affaire, la FIFA versera à MasterCard 90 millions d’euros. Valcke est alors poussé vers la sortie par Blatter.

Mais alors intervient un second revirement de situation. En juillet 2007, soit dix mois après son licenciement, Valcke est alors nommé Secrétaire Général de la FIFA, soit l’équivalent d’un poste de premier ministre du football mondial ! En plus d’avoir pris du galon, il devient le deuxième homme le plus influent de l’institution.

Blatter justifie cette promotion par le travail effectué par Valcke quand il était au poste de directeur marketing. Non désiré il y a tout juste 10 mois, le Français est désormais indispensable à l’institution. Certaines rumeurs laissent à penser que Valcke possède un moyen de pression sur le président de la FIFA. Théorie que Valcke nie en bloc.

Valcke et son ambition présidentielle

Aujourd’hui, toujours secrétaire général de la FIFA, Valcke dément son ambition de se présenter comme candidat à la succession de Blatter en 2015. Mais il reconnait que beaucoup de personnalités influentes du ballon rond pensent le contraire. D’ailleurs, il désigne Platini comme responsable des articles non-amicaux qui sont publiés à son encore depuis un an.  De plus, si on s’en tient au plan comptable, Valcke possède un bilan qui parle pour lui.

Au cours de sa carrière, Valcke ne laisse aucune place au hasard. Tout est calculé méticuleusement. Et il y a fort à parier que son ambition le poussera à se porter candidat à la présidence de la FIFA face à Michel Platini.

Valcke FIFA

Valcke est un homme brillant et qui connait méticuleusement toutes les composantes de la FIFA. Mais les deux mystères entourant sa carrières à la FIFA jouent en sa défaveur face à Platini.

Sa petite phrase prononcée au sujet de la démocratie et citée en début d’article n’a rien d’un acte spontané et insouciant. Derrière cette affirmation qui n’arrangera pas l’image de la FIFA, Valcke joue sa carte personnelle.

En réalité, il pointe du doigt le Brésil à travers cette affirmation. Après avoir demandé aux nouveaux dirigeants de la fédération brésilienne de « se bouger le cul » pour que tout soit près pour 2014, il continue de fustiger le prochain organisateur de la coupe du monde en indiquant que dans une démocratie, il faut convaincre plus de monde et affronter plus de courant d’idées pour faire avancer les choses.

Mais derrière sa rhétorique, Valcke cherche peut-être à révoquer tout lien entre son amitié avec Ricardo Texeira, ancien président de la fédération brésilienne, et l’attribution de la Coupe du Monde 2014. Valcke ne souhaite pas être accusé de favoritisme. Cela compromettrait sa belle ambition de devenir le nouveau président de la FIFA…

Sur son compte twitter, Jérôme Valcke a déclaré regretter amèrement que ses propos tenus lors de la réunion FIFA aient été déformés et non remis dans le contexte.

Google Plus

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer