Economie

Ligue 2 – Classement des revenus de sponsoring

revenus de sponsoring ligue 2

La DNCG a dernièrement publié le bilan financier de l’ensemble des clubs professionnels français concernant l’exercice 2015-16. L’occasion pour Ecofoot.fr de dresser le classement des revenus de sponsoring des clubs de Ligue 2.

Si la Ligue 2 a enregistré un résultat net négatif à hauteur de 17,5 M€ au cours de l’exercice 2015-16, elle le doit notamment à une stagnation de ses revenus hors transferts. Une stagnation qui, en apparence, ne concerne pas les revenus de sponsoring. En effet, le championnat de L2 a enregistré des revenus publicitaires de l’ordre de 46,8 M€, des recettes en hausse de 14,9% par rapport à l’exercice précédent.

Pourtant, ce taux de croissance ne reflète pas véritablement la tendance enregistrée par la compétition. Le niveau élevé de cet indicateur est dû à un exercice 2014-15 particulièrement mauvais pour la L2. En réalité, le championnat connaît également une stagnation de ses revenus de sponsoring depuis le début de la décennie. Lors de l’exercice 2010-11, la L2 avait ainsi généré des recettes publicitaires à hauteur de 52,1 M€.

Alors que plusieurs éléments peuvent être mis en avant pour expliquer le manque de dynamisme des revenus de sponsoring au sein du championnat de L2 (contexte économique global difficile, présence de clubs dans des régions présentant un faible dynamisme économique, retour de nombreux clubs à fort potentiel en L1…), la non-optimisation de l’exposition du championnat (rencontre phare disputée le lundi soir, aucune affiche disputée le dimanche) constitue certainement un facteur important conduisant à cette situation.

Le Paris FC mène le classement

Néanmoins, malgré les difficultés rencontrées globalement par le championnat, certains clubs parviennent tout de même à bien s’en sortir. C’est notamment le cas du Paris FC, qui a généré au cours du dernier exercice, les plus importantes recettes publicitaires !




Le club francilien a ainsi enregistré des revenus de sponsoring à hauteur de 4,467 M€. Malgré son statut de promu, le Paris FC a profité du contexte particulier de la région parisienne pour signer des contrats avec des acteurs majeurs de l’économie française. Le club avait notamment noué en amont de la saison un contrat de sponsoring maillot avec Vinci. Toutefois, malgré les efforts commerciaux du club, le Paris FC n’est pas parvenu à conserver sa place en L2.

Derrière le Paris FC, le haut du tableau est composé de formations ayant connu la Ligue 1 dans un passé récent. C’est notamment le cas du Stade Brestois qui enregistre des recettes à hauteur de 4,309 M€. Le club finistérien bénéficie également d’un environnement favorable, malgré la présence de nombreux clubs bretons au sein du football professionnel français.

Au sein de cette hiérarchie, le RC Lens ne pointe qu’au huitième rang avec des recettes de sponsoring à hauteur de 2,47 M€. Un classement étonnant étant donné la popularité du club Sang et Or. Mais cela s’explique notamment par les difficultés actionnariales rencontrées par la formation artésienne au cours du dernier exercice. Des difficultés qui ont notamment cadenassés certains accords premiums, à l’image du contrat de sponsoring maillot.

Enfin, une dizaine de clubs de Ligue 2 ont généré des recettes commerciales inférieures à 2 M€ sur l’ensemble de la saison 2015-16. Certains clubs ont notamment éprouvé des difficultés à signer un accord de sponsoring maillot sur l’ensemble de la saison, conduisant à une réduction des tarifs initialement demandés pour commercialiser un tel espace.

Source photo à la Une : Capture vidéo Dailymotion

Articles populaires

To Top
Tweetez6
Partagez20
Partagez29

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer