Economie

Les supporters actionnaires en Angleterre

En proie à des difficultés financières, certains clubs anglais ont recourt à leurs supporters pour renflouer les caisses. Ceux-ci deviennent alors les actionnaires du club. Comment cela se traduit-il dans la gestion au quotidien ? Voici deux cas du championnat anglais où la situation est en cours…

Ebbsfleet United n’est pas un nom ronflant du championnat d’Angleterre. Cela se comprend aisément. En effet, ce club de la banlieue de Londres évolue actuellement en D5 anglaise. Mais il possède une particularité : il est actuellement dirigé par un projet de football participatif. En d’autres termes, les supporters ont le contrôle sur le club.

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Le 13 novembre 2007, Myfootballclub devient officiellement propriétaire du club d’Ebbsfleet United. Myfootballclub est une société de crowdfunding permettant de réaliser de grosses acquisitions par l’intermédiaire d’un financement collectif sur internet.

Ce projet a pu voir le jour grâce à l’engouement qu’il a suscité. 27 000 membres ont accepté de payer une cotisation annuelle de 35 livres pour assurer le budget de la première année. Le club a ainsi obtenu un premier financement de 945 000 livres. Cet actionnariat populaire conduit le club à être géré par ses propres supporters. Et les décisions concernent autant la gestion que l’opérationnel. En effet, ils peuvent décider des compositions d’équipe ainsi que des transferts. Ils votent pour choisir également l’entraineur.

Cet engouement de départ s’est malheureusement vite dissipé. Le nombre de membres a chuté à 1400 pour la nouvelle saison. Le mode de prises de décisions n’encourage pas la réactivité et souffre d’un manque de stabilité. Les résultats sportifs ne suivent pas et le club stagne en 5ème division. Le nombre de membres ayant chuté, cela conduit à une baisse irrémédiable du budget… Jessica McQueen, la directrice du club, estime qu’il manque 50 000 livres dans les caisses pour boucler le budget de la saison. Un nouvel actionnaire étranger serait le bienvenu… Le dépôt de bilan n’est plus très loin.

supporters actionnaires Ebbsfleet

Jessica McQueen, directrice d’Ebbsfleet, estime qu’il manque 50 000 livres dans les caisses du club pour boucler le budget de la saison.


Ebbsfleet United avait une source d’inspiration

Mais Ebbsfleet United n’a pas été le premier club anglais à bénéficier d’un financement collectif. En 2002, le Wimbledon Football Club décide de déménager à Milton Keynes, autre quartier londonien. Les supporters sont excédés par cette décision et ils décident de lancer leur propre club : l’AFC Wimbledon. Dons Trust va s’occuper de ce financement collectif et plus de 50 000 membres vont verser une cotisation annuelle de 25 livres. Le club démarre en D9 anglaise pour la saison 2002-2003.

Mais l’AFC Wimbledon va connaitre un autre sort qu’Ebbsfleet. Aujourd’hui, le club évolue en… League Two anglaise, soit l’équivalent de la D4. Il enchaîne quatre montées en six ans. Pourtant, le fonctionnement est le même qu’à Ebbsfleet : les supporters participent à toutes les décisions concernant le club par le biais du vote. Les décisions concernent les transferts, le choix de l’entraineur ou encore la souscription d’emprunts. Mais à la différence d’Ebbsfleet, les supporters ne s’immiscent pas dans les compositions d’équipe. Les supporters se content de leur rôle d’actionnaire. Cela permet une plus grande continuité sportive et à l’entraineur d’avoir les mains libres.

supporters actionnaires AFC Wimbledon

L’AFC Wimbledon espère atteindre la deuxième division anglaise dans les 5 ans à venir.

De plus, les supporters de l’AFCW, grands connaisseurs de football, prennent souvent les bonnes décisions. Ils ont accepté de réaliser un emprunt de 2 millions de livres pour l’acquisition d’un terrain d’entrainement supplémentaire.

La différence de projets entre l’AFCW et Ebbsfleet réside dans la motivation des supporters. A Wimbledon, il existait un vrai club historique avant le projet participatif. Les supporters sont de vrais connaisseurs de football et de leur club. Cela leur permet de prendre les décisions avec la dose de réactivité et de réflexion. Du côté d’Ebbsfleet, il n’y avait pas de réel club avant. Les membres n’ont pas forcément adhéré au projet pour de bonnes raisons. La curiosité a plus motivé les membres que la gestion d’un projet sur du long terme…

Aujourd’hui, d’autres clubs en difficulté financière cherchent à adopter ce mode de financement. Portsmouth pourrait être le prochain club sur la liste. Rétrogradé en D3 cette saison, le club pourrait déposer le bilan avant la fin de la saison. A moins que les supporters décident de le sauver…

Articles populaires

To Top

Send this to a friend

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer