Economie

Malaga CF racheté par des investisseurs chinois ?

Alors que le cheikh qatari Abdullah bin Nasser Al-Thani cherche à se désengager depuis plusieurs saisons de Malaga CF, le club andalou pourrait être racheté cet été par des investisseurs chinois. Des négociations en cours ont été révélées par la presse chinoise. Explications…

Il est loin le temps où Malaga CF était perçu comme un nouveau riche, possédant une capacité d’investissements permettant d’attirer de nombreuses stars internationales. Le propriétaire du club, Abdullah bin Nasser Al-Thani, aura fait rêver toute une région durant deux années en mettant la main à la poche afin de créer en un temps record une nouvelle place forte du football espagnol en Andalousie.

Le mirage aura été bref et depuis la fin des projets immobiliers du cheikh qatari dans la région, ce dernier a décidé d’arrêter net ses investissements dans le club de Malaga. Lors de la fin de saison 2013-14, l’actionnaire principal du club est allé plus loin en indiquant qu’il n’investirait plus un seul euro au sein de la structure sportive. Le club doit alors compter sur ses propres deniers pour se financer.

Alors que le propriétaire qatari cherche clairement à vendre le club andalou au plus vite, la presse chinoise a ébruité au cours des derniers jours la tenue de négociations secrètes avec une entreprise chinoise dont le nom est encore inconnu. Si la rumeur n’avait pas pris une grosse ampleur jusqu’à présent, l’ouverture de discussions a été confirmée par Vicente Casado, directeur général de Malaga CF.

Actuellement, l’entreprise chinoise négocierait le rachat de 95% du capital social de Malaga CF avant le début de la saison 2015-16. Les 5% restants reviendraient à un collectif de petits actionnaires locaux parmi lesquels se trouverait l’ancien défenseur du Real Madrid, Fernando Hierro. Une fois la transaction bouclée, le groupe chinois souhaiterait rapidement moderniser les infrastructures du club tout en mettant en place un réseau d’échanges de joueurs avec des clubs chinois.

Vers une vague d’investissements chinois dans le football européen ?

Malaga CF n’est pas le premier club européen en contact avec de potentiels industriels chinois. La presse italienne a également évoqué la réception d’une offre chinoise concernant l’entrée d’un partenaire économique au sein du capital social du Milan AC. Le football français est également concerné avec la tenue de négociations entre le groupe Ledus et PSA concernant le rachat du FC Sochaux-Montbéliard.

Certains groupes sont déjà allés plus loin en passant réellement à l’action. C’est notamment le cas du groupe Wanda qui a acquis dernièrement 20% du capital social de l’Atletico Madrid contre un investissement de 45 M€. Le groupe United Vansen Sports, entreprise chinoise d’événementiel sportif connu pour organiser certaines rencontres officielles européennes sur le sol chinois à l’image du trophée des champions, a dernièrement acquis le club néerlandais d’ADO Den Haag.

Cette vague d’investissements d’entreprises chinoises au sein des clubs européens répond à plusieurs objectifs. Tout d’abord, certains groupes de l’Empire du Milieu cherchent à s’internationaliser afin de conquérir de nouveaux marchés. Une internationalisation qui cible des marchés européens à fort potentiel. Afin de conquérir au plus vite des parts de marché sur le Vieux Continent, les entreprises chinoises n’hésitent pas à s’associer à un sport extrêmement populaire permettant d’acquérir très rapidement une forte notoriété.

Si l’internationalisation peut constituer une motivation des entreprises chinoises, ces dernières pourraient également servir des intérêts diplomatiques en s’intéressant au football européen. Le gouvernement chinois cache de moins en moins ses ambitions d’accueillir un Mondial de football sur son sol. Mais pour concrétiser cet objectif, la Chine doit réunir deux conditions : posséder une équipe nationale de bon niveau et nouer des contacts auprès des grandes institutions footballistiques. Ainsi, les investissements des entreprises chinoises répondraient aux deux objectifs. D’ailleurs, lors de chaque arrivée d’investisseurs chinois dans le capital social des clubs européens, un transfert de compétences en matière de formation vers la Chine est toujours négocié afin de conclure la transaction.

atletico madrid griezmann

20% du capital social de l’Atletico Madrid est passé sous actionnariat chinois en début d’année 2015.

Si l’intérêt des grands groupes industriels chinois pour le football européen s’est multiplié au cours des derniers mois, ce phénomène devrait continuer à s’accroître lors des prochaines années. Ces investissements doivent servir la Chine dans sa volonté de devenir une puissance majeure du football mondial à moyen terme.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Articles populaires

To Top
Tweetez
Partagez
Partagez

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer