Stratégie

Luis Figo croit toujours en ses chances

L’ancien meneur de jeu du Real Madrid, Luis Figo, pense que l’élection présidentielle de la FIFA reste ouverte et qu’il est toujours possible de détrôner Sepp Blatter, grand favori du scrutin. Des propos qui viennent corroborer les affirmations du prince jordanien Ali Ben Al Hussein, autre candidat à la présidence de l’institution. Explications…

A la sortie du congrès des fédérations africaines, se tenant au Caire, Luis Figo s’est montré optimiste quant à sa possible victoire à l’élection présidentielle de la FIFA. Ce dernier estime que la victoire de Sepp Blatter, désigné comme le grand favori par tous les spécialistes, est loin d’être complètement acquise. Des propos qui rejoignent les affirmations d’un autre concurrent, Ali Ben Al Hussein, qui compte jouer sa carte jusqu’au bout afin de remporter le scrutin.

Pourtant, au cours du congrès du Caire, Sepp Blatter a reçu le soutien officiel du président de la confédération africaine (CAF), Issa Hayatou. Ce dernier a clairement demandé à l’ensemble des fédérations du continent de voter en faveur du président sortant. Un discours qui a été suivi d’applaudissements par les présidents de fédération.

Néanmoins, au cours du discours prononcé par Issa Hayatou, Luis Figo n’a pas senti une adhésion unanime de toutes les fédérations africaines. « A l’issue du discours, nous avons juste entendu des applaudissements polis ce qui confirme mon idée qu’un grand nombre de fédérations africaines estiment qu’un changement est nécessaire à la tête de l’institution » a ainsi déclaré le candidat portugais.

Luis Figo a également soutenu avoir en sa possession le soutien de certains dirigeants de fédérations africaines. « Certains présidents de fédération m’ont assuré qu’ils voteraient pour moi lors du scrutin mais ils sont réticents à afficher leur support en public car ils ont peur des réactions envers leur fédération. C’est pour mettre fin à ce type d’atmosphère que j’ai décidé d’être candidat à la présidence de la FIFA » a ainsi déclaré l’ancien maître à jouer portugais.

Si les soutiens évoqués par Luis Figo ne sont pas vérifiables, en revanche, ce dernier a raison sur un point. Les dirigeants de fédérations africaines ne suivent pas toujours les consignes de vote. Alors qu’en 1998, Issa Hayatou appelle à voter pour Lennart Johansson, une grande majorité des présidents de fédérations préfèrent soutenir la candidature de Sepp Blatter. Et en 2002, alors qu’Issa Hayatou est lui-même candidat à l’élection présidentielle de la FIFA, plus de la moitié des fédérations africaines auraient voté pour le candidat suisse.

Issa Hayatou

Issa Hayatou n’a pas toujours été suivi dans les consignes de vote par les fédérations africaines.

Grâce à la mise en place d’une politique de rotation des continents concernant l’organisation de la Coupe du Monde, Sepp Blatter bénéficie d’une popularité très importante sur le continent africain. Des appuis qui se sont renforcés avec l’organisation de la première Coupe du Monde sur le sol africain, en Afrique du Sud en 2010. Malgré les propos tenus par Luis Figo, Sepp Blatter devrait récolter une très large majorité des voix auprès des fédérations africaines.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer