Economie

Le LOSC annonce une perte de 3 millions d’euros sur l’exercice 2012-13

Alors que le club nordiste avait enregistré un excédent net de 3,77 millions d’euros en 2011-12 (essentiellement du au transfert d’Eden Hazard à Chelsea), le club nordiste annonce un déficit de l’ordre de 3 millions d’euros pour l’exercice 2012-13. Mais les efforts réalisés lors du dernier mercato estival combinés à de bons résultats sportifs devraient ramener les finances du club dans le bon sens pour 2013-14…

Réunis en assemblée générale ordinaire hier, les dirigeants du club nordiste ont dévoilé les comptes du LOSC pour l’exercice 2012-13.  Le chiffre d’affaires hors mutation de joueurs a progressé de 24% par rapport à l’édition précédente pour s’établir à 93,22 millions d’euros (vs 75,3 millions d’euros en 2011-12). Malgré cette hausse, le club prévoit un déficit de 3,08 millions d’euros pour l’exercice. Contrairement à l’an dernier, le club n’a pu compter dans son bilan la vente d’un grand joueur comme Eden Hasard (dont le montant du transfert a été comptabilisé sur l’exercice 2011-12).

Pourtant, le club s’est attelé à réduire sa masse salariale. Celle-ci est passée de 65,5 millions d’euros en 2011-12 à 45,36 millions d’euros en 2012-13. La réduction salariale a surtout concerné le secteur sportif alors que le nombre de salariés au sein du club est presque inchangé (128 en 2013 vs 120 en 2012). Cet allègement de la masse salariale est notamment dû aux départs de Moussa Sow, Eden Hasard ou encore de Debuchy et Landreau lors du mercato hivernal de la saison 2012-13.

Cet allègement de la masse salariale associé aux revenus générés par la Ligue des Champions (22 millions d’euros) et à l’entrée dans le nouveau stade, n’a pas suffi pour rétablir l’équilibre des finances du club. Mêmes les transferts de Chedjou (8 millions d’euros) et de Payet (10 millions d’euros), comptabilisés dans les comptes de l’exercice 2012-13 ne permettent pas de générer un bilan financier positif.

Le bilan financier du LOSC pour la saison 2013-14 pourrait redevenir positif

Cette perte de 3,08 millions d’euros n’inquiète pas l’état-major du club nordiste. Pourtant, le LOSC pourrait s’alarmer face aux perspectives économiques. Cette saison, le club ne participe pas à la Ligue des Champions ce qui le prive d’ores et déjà privé de plus de 20 millions d’euros de revenus. Et la note fiscale risque de s’avérer plus salée avec la mise en place de la taxe à 75%.

L’inquiétude n’est pas au rendez-vous car le club de Michel Seydoux a pris ses dispositions cet été pour corriger le tir. Les efforts portant sur la réduction de la masse salariale se sont intensifiés et elle sera cette saison en-dessous de la barre des 40 millions d’euros. Pour cela, le club a laissé partir quelques gros salaires (Chedjou, Payet, Pedretti…) tout en les remplaçant par de joueurs permettant des économies (jeunes issus du centre de formation, recrues moins gourmandes…)

michel seydoux

Michel Seydoux reste confiant concernant l’avenir financier du LOSC. A condition que les clubs ne soient pas trop touchés par la hausse de la fiscalité.

Le club nordiste a également fait des économies sur le marché des transferts. Si l’an dernier, le club avait réalisé quelques emplettes importantes comme Marvin Martin (10 millions d’euros) ou encore Salomon Kalou (arrivé libre mais avec un gros salaire) ; le club a été plutôt un gros acteur au niveau des départs. Le transfert de Lucas Digne (15 millions d’euros) vers le PSG ou encore celui de Florian Thauvin (entre 12 et 15 millions d’euros) vers l’OM seront comptabilisés dans le bilan financier de 2013-14.

Le LOSC réduit ses coûts tout en optimisant ses revenus

Tout en diminuant les charges sportives, le club tente également de réaliser des économies au niveau de ses frais de fonctionnement. L’an dernier, l’arrivée du nouveau stade n’a pas permis au club de dégager des bénéfices additionnels. Cette saison, après un an de recul, le club tente de diminuer certains postes de dépenses afin de générer des revenus conformes aux attentes suscitées par cette nouvelle enceinte. Par exemple, les dépenses en matière de sécurité ont largement diminué du côté du LOSC. Désormais le coût unitaire de la sécurité pour l’organisation d’un match du LOSC à domicile est de l’ordre de 90 000 € contre 120 000 € la saison dernière.

Enfin le LOSC pourra sans doute compter sur des revenus supplémentaires à l’issue de la saison grâce à ses excellents résultats sportifs. Actuellement sur le podium de la Ligue 1, les dirigeants n’avaient pas budgétisés une place aussi élevée pour cette saison. Grâce à ce regain de forme, le LOSC pourrait engendrer à court terme des revenus télévisuels plus conséquents. Une place sur le podium pourrait également signifier une qualification pour la prochaine édition de la Ligue des Champions et un revenu additionnel minimum de 20 millions d’euros pour l’exerce 2014-15…

Les dirigeants nordistes ne sont donc pas inquiets de ce déficit de 3 millions d’euros sur l’exercice 2012-13. La situation actuelle du LOSC ressemble étrangement à celle de l’Olympique de Marseille de l’an dernier. Souhaitons à René Girard de connaitre un meilleur sort que celui d’Elie Baup à l’OM…

Google Plus

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer