Economie

La Liga BBVA réduit son endettement envers l’Etat

Confronté à un endettement en perpétuelle croissance, l’Etat Espagnol a imposé en avril 2012 un accord prévoyant un abaissement progressif de la dette des clubs professionnels espagnols. Un an et demi après la conclusion de cet accord, les chiffres sont plutôt encourageants.

L’Espagne connait depuis 2008 une situation économique difficile. Face aux pressions exercées par l’Union Européenne, le pays a été contraint d’employer la manière forte envers ses clubs de football en avril 2012 afin que ces derniers remboursement leurs dettes. En janvier 2012, les dettes cumulées des clubs de Liga BBVA et de Segunda Division envers l’Etat se chiffraient à 752,2 millions d’euros. Un montant inconcevable pour les experts de l’Union Européenne alors que l’UE prêtait des centaines de millions d’euros à l’Espagne pour soutenir économiquement le pays et renflouer ses banques.

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




dette espagnol atletico madrid

En janvier 2012, l’Atletico Madrid accumulait la plus lourde dette de Liga BBVA envers l’Etat : 155 millions d’euros.

Au printemps 2012, le conseil d’administration de la LFP (Liga Futbal Profesional) a réussi à faire voter un accord prévoyant le remboursement progressif de la dette accumulée envers l’Etat. Pourtant, de nombreux petits clubs étaient opposés à cet accord. Prévenus à la dernière minute, ils soupçonnaient les dirigeants des grands clubs d’avoir directement négocié à leur avantage cet accord avec le ministère des sports. Lors du vote, l’accord reçoit 27 votes en sa faveur contre 14 votes en sa défaveur.

L’accord conclu entre la LFP, les clubs et l’Etat Espagnol porte ses fruits

L’accord prévoyait des mesures coercitives importantes et une possibilité d’ingérence de l’Etat Espagnol dans les comptes des clubs mauvais payeurs. Entre autre, à partir de la saison 2014-15, 35% du montant des droits TV perçus par chaque club endetté servira de caution pour rembourser la dette contractée. Si les objectifs ne sont pas respectés, l’Etat peut également forcer un club à vendre des joueurs sur le marché des transferts. Une décision qui est amèrement appréciée de la part des dirigeants de club.

Malgré les réticences de nombreux dirigeants, l’accord a commencé à porter ses fruits. La LFP a publié les évolutions de l’endettement entre janvier 2012 et juin 2013. Entre ces deux dates, l’endettement des clubs espagnols envers l’Etat a diminué de 156,8 millions d’euros, soit une baisse de 20,8%. La dette est passée de 752,2 à 595,4 millions d’euros.

Une réduction qui concerne toutes les typologies d’endettement. La dette cumulée envers la Sécurité Sociale Espagnole est passée de 13,2 millions d’euros en janvier 2012 à 6,8 millions d’euros en juin 2013. Cela constitue une réduction de 6,4 millions d’euros.

Avec l’instauration de l’accord signé en avril 2012, la LFP prévoit un désendettement des clubs espagnols envers l’Etat à l’horizon 2020. Un échéancier validé par l’Etat en personne. Actuellement, les remboursements se déroulent plus rapidement que prévu. Avec la mise en place de la règle sur les montants de droits TV à partir de la saison prochaine ; l’Etat Espagnol devrait réussir son pari. Une situation qui est loin d’être gagnée dans d’autres pays comme au Brésil…

Google Plus

Articles populaires

To Top

Send this to a friend

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer