Economie

A quoi joue l’Olympique Lyonnais ?

Qualifié pour le troisième tour préliminaire de la Ligue des Champions, on pensait que les problèmes financiers étaient derrière l’OL. Mais contrairement à l’OM, le club présidé par Jean-Michel Aulas cherche une nouvelle fois à se débarrasser des plus gros salaires de l’effectif. Quitte à employer la méthode rude. Explications…

Lors du mercato d’été 2012, Jean-Michel Aulas avait sorti sa célèbre réplique à l’encontre des « dinosaures du vestiaire ». Grâce à cette sortie virulente dans le Progrès, le club était parvenu à ses objectifs : se délester de quelques gros salaires. Le défenseur central Cris était parti du côté de Galatasaray alors que Kallstrom avait filé en Russie.

Lors du dernier mercato hivernal, Aulas a utilisé une tactique différente mais pour un objectif similaire. Soulignant la situation financière délicate du club, avec une perte prévue de 20 millions d’euros, le club a cherché à réaliser quelques opérations financières. Cibles choisies : Gourcuff et Gomis. Mais malheureusement, aucun des deux joueurs ne partira. Les propositions sont pourtant parvenues sur le bureau du président. Mais les deux joueurs ont refusé les clubs intéressés.

Alors aujourd’hui, JMA a décidé de remployer la manière forte. Dans sa tête, les idées sont claires : il ne souhaite pas avoir dans son effectif deux attaquants avec un salaire supérieur à 200 000 euros mensuels. Et il a également tranché : Gomis doit absolument partir du club cet été.

Pourquoi l’Olympique Lyonnais veut vendre absolument Gomis ?

Gomis ne démérite pourtant pas. Sportivement, le bilan est bon sous le maillot de l’OL. La saison dernière, il a encore inscrit 16 buts en championnat. Il est d’ailleurs le troisième avant-centre de l’équipe de France dans la tête de Didier Deschamps.

Mais il ne reste plus qu’une seule et dernière année de contrat à l’ancien attaquant de l’AS Saint-Etienne. Et il est hors de question pour le président de laisser partir libre un attaquant qui lui a coûté 15 millions d’euros à l’époque. Et il ne souhaite pas non plus le prolonger avec une valorisation salariale. Le club est dans l’impasse avec ce joueur.

Un besoin d’argent frais

L’OL doit également récolter au moins 25 millions d’euros de transferts lors de cette intersaison tout en faisant des économies de masse salariale pour se prémunir d’une non-qualification en Ligue des Champions. Car contrairement à l’OM, le club de JMA n’est pas assuré de disputer une compétition qui lui rapportera au moins 20 millions d’euros. Cette saison, Lyon devra passer deux tours préliminaires pour avoir accès au Graal.

jean michel aulas

Jean-Michel ne veut pas vivre une troisième saison consécutive avec un déficit supérieur à 20 millions d’euros.

Et Lyon ne peut pas se permettre de revivre une saison avec un déficit de 20 à 25 millions d’euros en cas de non qualification pour la LDC. L’OL a déjà bouclé deux saisons consécutives avec un tel déficit. Et le club ne souhaite plus piocher dans ses fonds propres, servant au financement du nouveau stade.

En attendant, l’OL a déjà démarré son dégraissage. Lovren est parti à Sunderland contre un chèque de 10 millions d’euros, bonus compris. Et le prometteur attaquant Martial a signé à l’AS Monaco contre 5 millions d’euros. Il percevra aussi 1 million d’euros suite à la vente de Belfodil à l’Inter. Mais il manque encore une dizaine de millions d’euros et quelques économies au niveau de la masse salariale pour que le club souffle financièrement.

Google Plus

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer