Economie

Le LOSC est à vendre

Trois jours après son terrible fiasco face au Bayern Munich, le Losc cherche un nouvel actionnaire. Michel Seydoux, président et actionnaire majoritaire du club à hauteur de 60% a confirmé hier la nouvelle dans le quotidien l’Equipe.

La nouvelle est officielle depuis fin octobre mais Michel Seydoux a attendu vendredi matin pour la confirmer : le président du Losc cherche à se désengager du club « pour le faire progresser ». A 65 ans, il ne souhaite plus prolonger l’aventure au sein du club nordiste dont l’ascension a été fulgurante jusqu’aux plus hautes sphères du football hexagonale.

L’actionnaire majoritaire du club a mandaté une banque d’affaires, Amilton Partners pour trouver un nouvel investisseur capable de faire franchir un palier supplémentaire au club. Mais Michel Seydoux a tenu à préciser qu’il prendrait son temps et qu’il ne céderait pas le club au premier venu. Il veut un investisseur sérieux qui poursuivra l’ascension du club.

Michel Seydoux veut se désengager du LOSC.

Seydoux n’en fait pas une question d’argent. La valeur financière de la transaction l’importe peu. En revanche, il tient à préciser qu’il n’a aucun compte à rendre à la communauté urbaine de Lille ainsi qu’à sa présidente, Martine Aubry. Il lance une pique à l’élue du Nord qui a récemment refusé l’offre de naming du Grand Satde de l’actionnaire minoritaire Partouche sous prétexte que l’entreprise ne représente pas « les valeurs du Nord ».

Vers un désengagement de Partouche ?

La famille Partouche a mal vécu l’épisode du naming refusé par la communauté urbaine de Lille. Isidore, fondateur de l’entreprise et son fils Patrick, président du conseil de surveillance n’ont pas une grande motivation à poursuivre la collaboration avec le club Nordiste.

Isidore Partouche semble vouloir se désengager du LOSC.

La famille Partouche est prête à vendre ses parts du club en cas d’offre intéressante d’un nouvel investisseur qui souhaiterait avoir les coudées franches. Actionnaire à hauteur de 40% et sponsor maillot du club, Partouche veut profiter du désengagement de Michel Seydoux pour potentiellement se retirer également de la vie du club.

Le Losc est à la croisée des chemins. Doté d’un centre de formation ultra-moderne dont il est propriétaire et possédant un nouveau stade de 50 000 places (même s’il n’est pas propriétaire), le Losc a de quoi séduire de nombreux investisseurs. Seul le contexte de crise économique peut jouer des tours au club Nordiste. Mais Michel Seydoux l’a encore rappelé : il compte prendre son temps pour trouver le nouvel homme fort du club.

Google Plus

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer