Economie

Vers une libéralisation totale du marché du sponsoring ?

Dans les différents championnats européens, certains dirigeants de clubs réclament plus de liberté au niveau des emplacements de sponsoring disponibles sur les tenues officielles. Une situation à laquelle les patrons des Ligues professionnels réagissent différemment. Analyse sur Ecofoot.fr…

Les différents clubs européens ne peuvent réserver n’importe quel emplacement de leur tenue officielle à des fins commerciales. Les règles édictées par les différentes Ligues doivent être en conformité avec la législation du pays concerné. C’est notamment le cas en France où certaines interdictions liées à la loi Evin sont rappelées dans le règlement de la LFP.

Outre les restrictions liées à la législation en vigueur, les différentes Ligues peuvent également instaurer des règles supplémentaires afin de mieux réguler le marché du sponsoring. Ces interdictions supplémentaires ont longtemps sévi en Ligue 1 avec notamment la mise en place d’une limite maximale de 6 sponsors ou encore l’impossibilité d’afficher des partenaires commerciaux sur certains espaces (manche droite du maillot, jambe droite du short…).

En 2012, la Ligue 1 a été un des premiers championnats européens à mettre fin aux restrictions propres à la Ligue. Face à la crise et à la stagnation des revenus de sponsoring, la LFP a mis fin à la restriction des 6 sponsors et à l’interdiction de la commercialisation de certains emplacements. Dès l’été 2012, de nombreux clubs professionnels français – comme le MHSC ou encore l’ASSE – en ont profité pour commercialiser un espace au dos de leur short. Cette baisse de restrictions permet de diminuer le ticket d’entrée dans l’univers du sponsoring sportif et de faire rentrer d’éventuels nouveaux partenaires commerciaux.

La Liga BBVA autorise le sponsoring chaussettes

Si la dérégulation du marché du sponsoring entreprise par la LFP a été saluée par les clubs professionnels français, ces derniers souhaitent désormais aller plus loin en s’attaquant à la loi Evin. Idée défendue par Frédéric Thiriez et proposée au gouvernement dans son pacte de responsabilité, l’assouplissement de cette loi permettrait de faire rentrer sur le marché intérieur de nouveaux acteurs qui engendreraient une concurrence accrue.

Le sujet de la délibération du marché du sponsoring n’est pas propre à la Ligue 1. Dans d’autres championnats européens, certains clubs militent pour restreindre le cadre réglementaire de la Ligue en matière de sponsoring sportif. En Espagne, le sujet a même été initié par les patrons de la Ligue en personne.

Ainsi, Javier Tebas, patron de la Liga BBVA, a annoncé courant octobre la mise en place d’un dispositif de sponsoring chaussettes avec la société chinoise d’accessoires footballistiques Sockatyes. Ce nouveau dispositif permet ainsi à la Liga BBVA de commercialiser de nouveaux emplacements sur les tenues officielles de ses clubs. Pour le lancement de cette initiative, la LFP est parvenue à convaincre 13 clubs de Liga BBVA et 11 formations de Liga Adelante. L’Atletico Madrid, champion en titre et fer de lance du dispositif, a été le premier club à tester ce nouvel emplacement lors de sa rencontre face à l’Espanyol Barcelone. D’autres formations telles que Villareal, le Rayo Vallecano ou encore Malaga devraient également déployer ce nouvel espace de diffusion publicitaire dans les journées à venir.

libéralisation sponsoring football européen

Les joueurs de l’Atletico Madrid, accompagnés des dirigeants de la Liga BBVA et de Sockatyes, ont présenté le nouveau dispositif de sponsoring chaussettes mis en place dans le championnat espagnol.

La Premier League refuse la commercialisation de nouveaux espaces

Souhaitant surfer sur cet élan de libéralisation du sponsoring en Europe, Manchester United a dernièrement proposé au comité de direction de la Premier League d’autoriser la vente d’un espace de sponsoring au dos du maillot de la tenue officielle. Bénéficiant déjà des contrats de sponsoring les plus lucratifs d’Europe, Manchester United souhaite encore développer cette source de revenus via l’ouverture de nouveaux espaces.

Face au refus de certaines directions de clubs de Premier League, le comité directeur du championnat anglais a refusé cette mesure, prétextant la possible overdose visuelle d’une telle initiative. En réalité, certaines formations de Premier League redoutent que cette mesure contribue à déséquilibrer le marché du sponsoring au détriment des plus gros clubs. Concrètement, certaines formations de seconde partie de tableau craignent une désertion de leurs sponsors principaux, préférant s’associer à des noms plus prestigieux du championnat en tant que sponsor secondaire. Cette ouverture à de nouveaux espaces pourrait ainsi provoquer paradoxalement une baisse des revenus pour les petits clubs due à la multiplication de l’inventaire disponible chez les grosses formations.

Clairement, la tendance européenne est à la libéralisation complète du marché du sponsoring sur les tenues officielles de football. Néanmoins, la Premier League – régulièrement critiquée pour le degré d’ouverture de son économie – résiste à ce phénomène en maintenant un cadre restrictif. Une restriction au niveau des tenues officielles qui n’empêche nullement ses clubs de générer les revenus de sponsoring les plus importants du football européen.

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer