Stratégie

LFP : Nasser Al-Khelaïfi et Vadim Vasilyev restent fidèles à Première Ligue

ucpf-premiere-ligue-position-psg-asm

Alors que les dirigeants respectifs du PSG et de l’AS Monaco ont été intégrés aux listes dressées par les deux syndicats de clubs pour figurer au Conseil d’Administration de la LFP, Nasser Al-Khelaifi et Vadim Vasilyev auraient témoigné aux différents dirigeants du football français leur fidélité au syndicat Première Ligue d’après une information révélée par le quotidien L’Equipe. Décryptage…

Le syndicat Première Ligue va-t-il disparaître lors des semaines à venir ? Créé la saison dernière à l’issue du conflit opposant les clubs de L1 et de L2 au sujet de la réforme du système de promotions/relégations entre les deux divisions, ce nouveau syndicat a connu quelques secousses au cours des derniers mois.

Alors que les dirigeants des trois clubs dernièrement montés en Ligue 1 – AS Nancy Lorraine, Dijon FCO et FC Metz – n’ont pas souhaité intégrer cette nouvelle structure en début de saison ; un lot de clubs frondeurs a refusé au cours des derniers jours de suivre la position du syndicat pour le vote des représentants de L1 au prochain CA de la LFP tout en s’alliant à… l’UCPF, syndicat historique des clubs professionnels.

L’existence du syndicat Première Ligue est-elle remise en cause ?

Alors que la structure ne compte plus aujourd’hui que 11 clubs de l’élite dans ses rangs – même si les clubs frondeurs n’ont pas encore quitté l’institution – un doute subsistait quant à la position adoptée par le PSG et l’AS Monaco. En effet, les dirigeants des deux clubs ont été placés dans les deux listes dressées par Première Ligue et l’UCPF. Nasser Al-Khelaifi et Vadim Vasilyev auraient alors pu être tentés à leur tour de claquer la porte pour se faire élire au CA de la LFP. Une situation qui aurait alors assurément provoqué la mort de Première Ligue.

Néanmoins, selon les informations dévoilées dans l’édition du jour de L’Equipe, les deux dirigeants ont décidé de soutenir Première Ligue et ne veulent pas pour le moment être élus au sein de la liste portée par les clubs frondeurs et l’UCPF. Une décision qui valide définitivement la réunion fin octobre prévue entre les différents dirigeants de clubs professionnels français au cours de laquelle un compromis devra être trouvé pour définir définitivement les représentants des clubs de L1 au prochain Conseil d’Administration de la LFP.

En attendant, si le Président de la Fédération Française de Football ne souhaite pas se positionner sur un sujet qui le ne concerne pas directement ; Noël Le Graët a néanmoins défendu l’attitude adoptée par les clubs frondeurs au cours des derniers jours. « Première Ligue a montré ses limites. Onze clubs, ce n’est pas suffisant. Les clubs moyens et petits se reconnaissent plus dans l’UCPF, qui est devenu majoritaire en voix » a-t-il alors déclaré à nos confrères de L’Equipe. Le patron de la FFF soutient également une nouvelle répartition des droits TV plus égalitaire – autre véritable enjeu de la prochaine élection du CA de la LFP – tout en apportant son soutien à Jean-Michel Aulas, qu’il souhaite voir siéger à nouveau à la Ligue. Une position qui permet au patron de la FFF de défendre les intérêts des petits clubs tout en soutenant certains dirigeants puissants du football français, à quelques mois des prochaines élections à la tête de la FFF.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous abonner à notre compte Twitter


Source photo à la Une :  Wikipedia.org (Aisha sahukarCC BY-SA 4.0)

Articles populaires

To Top
Tweetez5
Partagez2
Partagez

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer