Economie

La Ligue 1 ne veut pas de la taxe à 75%

Frédéric Thiriez s’est offusqué contre la dernière version de la taxe à 75% présentée par le gouvernement. Le président de la LFP, avec l’appui de la FFF et de tous les représentants du football professionnel, compte demander une audience au président de la République pour faire entendre son point de vue…

Alors que la Ligue 1 a pensé pouvoir échapper à la taxe à 75% souhaitée par le gouvernement Ayrault suite à quelques déclarations de Pierre Moscovici, il n’en est rien. Elle a simplement obtenu un petit allégement avec un plafonnement de la taxe à 5% du chiffre d’affaires réalisé par l’entreprise.

Cette modification ne convainc pas du tout le football professionnel français. Frédéric Thiriez, avec l’appui des présidents de club, des organisations syndicales de joueurs, entraineurs, médecins, arbitres et salariés administratifs ; compte continuer le combat afin d’exempter les clubs de football professionnel de cette taxe.

Frédéric Thiriez souhaite obtenir une audience auprès du président de la République ou du premier ministre

Pour Frédéric Thiriez, malgré les dernières modifications apportées au dispositif, certains clubs ne pourront payer le coût engendré par cette taxe supplémentaire. Faisant face à des déficits chroniques lors de chaque exercice, certains clubs de Ligue 1 sont déjà dans des situations financières délicates. Cette taxe à 75% pourrait signer leur arrêt de mort.

Pourtant, le nouveau dispositif apporté par le gouvernement (plafonnement du coût de la taxe à 5% du chiffre d’affaires réalisé) soulage tout de même l’addition que devra régler la Ligue 1. Lors du lancement de cette formule à 75% supportée par les entreprises, cette taxe devait coûter à l’ensemble de la Ligue 1 un montant d’environ 82 millions d’euros par an ! Avec le nouveau dispositif, la facture est ramenée à 44 millions d’euros.

Abonnement Ecofoot Premium – S’abonner à notre version premium, c’est :

  • Accéder à 100% des contenus Ecofoot
  • Bénéficier de nos meilleurs contenus au format magazine
  • Soutenir le développement d’un média que vous appréciez




  • Frédéric Thiriez trouve que le nouveau dispositif est encore plus injuste que le précédent

    Les économies réalisées ne suffisent pas à satisfaire la Ligue 1. Frédéric Thiriez explique que cette baisse de facture ne va concerner que les clubs en mesure de régler l’addition : essentiellement le PSG mais aussi l’OM ou encore le LOSC. Mais les petits clubs avec un budget bancal seront toujours asphyxiés par cette taxe qui ne sera pas abaissée.

    Thiriez

    Le patron de la LFP, Frédéric Thiriez, est sur tous les fronts en ce moment. Avec le projet delta, il s’attaque également à la taxe à hauteur de 75%.

    Cette taxe, si elle entrait en vigueur, concernerait 13 clubs de Ligue 1. Le PSG assumerait tout seul près de 10 millions d’euros. L’OM, l’OL et le LOSC auraient une facture tournant autour de 5 millions d’euros. Les Girondins de Bordeaux paieraient autour de 3,5 millions d’euros. Des clubs comme Rennes ou Saint-Etienne débourseraient autour de 1,5 million d’euros.

    Frédéric Thiriez fait tout son possible pour exempter le football de cette taxe. Il compte également sur l’appui de la Ligue National de Rugby qui est également touché dans une moindre mesure par ce dispositif. Après la suppression du DIC sous le quinquennat Sarkozy, le sport de haut niveau français pourrait subir une deuxième réforme financière difficilement supportable.

    Pour le moment, l’AS Monaco est exempté de cette taxe pour les joueurs étrangers de son effectif. Concernant les joueurs français, la question est en suspens. Mais l’ASM attend également une décision de justice concernant l’installation de son siège en France. Toutes ces incertitudes n’aident pas l’ASM à élaborer un budget pour la saison 2014-15. Le club de la Principauté est encore plus dans l’expectative que les autres clubs de Ligue 1.

    Google Plus

    Articles populaires

    To Top

    Send this to a friend

    En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer