Economie

Michel Platini, l’invité de RTL

Ecofoot revient sur le passage du président de l’UEFA, Michel Platini, dans l’émission d’Yves Calvi sur RTL. Suivant sa ligne conductrice, celui-ci est revenu sur le fairplay financier, l’équipe de France, le recrutement de David Beckham ou encore la vidéo… Et le moins que l’on puisse dire, c’est que nous ne sommes pas vraiment d’accord avec son jugement et ses préconisations…

C’est un secret de Polichinelle. Michel Platini veut devenir le nouveau gendarme financier du football européen avec l’instauration de son « fairplay financier ». Dans un souci de rééquilibrage des comptes qui part d’un bon sentiment, Platini veut « planifier » l’économie des différents clubs ce qui n’est pas du goût de tout le monde. Nous allons revenir sur quelques phrases de l’ancien meneur de jeu des Bleus :

« Je ne peux plus tolérer que des clubs qui gagnent soient endettés ». A travers cette phrase, Michel Platini nous explique qu’un club de football ne peut pas dépenser plus que ce qu’il gagne. Cette phrase semble relever du bon sens, mais ce n’est pas vraiment le cas. L’endettement fait partie de la vie des entreprises. Celles-ci doivent prendre des risques et avoir recours à l’endettement pour avoir de meilleurs résultats et pour innover. Et le football n’échappe pas à cette règle. Si le Real Madrid veut mener une politique audacieuse et s’endetter lourdement pour recruter des stars internationales avec l’appui d’établissements financiers, c’est tout à son honneur. En compensation, le Real table sur des recettes futures élevées dues à des résultats sportifs brillants et à des retours marketings importants… Certes, le club peut être en difficulté en cas de mauvais résultats. Mais cela fait partie du risque financier pris. Et si les établissements bancaires s’engagent à prêter l’argent, c’est que le risque a été calculé.

La priorité aujourd’hui devrait être une harmonisation des règles comptables au sein de la zone UEFA. Il n’est pas normal que la France soit pénalisée par une DNCG omniprésente dans les comptes des clubs alors qu’en Espagne, un club peut se mettre en faillite sans pénalité sportive. Mais l’UEFA ne doit pas réaliser de l’ingérence dans les comptes des clubs. Le déficit fait partie d’une réalité économique et on ne peut empêcher un club de mener les politiques sportives et financières qu’il souhaite. Sans avoir recourt à l’endettement, un club de foot ne peut mener de projets à long terme comme la construction d’un stade ou d’un centre de formation.

Et puis, malgré la présence d’enjeux financiers colossaux, le football n’a jamais été aussi beau que celui pratiqué par le FC Barcelone, le Real Madrid voire même Manchester City par séquence… Nous attendons tous avec impatience la phase à élimination directe de la Ligue des Champions pour voir les cadors européens s’affronter dans des matchs à multiples rebondissements.

«  David Beckham, c’est bien pour le shopping ». Une nouvelle fois, le président de l’UEFA ne tient pas compte des retombées qu’un tel joueur peut engendrer pour la Ligue 1. Certes, il n’a surement plus le niveau de l’époque macunienne ou madrilène. Mais l’arrivée de David Beckham serait une aubaine pour la Ligue 1 et permettrait d’attirer d’autres stars. L’OM pourrait enfin recruter leur attaquant international que Didier Deschamps recherche depuis deux ans après les refus de Gilardino puis d’Amaury.

« L’équipe de France a de bons joueurs, mais ce ne sont pas les meilleurs au monde » Pour une fois, nous sommes d’accord avec Michel Platini. Comme le disait récemment le sélectionneur Laurent Blanc, ça serait un exploit que l’équipe de France sorte des poules…

En résumé, l’interview de Michel Platini montre que l’homme refuse la modernité et l’évolution actuelle du football. Sa première réforme, qui concernait un nouvel aménagement des tours préliminaires de la Ligue des Champions, a suscité de nombreuses réactions négatives. Un Otelul Galati prend la place de l’Udinese. Sa volonté d’équilibrer les forces associée à un refus du progrès (concernant l’arbitrage vidéo par exemple) ne donne pas une très bonne image de l’homme auprès des supporters. Et encore moins auprès des dirigeants des grands clubs européens…


Michel Platini sur RTL : « Le foot vit au dessus… par rtl-fr

Articles populaires

To Top

Send this to a friend

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer