Stratégie

Les dirigeants de Ligue 1 plaident pour une réforme du championnat

Après Waldemar Kita dans L’Equipe, c’est au tour du président lillois Michel Seydoux d’évoquer le mirobolant contrat de droits TV signé par la Premier League dans une interview accordée à La Voix du Nord. Le président nordiste évoque notamment la mise en place de réformes importantes afin d’améliorer la compétitivité du football français…

Dans un entretien accordé à nos confrères de La Voix du Nord, le président lillois n’a pas mâché ses mots au sujet du retard pris par le football professionnel français par rapport à la Premier League. « Notre tombe est creusée. On est menés 8-0 à la mi-temps et on joue à neuf contre onze ». C’est en ces termes que Michel Seydoux a résumé l’écart de compétitivité qui devrait continuer à se creuser au cours des prochaines saisons entre la Ligue 1 et la Premier League.

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Selon le dirigeant nordiste, le montant de droits TV domestiques obtenu par la Premier League est mérité. Désormais, le championnat anglais va devenir tellement puissant qu’il se pose en véritable concurrent de la Champions League organisée par l’UEFA d’après Michel Seydoux. En revanche, il estime qu’il n’est pas possible de renégocier l’accord de droits TV de la L1 pour la période 2016-20 contrairement aux propos tenus par le président nantais, Waldemar Kita.

Néanmoins, le président lillois a tenu à rappeler que l’écart de compétitivité entre la Ligue 1 et la Premier League ne date pas du nouveau contrat de droits TV signé par le championnat anglais. Michel Seydoux a ainsi évoqué le dossier Kramaric, joueur pisté lors du dernier mercato par le LOSC mais qui a finalement signé à Leicester City contre une indemnité de transferts de 12,8 M€.

Quelles réformes doit adopter la Ligue 1 ?

En fin d’entretien, Michel Seydoux appelle à des réformes importantes du football professionnel français afin d’en améliorer sa compétitivité. Le nombre d’équipes présentes en Ligue 1 doit être débattu et le football doit maintenir une pression sur le pouvoir politique afin de faire diminuer la pression fiscale.

Néanmoins, Michel Seydoux demande aux dirigeants de club français de changer leurs attitudes. « Quand on est malade, il faut se soigner et ça commence par supprimer l’égoïsme de chacun qui ne pense qu’à son club » a alors indiqué le dirigeant nordiste. Un comportement qui a été dénoncé par de nombreux acteurs lors des dernières semaines. Pascal Perri, consultant économique pour RMC Sport, évoquait également cet aspect dans nos colonnes. Jean-Michel Aulas, président de l’Olympique Lyonnais,  a dernièrement mentionné ce manque d’unité néfaste pour la compétitivité du football hexagonal.

frédéric thiriez

Frédéric Thiriez n’a pas encore commenté les droits TV domestiques de Premier League.

Alors que de plus en plus de dirigeants français profitent de l’actualité anglaise pour afficher ouvertement leurs velléités réformatrices, Frédéric Thiriez est resté étrangement mué depuis l’annonce des droits télévisuels de Premier League Néanmoins, ce dernier ne devrait pas tarder à sortir de son silence afin de proposer un plan de réformes concrètes visant à modifier le fonctionnement des institutions afin de faciliter le mouvement réformateur au sein du football professionnel français.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Articles populaires

To Top

Send this to a friend

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer