Stratégie

Une Ligue 1 à 18 clubs pour la rendre plus compétitive ?

Avant même d’être un terme à la mode en politique, la compétitivité du championnat de France fait débat depuis de nombreuses années. Afin de rattraper une partie du retard face à nos adversaires européens, un front de dirigeants a exprimé publiquement une solution : repasser à 18 clubs en Ligue 1. Moins en vogue actuellement, cette mesure continue à être discutée dans les coulisses de la Ligue de Football Professionnel.

Au lendemain de son titre avec l’Olympique de Marseille en 2010, Jean-Claude Dassier, alors président du club olympien, milite ouvertement pour repasser à 18 clubs en Ligue 1. A l’époque, il s’agit selon lui de la seule décision crédible pour améliorer la compétitivité du championnat. Ses arguments ont été repris en boucle par les militants d’une Ligue 1 à 18 clubs : allègement du calendrier et augmentation de la part des droits TV. Selon Dassier, une Ligue 1 à 18 clubs resserra le niveau et accroitra l’émulation.

Jean Claude Dassier Ligue 1

Jean Claude Dassier a été le premier à s’exprimer publiquement sur un retour à 18 clubs en Ligue 1

Aujourd’hui, Dassier n’est plus l’homme fort de l’OM. Son successeur, Vincent Labrune ne s’est jamais exprimé publiquement sur le sujet. Ayant beaucoup de travail à réaliser au sein de l’OM, il ne prend pas beaucoup part aux discussions de couloir de la LFP. Mais un front de dirigeants de grands clubs pense qu’il s’agit toujours de la bonne solution pour améliorer la compétitivité. Jean-Michel Aulas, président de l’OL, penche pour cette optique même s’il n’a pas une position tranchée.


Une Ligue 1 à 18 clubs ne présente aucun argument valable pour accroitre la compétitivité

Les arguments avancés par les défenseurs d’une Ligue 1 à 18 clubs ne tiennent pas. Le plus entendu est celui de l’allègement du calendrier. Certes, une Ligue 1 à 18 clubs provoque une réduction de 4 matchs par saison. Mais un allègement similaire peut être trouvé en supprimant la Coupe de la Ligue qui ne présente pas un grand intérêt pour les amateurs de ballon rond. Mieux vaut supprimer une compétition sans réel intérêt plutôt que de priver deux villes de football de haut niveau.

Quant à la question de l’accroissement des revenus, le débat est encore plus ouvert à ce niveau. Dans son argumentaire, Jean-Claude Dassier souhaitait jouer sur deux caractéristiques pour augmenter les revenus issus des droits TV : le phénomène de rareté et l’engouement du pays pour le foot. Dassier veut profiter de la réduction du nombre de matchs pour augmenter les droits TV. Selon lui, le produit est plus rare et plus qualitatif.

Mais là encore, cette vision n’est pas partagée de tous. Pour Canal Plus, il est hors de question de payer plus cher pour diffuser moins de matchs. De plus, au prix des droits TV, les concurrents capables de diffuser le championnat de Ligue 1 ne sont pas légions et la chaine cryptée ne sera pas mise en grande difficulté sur ce terrain. Aujourd’hui encore, de nombreux experts doutent de la rentabilité à terme de BeInSport.

Cyril Linette Canal Plus

Pour Cyril Linette, patron des sports du groupe Canal Plus, il est hors de question de payer plus cher les droits TV de la Ligue 1 pour moins de match.

Si les droits TV ne sont pas vendus plus chers, il ne reste plus alors que la récupération de la part attribuée aux deux derniers du championnat. Or, une grosse partie de la distribution des droits TV dépend déjà du résultat sportif et de la notoriété du club. Si les droits TV des deux derniers clubs avaient été répartis aux 18 autres clubs l’an dernier, chaque club aurait touché la somme de … 1,5 million d’euros. Cela ne compense même pas la perte engendrée par le manque de recettes en billetterie !


Les méfaits de la Ligue 1 à 18 clubs

De plus, les partisans d’une Ligue 1 à 18 clubs éludent un problème de taille : la perte de deux clubs professionnels. A moins de créer un championnat de Ligue 2 ou de national à 22 clubs… Cela ne parait pas simple dans le contexte économique actuel. De très nombreux clubs de l’étage inférieur connaissent des problèmes financiers. L’AS Cannes, le RC Strasbourg ou encore le Grenoble Foot 38 en sont les derniers exemples. La Ligue 2 ou le National ne peuvent supporter financièrement deux équipes supplémentaires.

Alors, dans un contexte non approprié, une Ligue 1 à 18 clubs mettrait au chômage les joueurs et le staff de deux clubs entiers. A l’heure où les effectifs de l’UNFP n’ont jamais été aussi remplis durant les stages de l’été, le football ne donnerait là pas une très belle image de solidarité.

La compétitivité est le maitre-mot aujourd’hui. Après les déboires de Lille ou de Montpellier en Ligue des Champions, il est important de trouver des solutions pour rehausser le niveau de notre championnat. Sinon, le PSG risque de se sentir seul pendant de nombreuses saisons. Mais les décisions doivent être prises dans une stratégie de long terme. Certains clubs l’ont déjà compris en essayant de bâtir de vrais projets avec la construction d’un nouveau stade ou encore le rachat d’un centre de formation. Les idées ne manquent pas… alors il faut cesser avec le retour à 18 clubs !

Google Plus

Articles populaires

To Top
Tweetez
Partagez
Partagez

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer