Economie

Le Mans FC joue sa peau en Ligue 2

Pointant à un inquiétant 17ème rang en championnat, Le Mans connait également des problèmes extra-sportifs encore plus préoccupants. Le club de la Sarthe doit trouver 7 millions d’euros avant son prochain passage devant la DNCG sous peine de revenir au niveau amateur…

A défaut d’être performant sportivement, le club du Mans s’active en coulisse. Henri Legarda, président du club, cherche à réunir 7 millions d’euros avant le 30 juin 2013, date de la prochaine audition du club devant la DNCG.

Le président en a profité début mars pour réunir l’ensemble des salariés du club et les prévenir qu’ils recevraient leur salaire en retard. Le club doit attendre d’encaisser 1,5 millions pour retrouver des fonds propres positifs et pouvoir de nouveau payer ses actifs. Le paiement a depuis été réalisé en partie grâce aux 300 000 € versés par l’AS Nancy Lorraine, correspondant à la dernière partie du transfert de Jeff Louis vers le club lorrain (somme totale avoisinant les 700 000 €).

Le club de la Sarthe est également assuré d’empocher très prochainement un chèque de 2 millions d’euros, correspondant à la cession du centre administratif et de formation à la municipalité. La rentrée de cette somme d’argent devrait permettre au club de respirer économiquement et de payer les salaires complets des mois de février et de mars.

Il manque encore 5 millions d’euros au Mans FC pour boucler le budget en équilibre

Mais avec un déficit estimé à 7 millions d’euros en fin d’exercice, il manque encore environ 5 millions d’euros au club pour espérer sauver sa place en Ligue 2. Pour cela, Legarda s’active sur tous les fronts afin de présenter un plan de recapitalisation du club solide et durable.

Abonnement Ecofoot Premium – S’abonner à notre version premium, c’est :

  • Accéder à 100% des contenus Ecofoot
  • Bénéficier de nos meilleurs contenus au format magazine
  • Soutenir le développement d’un média que vous appréciez




  • Le club a déjà trouvé 1,5 million d’euros. Jérôme Ducros, actuel sponsor du club via sa société immobilière JD Promotion et propriétaire du club de Luzenac (National), a accepté de prendre part dans le club à hauteur de cette somme.

    Legarda Le Mans FC

    Le président du Mans est prêt à céder sa place s’il trouve un repreneur crédible.

    Et les dirigeants du Mans sont en train d’examiner la proposition de Michel Moulin qui souhaite investir 2,5 millions d’euros. Mais le dossier est toujours à l’étude, les dirigeants manceaux doutent que l’homme d’affaire soit capable d’assurer la survie du club une fois le rachat effectué. Car non seulement Le Mans doit trouver 7 millions d’euros dans l’urgence, mais il doit présenter un budget crédible pour la saison 2013/2014 à la DNCG. Il est hors de question que l’organisme de contrôle et de gestion de la Ligue soit aussi clément lors du passage du club le 30 juin.

    Aujourd’hui, le club n’a toujours pas réuni les 7 millions d’euros. Et en coulisse, il se murmure qu’il aurait en réalité besoin de 7,5 millions d’euros pour renflouer les caisses. Il n’a encore moins un budget crédible à présenter pour la saison 2013/14. Enfin, la situation sportive est très inquiétante avec une dix-septième place au classement, possédant seulement un point d’avance sur la zone rouge.

    L’incertitude financière contribue aux mauvais résultats sportifs. Et les mauvais résultats sportifs n’attirent pas les investisseurs qui ont peur d’une descente. L’incertitude sportive renforce alors l’incertitude financière. Le Mans est aujourd’hui englué dans une spirale négative dont il aura du mal à s’en extraire…

    Google Plus

    Articles populaires

    To Top

    Send this to a friend

    En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer