Stratégie

La Liga BBVA continue à attirer les capitaux asiatiques

Alors que de nombreux clubs espagnols ont noué des partenariats commerciaux ou actionnariaux avec des entités asiatiques au cours des derniers mois, le phénomène se poursuit avec une formation ibérique qui devrait basculer sous pavillon chinois dans les jours à venir. Explications…

Le fabricant chinois de jouets, Rastar Group, a annoncé cette semaine avoir trouvé un accord pour devenir actionnaire majoritaire auprès du club ibérique de l’Espanyol Barcelone. En grosses difficultés financières, ce rachat permettra au club catalan de trouver rapidement des liquidités afin de rembourser ses dettes auprès notamment du Trésor Public espagnol.

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




D’après les informations divulguées dans la presse, Rastar Group s’apprête donc à débourser 17,8 M€ pour racheter 56% du capital social du club barcelonais. En plus de ce premier investissement, le groupe chinois devrait également fournir un apport immédiat de 30 M€ afin de solder toutes les dettes de la formation catalane. Néanmoins, le patron de Rastar Group, Chen Yansheng, n’a pas précisé si cet apport financier serait réalisé via une augmentation de capital ou un prêt accordé au club.

Le dirigeant de Rastar Group n’a pas caché ses ambitions lors de la conférence de presse officialisant la transaction. «On verra avec le temps mais nous sommes confiants dans le fait que notre coopération avec l’Espanyol puisse donner le meilleur. Nous avons confiance dans le futur sportif de l’Espanyol, c’est une grande équipe et elle pourra croître sûrement beaucoup plus » a alors indiqué Chen Yansheng, n’écartant pas à moyen terme une possible qualification pour la C1.

Evidemment, l’Espanyol Barcelone n’est pas le premier club ibérique à basculer sous pavillon asiatique. Un an plus tôt, le milliardaire singapourien Peter Lim, rachetait 70% du capital social du club de Valencia CF contre un investissement initial de 88 M€. Ce dernier consentira par la suite à réaliser un prêt à hauteur de 100 M€ pour poursuivre le développement sportif du club.

peter lim valencia cf

Peter Lim a investi près de 200 M€ depuis son arrivée à la tête de Valencia CF

L’an dernier, l’Atletico Madrid a également reçu des investissements en provenance d’Asie. Le puissant groupe chinois Wanda, par l’intermédiaire de son dirigeant Jianlin, a acquis 20% du capital social du club madrilène contre un investissement de 45 M€. Une somme additionnelle de 15 M€ sans aucune contrepartie officielle a également été accordée par le groupe chinois à l’Atletico Madrid afin d’aider le club à concrétiser ses projets.

Si la bonne santé d’une activité économique se mesure à la capacité de capter des investissements étrangers, la Liga BBVA est clairement sur la bonne voie. Lors de la saison 2014-15, les clubs du championnat espagnol ont reçu plus de 100 M€ d’investissements en provenance de Chine. Sur un an, les investissements provenant d’Asie – hors Moyen-Orient – s’élèvent à hauteur de 300 M€ !

Cette arrivée massive de capitaux en provenance d’Asie est notamment due au travail réalisé par la LFP espagnole, désormais appelée LaLiga, pour internationaliser le championnat ibérique. Le patron de l’institution, Javier Tebas, se démène depuis plusieurs années pour accroître la notoriété du championnat espagnol dans la région Asie Pacifique. Une politique qui coïncide parfaitement avec la stratégie de développement footballistique initiée par le gouvernement chinois : ce dernier encourage les grandes entreprises à contribuer dans le développement de la pratique du sport en investissant dans les infrastructures locales ou en développant des partenariats avec les meilleurs championnats.

Enfin, la mutualisation des droits TV opérés au sein de la Liga BBVA, offre des perspectives importantes de développement économique pour le championnat. Grâce à cette opération, la Liga est parvenue à multiplier par 5 ses revenus télévisuels internationaux lors du dernier appel d’offres. Une croissance économique qui aiguise l’appétit de nombreux investisseurs…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire foot-business. 

Articles populaires

To Top

Send this to a friend

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer