Economie

LFP : pourquoi les élections ont-elles exacerbé les tensions entre les dirigeants du foot français ?

lfp-tensions-elections

Alors que les élections d’hier devaient être une simple formalité, le scrutin a tourné en un véritable règlement de comptes et a montré que les divisions étaient toujours présentes entre les différents dirigeants de club professionnel français. Néanmoins, les lignes ont bougé entre les deux clans et certains patrons de Ligue 1 se sont désolidarisés du syndicat Première Ligue. Décryptage…

Le football professionnel français est-il tombé sur la tête ? Alors que l’élection de Jean-Pierre Denis a à la présidence de la LFP devait être actée hier, la représentation des clubs français au Conseil d’Administration de la Ligue a suscité d’importants remous au sein des différents dirigeants du football français. Au final, le quorum nécessaire n’a pas été atteint et les différentes élections ont été reportées au mois de novembre !

Pourtant, en début de matinée, tout semblait clair concernant les élections. Malgré la multitude de candidats en L1 souhaitant accéder au CA de la LFP, le syndicat Première Ligue – qui réunit 16 clubs de L1 et 3 clubs de L2 – avait tranché concernant les dirigeants retenus. Les candidatures de Nasser Al-Khelaifi (PSG), Jean-Michel Aulas (OL), Michel Seydoux (LOSC), Jean-Louis Triaud (Bordeaux), Vadim Vasilyev (ASM), Jean-Pierre Rivère (OGCN), Olivier Sadran (TFC) et Saïd Chabane (SCO Angers) devaient alors être présentées. Ils siègeraient en compagnie de Bernard Caiazzo (ASSE), candidature retenue d’office pour son rôle de Président du syndicat Première Ligue.

Si cette première liste a été révélée très tôt dans la matinée d’hier, une seconde liste totalement imprévue a été constituée par les membres de l’UCPF – réunissant l’essentiel des clubs de L2 et certains membres de L1 – et quelques clubs dissidents de l’élite, faisant normalement partie du syndicat Première Ligue. Dans la liste retenue pour le CA de la LFP et définie par ce groupe de clubs, on retrouve : Nasser Al-Khelaifi (PSG), Vadim Vasilyev (ASM), Loïc Féry (FC Lorient), Olivier Delcourt (DFCO), Laurent Nicollin (MHSC), Jean-François Fortin (SMC), Bertrand Desplats (EA Guingamp) et René Ruello (Stade Rennais).

Bertrand Desplats – Président de l’EA Guingamp et dirigeant à l’origine de cette seconde liste – estime que la composition définie en collaboration avec l’UCPF est plus équilibrée. On y retrouve trois représentants de gros clubs (avec Bernard Caiazzo élu d’office), trois représentants de clubs établis en Ligue 1 (FC Lorient, Stade Rennais, MHSC) et trois clubs luttant pour s’assurer d’une continuité en Ligue 1 (DFCO, EAG, SMC). Ce groupe de clubs a écarté la candidature de Jean-Michel Aulas, dont les prises de position offrent peu de garanties face à leurs idées défendues.

LFP : les enjeux sont importants concernant la représentation au Conseil d’Administration

Possédant le soutien de la plupart des clubs de Ligue 2 et d’une petite dizaine de clubs de L1, la deuxième liste présentée par les clubs professionnels avait alors de grandes chances de l’emporter lors du scrutin. C’est en partie pour cette raison que la majorité des clubs de Ligue 1 – essentiellement les locomotives du championnat – ne s’est pas présentée lors des élections. Dans ce combat, ils ont réussi à convaincre les représentants des familles du football de s’absenter également afin d’ajourner les élections.

Si le conflit de représentation à la LFP semble accessoire, derrière cette querelle se joue en réalité l’avenir de dossiers bien plus importants pour l’avenir du football professionnel français, notamment d’un point de vue économique. Le CA de la LFP devra orienter certaines décisions importantes lors des mois à venir, concernant notamment la création d’une société commerciale amenée à gérer les dossiers économiques du football professionnel français – organisation souhaitée par certains dirigeants de gros clubs de L1 dont Jean-Michel Aulas. La question de la redistribution des droits TV fait également débat : les clubs à l’origine de la deuxième liste de représentants au CA de la LFP plaident pour une distribution plus égalitaire, sur le modèle pratiqué en Premier League ou en Bundesliga.

Les prochaines semaines risquent d’être tendues entre les différents dirigeants de L1 et L2…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous abonner à notre compte Twitter


Source photo à la Une :  Capture vidéo (Youtube)

Articles populaires

To Top

Send this to a friend

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer