Economie

Nasser Al-Khelaifi réitère ses critiques envers le fair-play financier

Lors d’une interview accordée à la BBC, le président du PSG Nasser Al-Khelaifi est revenu sur les contraintes imposées par le fair-play financier tout en évoquant les conséquences futures en cas de maintien du dispositif tel quel. Le patron du PSG espère un assouplissement des règles dans les meilleurs délais…

Alors que la direction du Paris Saint-Germain est toujours dans l’attente d’un aménagement de ses sanctions liées au fair-play financier ainsi que d’une réforme du dispositif, Nasser Al-Khelaifi en a remis une couche cette semaine lors d’une interview accordée à la BBC. Ce dernier s’est à nouveau plaint d’un dispositif qui freine le développement du club parisien et favorisera à l’avenir l’émergence de poids lourds situés exclusivement en Premier League.

« Nous avons dit à nos amis de l’UEFA que les règles ne sont pas justes, surtout maintenant avec les droits TV de la Premier League. Ça va être difficile, pour nous, mais aussi pour les Espagnols et les Allemands. Si les règles ne changent pas, dans quatre ans, il y aura quatre clubs de Premier League en demi-finale de la Ligue des champions » a alors prédit le dirigeant parisien, faisant bien évidemment allusion aux mirobolants droits TV que percevront les clubs anglais sur la période 2016-19.

Leader d’un groupe de clubs travaillant à l’ECA pour soumettre des pistes visant à réformer le fair-play financier, la direction du PSG a dernièrement enclenché la vitesse supérieure en s’exprimant librement à la presse afin de dénoncer un dispositif trop sévère à l’égard des nouveaux entrants. La direction du PSG aurait dernièrement soulevé l’idée d’instaurer un pourcentage de déficit toléré en fonction du chiffre d’affaires généré à l’image des contraintes budgétaires imposées aux Etats européens dans le cadre du pack de stabilité.

La direction du PSG ne ferme pas la porte à l’arrivée de Ronaldo ou Messi

Outre une redéfinition du niveau de déficits toléré, le PSG cherche également à effacer la dévalorisation de son contrat d’image signé avec QTA et pratiquée par l’UEFA lors de l’examen des comptes du club. Alors que l’office du tourisme du Qatar investit plus de 200 M€ par saison au sein du club parisien, l’UEFA a estimé que ce contrat n’était pas conforme aux montants pratiqués sur le marché. Une donnée qui prive le PSG de sa liberté d’investissements.

cristiano ronaldo psg

Nasser Al-Khelaifi n’a pas clos la rumeur Cristiano Ronaldo au PSG

En cas de réforme du fair-play financier accordant plus de souplesse au club parisien, Nasser Al-Khelaifi n’exclut pas la possibilité de recruter à court terme une star du football mondial. « Le recrutement de Cristiano Ronaldo ou Lionel Messi est possible, tout est possible dans notre club. Chaque année, notre ambition est de gagner la Ligue des champions. Nous n’en sommes pas loin. Nous faisons déjà partie du top 8 depuis trois ans, c’est bon signe » a ainsi déclaré le dirigeant parisien. Des velléités de recrutement qui font peur à certains clubs siégeant traditionnellement au sommet de la hiérarchie continentale…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Articles populaires

To Top
Tweetez
Partagez
Partagez

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer