Droits TV

La LFP affiche un bon bilan financier

Lors de la dernière assemblée générale de l’année civile, les membres du comité de direction de la LFP ont approuvé les comptes de la Ligue pour l’exercice 2013-14. Un bilan qui témoigne d’une gestion rigoureuse au sein de la Ligue de Football Professionnel. Explications…

Même s’il n’y avait aucune inquiétude majeure, l’assemblée générale a validé le 18 décembre dernier les comptes de la LFP pour l’exercice 2013-14. La Ligue de Football Professionnel a ainsi enregistré un chiffre d’affaires de 716,3 M€ pour un résultat net positif de l’ordre de 1 M€.

L’essentiel des revenus générés par la LFP provient évidemment des droits de diffusion des compétitions gérées par l’autorité. Ainsi, lors de la saison 2013-14, la LFP a perçu un peu plus de 650 M€ concernant les droits de diffusion des championnats de Ligue 1 et Ligue 2. Ce montant correspond ainsi à plus de 90% des revenus de l’entité. Parmi les 650 M€ perçus par la LFP, 31 M€ proviennent des droits de diffusion vendus à l’international. Un montant qui sera sensiblement réévalué (80 M€ minimum par saison) à partir de l’exercice 2018-19.

Comment sont utilisées les recettes perçues par la LFP ?

L’essentiel du chiffre d’affaires généré par la LFP est redistribué aux clubs de football professionnel sous forme de droits TV. Lors de la saison 2013-14, la Ligue de Football Professionnel a ainsi attribué 612 M€ aux différents clubs professionnels français contre seulement 608,8 M€ lors de l’exercice 2012-13. Cela constitue une hausse de 0,5%.

Néanmoins, une partie des recettes générées par la LFP est également dédiée à des mécanismes de solidarité. Ainsi, le prélèvement de la taxe Buffet au profit du développement du sport amateur représente 34,3 M€. La LFP reverse aussi 16,4 M€ au football amateur au titre du protocole financier signé avec la FFF. Au total, une enveloppe supérieure à 50 M€ est consacrée au sport amateur.

Enfin, la Ligue de Football Professionnel utilise une partie de la manne financière pour assurer ses frais de fonctionnement. Outre la rémunération du personnel dédié à son fonctionnement, la LFP supporte différentes charges dont notamment les coûts d’arbitrage concernant l’organisation du championnat de Ligue 1, Ligue 2 et la Coupe de la Ligue. La facture liée aux frais d’arbitrage s’est élevée à 12 M€ en 2012-13 et un montant similaire aurait été dépensé en 2013-14 à cet effet. Une somme globale avoisinant 45 M€ couvre les différentes charges supportées par la LFP.

La LFP doit-elle craindre une diminution de ses recettes ?

Si la LFP a pratiqué une bonne gestion lui permettant de dégager un profit de 1 M€ sur l’exercice 2013-14, la Ligue doit néanmoins se préparer à une baisse de revenus à partir de la saison 2014-15. En effet, les droits TV domestiques diminueront de près de 40 M€, passant de 626,7 M€ à 587,1 M€ en 2014-15.

evolution droits tv domestiques ligue 1

Cette contraction aura bien évidemment des répercussions concernant la redistribution des droits TY aux différents clubs professionnels. La redistribution effectuée au sport amateur via la taxe Buffet va également pâtir de cette baisse de revenus. Néanmoins, la LFP devra affronter cette baisse de recettes sur une courte période : dès la saison 2016-17, la Ligue de Football Professionnel bénéficiera des nouveaux droits TV domestiques négociés à hauteur de 748,5 M€ par saison. De plus, les droits TV internationaux subiront également une réévaluation lors de la saison 2018-19. L’ensemble du football professionnel français devra donc seulement affronter deux années de réductions importantes des recettes télévisuelles.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer