Economie

La Ligue 1, future puissance du football européen ?

Souvent critiquée pour son niveau de jeu et les performances de ses clubs à l’échelle européenne, la Ligue 1 a montré au cours de la saison 2014-15 un visage inattendu tant sur le plan national qu’au niveau des résultats européens. A tel point que la presse internationale commence à (re)considérer ce championnat. Explications…

Alors que les thèses déclinistes séduisent toujours autant en France, le championnat de Ligue 1 n’a pas échappé à ce mouvement au cours des dernières années. Pression fiscale beaucoup trop importante, internationalisation insuffisante, manque d’intérêt des grands groupes français envers le football hexagonal… les arguments ne manquaient pas aux experts pour expliquer le lent déclin du championnat français dans la hiérarchie européenne.

Et pourtant, la Ligue 1 a surpris dans le bon sens du terme au cours de cet exercice 2014-15. Si le niveau d’un championnat se mesure à son élite, la Ligue 1 est parvenue à glisser deux représentants en quart de finale de la Ligue des Champions. Cela constituait une première depuis la saison 2009-10.

Si certains pensent que cette performance est anecdotique, les médias internationaux jugent clairement une Ligue 1 en progrès, réalisant des efforts pour réduire l’écart avec les meilleurs championnats du continent.  The Independant a ainsi consacré un article ce week-end sur l’actuelle ascension du championnat français.

4 clubs de Ligue 1 au-dessus des 150 M€ de CA opérationnel dans les années à venir ?

Au sein de cet article, The Independant revient bien évidemment sur les puissances émergentes du championnat français, le PSG et l’AS Monaco, suite notamment à l’arrivée de puissants actionnaires à la tête des deux clubs. Mais le quotidien britannique estime qu’une troisième force sportive et financière est en train de revoir le jour au sein de la Ligue 1 : l’Olympique de Marseille.

Grâce à un stade Vélodrome rénové, l’Olympique de Marseille est entré dans un nouveau cycle de croissance économique avec une progression envisageable de ses revenus de billetterie et de sponsoring. Alors que l’OM a déjà communiqué sur un chiffre d’affaires de billetterie de l’ordre de 30 M€ pour la saison 2014-15, le club olympien pourrait franchir la barre des 35 M€ lors de la saison 2015-16 en cas de qualification pour la phase de poules de la Ligue des Champions.

L’exploitation de ce nouveau Vélodrome doit permettre à l’OM de générer des revenus opérationnels supérieurs à 150 M€ par exercice. Un niveau qui rapprocherait l’OM de l’AS Monaco qui enregistre 175 M€ de revenus opérationnels hors Ligue des Champions. Certes, le club olympien serait encore éloigné d’un PSG aux 475 M€ de CA opérationnel mais il reviendrait alors dans la course au top 20 des clubs européens générant les plus gros revenus.

puissance européenne ligue 1

L’OM et l’ASM se livrent une lutte pour la 3ème place extrêmement importante sur le plan sportif et financier

Si l’article de The Independant se focalise sur le retour de l’OM sur le devant de la scène nationale, il omet le modèle actuellement construit par l’Olympique Lyonnais qui doit permettre au club de retrouver son rang européen. Grâce à l’exploitation de son nouveau stade, le club rhodanien compte générer 70 M€ de chiffre d’affaires par saison contre moins de 20 M€ enregistrés via l’exploitation du stade Gerland lors des bonnes saisons du club. Associé à une qualification en Ligue des Champions, l’OL devrait être en mesure de percevoir près de 90 M€ de revenus opérationnels additionnels lors des prochaines saisons lui permettant de se rapprocher de la barre des 200 M€ de chiffre d’affaires.

Ainsi, à l’avenir, le championnat français devrait compter quatre clubs générant des revenus opérationnels dépassant largement la barre des 150 M€. Bien évidemment, pour atteindre ce niveau de revenus, il ne faudra pas connaitre d’accident sportif. Des revenus qui donnent les moyens aux trois outsiders du PSG de s’inscrire dans la durée dans le top 20 européen et d’envisager régulièrement une qualification pour les huitièmes de finale de la C1. Si cet objectif est régulièrement rempli, la Ligue 1 pourra alors envisager de remonter sérieusement au classement des coefficients UEFA. Une hypothèse qui est clairement prise au sérieux chez nos voisins européens…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Articles populaires

To Top

Send this to a friend

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer