Economie

Quelle est la masse salariale moyenne d’un club espagnol obtenant l’accession en Liga ?

Par le passé, certains clubs professionnels espagnols évoluant en deuxième division ont pris d’importants risques financiers afin de pouvoir accéder ou retourner au plus vite au sein de l’élite du football espagnol. Une étude portant sur les masses salariales des clubs ayant accédé à l’issue de la saison en Liga BBVA montre néanmoins que les prises de risques en matière salariale se sont réduites au cours des derniers exercices. Explications…

Une étude menée par le journaliste espagnol Roberto Bayon portant sur les masses salariales des clubs ayant obtenu l’accession en Liga BBVA au cours de la dernière décennie permet de dresser quelques grandes tendances au sujet de l’attitude adoptée par les dirigeants de clubs espagnols concernant la montée en 1ère division espagnole.

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Sans surprise, la fin des années 2000 et le début de l’actuelle décennie ont donné lieu à quelques grosses prises de risques financières de la part de clubs évoluant en deuxième division afin de retrouver au plus vite l’élite du football espagnol. C’est notamment le cas de Saragosse qui s’est mis en danger lors de la saison 2008-09 pour obtenir son ticket pour la Liga BBVA : le club a supporté une masse salariale de 30,54 M€, soit une charge supérieure à ses revenus opérationnels de l’époque ! Cela constitue un record au sein de la deuxième division espagnole.

Malheureusement, cette surcharge financière supportée par le club a ensuite handicapé la politique sportive de Saragosse une fois de retour dans l’élite. Contrairement aux clubs de Championship en Angleterre, les formations ibériques ne bénéficiaient pas à l’époque d’une très forte réévaluation de leurs droits TV car la négociation se déroulait individuellement. En proie à de grosses difficultés financières, Saragosse n’a ainsi pas survécu au sein de l’élite du football espagnol.

Cependant, la Real Zaragoza n’est pas un cas isolé. Des formations comme Hercules Alicante ou encore le Deportivo lors de sa première remontée ont connu le même genre de mésaventure à la fin des années 2000 – début des années 2010. Certaines formations, confrontées à de très lourds déficits, ont accumulé des dettes très conséquentes envers notamment le Trésor Public espagnol durant cette période.

Néanmoins, les choses ont évolué depuis quelques saisons. L’exercice 2013-14 a notamment été marqué par une très forte réduction de la masse salariale moyenne des clubs ayant accédé à l’élite du football espagnol. Une réduction qui coïncide avec la mise en place par le gouvernement espagnol et la direction de LaLiga de mesures coercitives afin de réduire le niveau d’endettement fiscal des différentes formations professionnelles ibériques. Des mesures qui semblent s’avérer salvatrices pour bon nombre de clubs espagnols évoluant en deuxième division.

Malgré l’assainissement du niveau d’endettement des clubs professionnels espagnols, la baisse des masses salariales des clubs de deuxième division aux ambitions élevées pourrait ne pas durer en raison d’autres réformes mises en place par la ligue espagnole. Tout d’abord, la centralisation de la commercialisation des droits TV devrait permettre d’accroître les recettes télévisuelles de l’ensemble des clubs de l’élite grâce à une répartition plus juste et à une hausse globale des revenus. Un élément qui justifie à nouveau une prise de risque à court terme pour franchir un palier financier grâce à une accession à l’élite. Enfin, cette centralisation avec la redéfinition d’une nouvelle répartition permettra aux clubs de Liga Adelante de bénéficier d’une hausse non-négligeable de recettes TV lors des saisons à venir. Une large partie de cette manne financière supplémentaire sera très certainement réinvestie dans la masse salariale quand on connait l’importante corrélation existant entre ce poste de dépenses et le classement final obtenu en fin de saison.

En résumé, si l’assainissement global du football espagnol a entraîné une baisse des masses salariales parmi les meilleurs clubs de Liga Adelante, cette tendance ne devrait pas durer en raison des réformes récemment actées par la ligue espagnole. Néanmoins, les dérives financières des saisons passées avec la conclusion d’exercice avec de lourds déficits opérationnels et dettes fiscales semblent révolues.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire foot-business. 


Source photo à la Une : © Levante UD (Facebook)

Articles populaires

To Top

Send this to a friend

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer