Economie

Ligue 2 – Classement des chiffres d’affaires

sponsoring rc lens

La DNCG a publié en fin de semaine dernière les rapports financiers de l’ensemble des clubs professionnels français concernant l’exercice 2015-16. L’occasion pour Ecofoot.fr de dresser le classement des clubs de Ligue 2 en fonction de leur chiffre d’affaires hors transferts…

Au cours des derniers exercices, la Ligue 2 a peiné à accroître ses revenus structurels. Une tendance qu’est venue confirmer le bilan de la saison 2015-16. Le championnat a affiché des recettes hors transferts à hauteur de 203,720 M€ lors du dernier exercice. Un montant en progression de 1,8% par rapport au dernier exercice, mais qui maintient une oscillation des revenus autour de la barre des 205 M€ observable depuis 2010-11.

Cette stagnation des revenus provient essentiellement de la dépendance du championnat aux recettes télévisuelles. Alors que la L2 perçoit une partie de l’enveloppe globale négociée par la LFP (environ 15%) auprès des diffuseurs, cette manne a représenté plus de 51% des revenus totaux du championnat au cours du dernier exercice.

Si ce mode de rétribution télévisuelle permet à la Ligue 2 d’entretenir un certain niveau de chiffre d’affaires ; il entraîne une non-maîtrise des principaux facteurs liés à son développement économique. De plus, le championnat est alors contraint de se plier aux désidératas de ses diffuseurs et des autres clubs professionnels français. Une situation qui provoque un ralentissement de la croissance des autres sources de recettes : la programmation des rencontres n’est pas toujours favorable à l’optimisation des recettes de billetterie et de sponsoring.

Le RC Lens s’installe en tête de la hiérarchie financière

Malgré la dépendance aux droits TV et une distribution des dotations télévisuelles relativement égalitaires, il existe néanmoins des disparités importantes concernant le chiffre d’affaires hors transferts enregistré par les différents clubs de Ligue 2. Ainsi, le premier club du classement a généré 3,2 fois plus de recettes que le dernier de la hiérarchie financière.

Sans grande surprise, le RC Lens se classe en tête du classement du chiffre d’affaires avec des revenus à hauteur de 17,177 M€. Le club lensois s’appuie notamment sur de bonnes recettes de billetterie pour le championnat (3,632 M€). Toutefois, les revenus de sponsoring ont certainement été impactés par l’incertitude actionnariale planant au sein du club l’an dernier et par certains engagements pris auprès de son désormais ex-propriétaire (sponsoring maillot, encarts publicitaires stade…).

Globalement, les trois clubs ayant réussi à monter à l’issue de la saison se situent dans le premier quart du classement. La bonne dynamique sportive a notamment favorisé les recettes de billetterie du FC Metz, de l’ASNL et du DFCO. Le passé récent des deux clubs lorrains en L1 leur permet également d’entretenir d’importantes recettes de sponsoring.

La surprise de ce classement est certainement le Paris FC qui est parvenu à se hisser au 8ème rang avec un chiffre d’affaires hors transferts supérieur à 10 M€ pour son retour dans l’élite. Le club parisien a notamment enregistré les plus importants revenus de sponsoring du championnat (4,467 M€). L’accord signé à l’entame de la saison dernière avec Vinci a certainement contribué à renforcer les revenus publicitaires du club. Toutefois, ce niveau de recettes n’a pas suffi à maintenir le club en L2.

Enfin, le club de Bourg-en-Bresse se classe au dernier rang de la hiérarchie avec des recettes de l’ordre de 5,4 M€. Arrivé de National l’an dernier, le club bressan se structure pas à pas afin de pouvoir pérenniser sa place en L2. Le club a notamment disposé de son stade qu’au bout de quelques journées, pénalisant ainsi ses recettes de billetterie. Néanmoins, cela n’a pas empêché le club d’accomplir une brillante saison sportive, ponctuée par une belle 11ème place !

Source photo à la Une : RC Lens

To Top

Send this to a friend