Stratégie

Le nouveau stade ne rapporte rien au LOSC

Contraint à une politique de réduction des coûts cet été, les dirigeants du LOSC entament une nouvelle reconstruction en se basant sur des jeunes joueurs et les qualités de formateur de son entraineur René Girard. Si les résultats actuels sont plutôt encourageants, les supporters lillois s’interrogent sur la stratégie financière du club…

La semaine dernière, Michel Seydoux, président du LOSC a rencontré une quinzaine de supporters, membres de la direction de Dogues Virage Est. Lors de cette rencontre informelle, le président du club a sensibilisé les supporters sur la situation financière délicate du club afin d’expliquer l’exode massif qui se déroule au club depuis le titre de champion de France glané en 2011. Exode qui s’est accéléré cet été.

Cette réunion a permis d’apaiser la colère des supporters qui avaient largement protesté lors de la réception de Nice fin septembre. Les derniers résultats ont également favorisé la pacification des tribunes. Mais des interrogations subsistent dans l’entourage du club. Et elles se concentrent sur l’utilité de nouveau stade Pierre Mauroy.

Le Stade Pierre Mauroy ne permet pas au LOSC de franchir un cap pour le moment

Il y a quelques années, Michel Seydoux affirmait que le LOSC allait entrer dans une nouvelle ère avec l’arrivée de son grand stade. Ainsi, avec ce nouvel outil, toujours selon le dirigeant nordiste, le club ne serait plus obligé de vendre ses meilleurs éléments à chaque période des transferts. Cela permettrait au club de s’installer de manière durable dans le haut de la hiérarchie nationale.

Malheureusement, un an après la livraison du stade Pierre Mauroy, le LOSC a exactement réalisé le contraire de la prédiction de son président. Le club a été contraint de laisser partir Dimitri Payet et Florian Thauvin… à la concurrence (l’OM) contre un chèque global de 25 millions d’euros. Le prometteur Lucas Digne a également renforcé les rangs du PSG contre une indemnité de 10 millions d’euros. Enfin, le LOSC a tout de même réussi à vendre un de ses cadres à l’étranger : Aurélien Chedjou est parti à Galatasaray contre 8 millions d’euros. Devant cette fuite des talents, l’entraineur Rudy Garcia a préféré partir à l’AS Roma.

Après un an d’exploitation, le nouveau stade du LOSC n’a donc pas tenu toutes ses promesses. Aujourd’hui, les dirigeants nordistes n’hésitent pas à affirmer que l’arrivée du nouvel écrin n’apporte pas plus d’argent au club. Une situation qui s’explique par des charges mal maitrisées et un contexte sportif difficile.

Le LOSC ne gagne pas plus d’argent avec son nouveau stade

Pour l’exploitation du nouveau stade, le LOSC paie aujourd’hui un loyer de 4,7 millions d’euros. Il concède également à Eiffage 0,5% de ses recettes de billetterie. Et le loyer passera à 5,2 millions d’euros au bout de cinq ans d’exploitation. Il représente une augmentation de charges considérable par rapport à l’exploitation du Stadium Nord où le loyer était beaucoup moins important (moins d’un million d’euros par an).

Mais les charges pour le club ne s’arrêtent pas au loyer. Afin de pallier le manque à gagner suite à l’échec dans la quête d’un partenaire de naming, la Communauté Urbaine de Lille multiplie les événements dans l’enceinte. La ville est contrainte de procéder ainsi si elle ne veut pas faire exploser les impôts locaux de ses habitants. Mais les différents événements (matchs de rugby, concerts…) nuisent à la pelouse de l’enceinte. Son remplacement partiel ou total est à la charge du club résident c’est-à-dire le LOSC.

A cette accumulation de charges supplémentaires s’associe des recettes décevantes. Afin de favoriser le taux de remplissage, le club a misé sur des prix bas de l’ordre de 16 € la place. Ce tarif est loin du montant des dernières années de l’exploitation du Stadium Nord avec un montant moyen aux alentours de 35 €. Même si le LOSC remplit plutôt bien son stade (69% de taux de remplissage), le club n’en tire pas d’avantage de revenus en billetterie. La donne aurait bien évidemment changé si le club était engagé en Ligue des Champions : avec une tarification moyenne à 50€, le LOSC aurait pu engranger 2,5 millions d’euros par match lors de la phase de poule…

Le LOSC tente de faire baisser les charges

Afin de tirer quelques bénéfices de son nouvel écrin, le LOSC tente de faire baisser ses charges. Avec la complicité de la communauté urbaine, le club devrait moins subir les changements de pelouse. En effet, la ville a conclu des accords de sponsoring avec différents partenaires lui permettant d’engendrer des revenus supplémentaires. Ainsi, elle n’aura plus à organiser autant d’événements ce qui aura pour effet de moins dégrader la pelouse.

michel seydoux

Le président du LOSC, Michel Seydoux, a sous-estimé les charges suite au déménagement de son club au stade Pierre Mauroy.

Egalement, le LOSC cherche à réduire sa facture sécurité. Grâce à l’élaboration d’une nouvelle stratégie, le club est parvenu à faire baisser de près de 10% son nombre de stadiers les soirs de match. Ils sont passés de 750 à 690. D’autres aménagements sont prévus dans ce domaine, permettant de diminuer la facture de 90 000 € par match.

Les dirigeants nordistes n’ont pas très bien anticipé le déménagement du Stadium Nord au stade Pierre Mauroy. Ils en paient aujourd’hui les conséquences car ce nouvel écrin ne rapporte pas plus d’argent au club. Mais avec de la volonté et des idées, le LOSC devrait pouvoir compter sur des revenus additionnels dans les années à venir.

Google Plus

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer