Economie

La Ligue 1 décroche-t-elle financièrement par rapport aux autres championnats européens ?

naming vélodrome orange

Le cabinet Deloitte vient de publier l’édition 2016 de son étude portant sur l’état financier du football européen en exploitant les données de la saison 2014-15. Si le secteur se porte globalement bien et affiche une belle croissance, le cas de la Ligue 1 est préoccupant. Explications…

D’après les données fournies par le cabinet Deloitte, et publiées dans son rapport « Annual Review of Football Finance 2016 », le football européen a généré 22,1 milliards d’euros de revenus opérationnels (billetterie, droits TV, recettes commerciales) au cours de la saison 2014-15. Cela constitue une progression de 800 M€ par rapport à l’exercice précédent.

Cette croissance a été principalement portée par les championnats du Big 5, groupe constitué par le cabinet Deloitte et incluant la Premier League, la Liga, la Bundesliga, la Serie A et la Ligue 1. Les clubs de ces 5 championnats ont généré 12 milliards d’euros en 2014-15, soit 700 M€ de plus que lors de la saison précédente. Désormais, les cinq principaux championnats représentent plus de 54% des revenus générés par le secteur en Europe.

Si quatre des cinq grands championnats européens ont connu une croissance de recettes compris entre 100 et 500 M€ grâce principalement à la réévaluation d’importants contrats de sponsoring, un championnat fait néanmoins exception au sein de ce Big 5. Contrairement à la tendance générale, la Ligue 1 a connu une baisse de ses revenus de 80 M€, laissant alors se creuser un écart de plus en plus conséquent par rapport à ses concurrents. La Ligue 1 a notamment été impactée au niveau des droits TV domestiques et des recettes commerciales. La fin du contrat entre l’AS Monaco et l’agence AIM est une raison évoquée dans le rapport Deloitte pour expliquer cette baisse de revenus commerciaux même si le secteur souffre globalement d’un manque de dynamisme.

Fort heureusement, cette tendance ne devrait pas durer pour le championnat français. L’entrée en vigueur du nouveau contrat de droits TV domestiques à compter de la saison 2016-17 et l’effet positif de l’EURO 2016, notamment sur la billetterie B2C, devrait aider les clubs français à retrouver le chemin de la croissance. La L1 devrait ainsi être en capacité de générer des recettes à hauteur de 1,630 milliard d’euros lors de l’exercice 2016-17.

Néanmoins, le rythme de croissance ne sera pas assez soutenu pour rattraper le retard pris sur les autres principaux championnats européens. Au contraire, l’écart se creusera avec la plupart d’entre eux, qui bénéficieront également de l’entrée en vigueur de leurs nouveaux contrats télévisuels (sauf pour la Bundesliga dont l’application du prochain contrat est prévue pour 2017-18). Une tendance inquiétante qui n’aidera pas les clubs français à retenir leurs meilleurs joueurs ou encore à briller sur la scène européenne à l’exception du PSG qui échappe à ce constat grâce à la conclusion de très importants contrats commerciaux.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous abonner à notre compte Twitter


*estimations

Source photo à la Une : © Wikipedia.org (Challengeputeaux)

Articles populaires

To Top

Send this to a friend

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer