Economie

Le Maroc essuie de lourdes pertes financières concernant le Mondial des Clubs

Les lourdes pertes financières enregistrées par le Maroc concernant l’accueil du Mondial des Clubs devraient conduire le Royaume à cesser l’organisation de cet événement. Le déficit plus important que prévu a même eu des répercussions politiques au sein du pays. Explications…

Après avoir ébranlé son image en refusant l’organisation de la CAN 2015 suite à la peur d’une contagion du virus Ebola au sein de son territoire, le Maroc connait un nouvel épisode difficile concernant le football. Pays hôte du Mondial des Clubs pour la deuxième édition consécutive, le Maroc ne sera vraisemblablement pas candidat pour une troisième édition en 2015.

En effet, les différents médias marocains ont rapporté fin décembre que l’organisation du Mondial des Clubs sur le sol marocain a généré un déficit de 24 M€ pour le pays. Une somme bien plus importante que les prévisions menées par le Ministère des Sports du pays. Cette lourde perte financière fait suite à une édition 2013 déjà déficitaire à hauteur de 10 M€.

Pourtant l’histoire du Maroc avec le Mondial des Clubs avait plutôt bien commencé. En 2011, lors de la désignation du Maroc comme pays hôte du Mondial des Clubs pour les éditions 2013 et 2014, le Royaume se faisait une joie d’organiser pour la première fois une telle compétition sur le continent africain. Malheureusement, les retombées n’ont pas été à la hauteur des attentes.

Des défaillances dans l’organisation du Mondial des Clubs ?

Si le Maroc a connu un tel déficit lors de l’organisation de la deuxième édition, c’est notamment dû à  des défaillances dans l’orchestration de l’événement. Alors que le pays aurait dû se servir de sa première expérience pour optimiser les coûts et les retombées, le Maroc a accumulé quelques erreurs qui ont eu de grosses répercussions financières.

Abonnement Ecofoot Premium – S’abonner à notre version premium, c’est :

  • Accéder à 100% des contenus Ecofoot
  • Bénéficier de nos meilleurs contenus au format magazine
  • Soutenir le développement d’un média que vous appréciez




  • Le principal problème a résidé dans la désignation du stade de Rabat comme enceinte centrale de la compétition. L’Etat marocain avait ainsi investi 25 M€ dans la modernisation de ce stade pour le déroulement de l’événement. Prêt pour accueillir l’événement, la tenue des rencontres a été déplacée au dernier moment dans l’enceinte de Marrakech à cause de l’état épouvantable de la pelouse en raison de pluies diluviennes.

    San Lorenzo Mondial des Clubs 2014

    Le vainqueur de la dernière Copa Libertadores, San Lorenzo, est parvenu jusqu’en finale du Mondial des Clubs.

    Ce changement d’organisation à la dernière minute a eu des répercussions importantes sur le plan financier. L’organisateur de l’événement a notamment dû rembourser tous les acquéreurs de billets ne pouvant se déplacer à la dernière minute à Marrakech. Afin de s’assurer le remplissage du stade pour les rencontres, l’organisateur a également distribué des billets gratuits à l’entrée de l’enceinte de Marrakech. Ce chamboulement a provoqué une diminution drastique des revenus de billetterie.

    En plus d’une contraction des recettes de billetterie, le pays hôte a également subi une hausse importante des frais de logistique. En effet, l’organisateur a modifié à la dernière minute des réservations d’hébergement et de transports contribuant à une augmentation non-négligeable des coûts.

    Le Mondial des Clubs peut-il être rentable ?

    Face à la dérive financière engendrée par les défauts d’organisation, le ministre des sports du pays Mohamed Ouzzine a indiqué être prêt à présenter sa démission au gouvernement du pays. En plus du déficit de 24 M€, il paie également la gestion catastrophique du dossier de la CAN 2015.

    Néanmoins, le Maroc est-il le seul responsable de ce déficit budgétaire ? Lors de la désignation en 2011 du pays hôte de la compétition pour les éditions 2013 et 2014, les candidatures ne s’étaient pas bousculées. Si l’Iran, l’Afrique du Sud et les Emirats Arabes Unis s’étaient un temps montrés intéressés par l’organisation de la compétition, le Maroc était au final le seul candidat à l’accueil du Mondial des Clubs.

    Devant le faible intérêt populaire pour cette compétition, les recettes télévisuelles et de sponsoring ne décollent pas pour le Mondial des Clubs. Un manque de recettes qui ne permet pas à la FIFA de soutenir financièrement le pays hôte concernant l’organisation de l’événement. L’attrait de la réception d’une équipe phare du continent européen ne suffit plus à rentabiliser l’organisation d’un tel événement.

    Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

    Articles populaires

    To Top

    Send this to a friend

    En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer