Economie

Quel est l’état du marché du sponsoring des équipes nationales ?

Alors que la présence de sponsors sur la tenue des sélections nationales est interdite par la FIFA en compétition officielle, les différentes fédérations participant à la Coupe du Monde parviennent tout de même à générer des revenus importants en provenance de partenaires commerciaux. Comment fonctionne le marché du sponsoring des équipes nationales ? Réponse sur Ecofoot.fr

Alors que l’UEFA a autorisé la présence de sponsors sur les tenues officielles des clubs au sein des compétitions européennes à partir de 1982, la FIFA s’est toujours refusé à accorder cette autorisation aux sélections nationales. Ainsi, l’affichage de toute référence commerciale est interdit sur les maillots des sélections nationales lors des rencontres officielles encadrées par la FIFA.

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Officiellement, la FIFA n’a pas souhaité évoluer sur ce point pour des raisons éthiques. Officieusement, la FIFA tient à préserver l’intérêt de ses partenaires commerciaux officiels qui lui rapportent des revenus commerciaux importants lors des grandes compétitions. Ses différents partenaires devraient lui rapporter aux alentours de 1,6 milliard de dollars lors de l’édition brésilienne de la Coupe du Monde. Un montant qui pourrait diminuer si la visibilité des partenaires de la FIFA était diluée par la présence de sponsors nationaux sur les maillots des sélections.

La FIFA tolère tout de même une exception : chaque sélection a le droit de négocier son contrat avec l’équipementier souhaité. Une exception qui permet tout de même d’engendrer des revenus confortables : la Fédération Française de Football a ainsi conclu un partenariat avec Nike sur la période 2011-18 qui lui rapportera plus de 320 millions d’euros, soit 45 millions d’euros par saison.

Le marché du sponsoring des équipes nationales se porte bien

Malgré les obstacles dressés par la FIFA en matière de sponsoring, les fédérations sont tout de même parvenues à trouver des solutions afin d’engendrer de conséquents revenus commerciaux. Si les équipes nationales n’ont pas le droit de porter de sponsor en match, en revanche, les fédérations peuvent librement commercialiser des espaces sur les tenues d’entrainement. Ainsi, la tenue d’entrainement de la sélection allemande arbore le logo du constructeur automobile Mercedes-Benz. C’est également le cas en France avec la présence du logo Crédit Agricole sur les tenues.

En plus du sponsoring des tenues d’entrainement, les fédérations peuvent vendre des droits d’utilisation de leur image. C’est notamment le cas en France avec des partenariats conclus avec des enseignes comme SFR ou encore Carrefour. La fédération italienne utilise également ce procédé avec Fiat ou encore l’opérateur téléphonique TIM.

tenue d'entrainement brésil

La tenue d’entrainement du Brésil est sponsorisée par quatre enseignes nationales.

Selon une étude récemment menée par Repucom, la fédération brésilienne est la nation qui engendrera les plus gros revenus du sponsoring sur l’année 2014. Cela ne constitue pas une surprise étant donné que le pays organise la Coupe du Monde. La fédération brésilienne percevra un revenu de 145 millions de dollars de sponsoring (hors contrat équipementier). L’essentiel de ses revenus sponsoring proviennent de quatre contrats établis avec des entreprises du pays : Guarana Antarctica, Itaù, Vivo et Sadia.

Derrière la fédération brésilienne, nous retrouvons les principales nations européennes. La fédération anglaise percevra un revenu de 105 millions de dollars de la part de ses sponsors (hors équipementier). L’Allemagne se situe au troisième rang avec un revenu de 82 millions de dollars. La nation championne du monde en titre, l’Espagne perçoit 68 millions de dollars. L’Italie et la France suivent avec des revenus estimés à 55 et 51 millions de dollars. En y ajoutant les revenus équipementier, le sponsoring constitue souvent l’une des principales sources de revenus des fédérations avec les droits TV.

Enfin, petite particularité du marché du sponsoring des équipes nationales, les fédérations concluent très souvent des partenariats commerciaux avec des marques nationales. Une caractéristique qui n’est pas présente au sein du marché du sponsoring des clubs. En effet, le Brésil ne constitue pas une exception. L’Allemagne (Mercedes Benz), l’Italie (Fiat, Tim…), l’Angleterre (Vauxhall, marque anglaise d’Open) ou encore la France (SFR, Crédit Agricole…) possèdent un grand nombre de marques nationales parmi leurs partenaires commerciaux. Les fédérations et les marques jouent sur la fibre patriotique pour communiquer autour de leurs événements. Cependant, une exception notoire sera effective à partir de la saison 2014-15 : le constructeur allemand Volkswagen rentrera dans le giron des partenaires officiels de la FFF.

Google Plus

Articles populaires

To Top

Send this to a friend

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer