Economie

L’OL peut-il devenir un acteur majeur européen grâce à son nouveau stade ?

Depuis plusieurs années, le président de l’Olympique Lyonnais, Jean-Michel Aulas, affirme que son club changera de dimension financière et sportive lors de la livraison de son nouveau stade. Cette nouvelle enceinte devrait ainsi permettre au club rhodanien de retrouver les sommets nationaux en concurrençant durablement le PSG tout en s’installant dans le top 10 européen. Cette hypothèse est-elle crédible ? Ecofoot.fr mène l’enquête…

En ce moment, tout sourit à l’Olympique Lyonnais. Sportivement, le club domine la Ligue 1 avec une série de succès impressionnants rappelant les années de domination nationale du club au milieu des années 2000. Néanmoins, le président du club, Jean-Michel Aulas, ne s’enflamme pas en indiquant que l’objectif du club pour la saison 2015-16 est de « seulement » ramener une qualification européenne pour l’entrée dans le nouveau stade.

En effet, le dirigeant lyonnais estime que son club n’est pas encore en capacité de concurrencer durablement l’ogre parisien. Avec un budget compris entre 115 et 120 M€, il parait en effet difficile de rivaliser avec un PSG version qatarie au  budget de fonctionnement de 490 M€. Sauf catastrophe sportive, le club parisien devrait tout de même parvenir à arracher le titre de champion de France.

Néanmoins, si l’OL ne possède pas aujourd’hui la surface financière pour se hisser durablement au niveau du PSG, Jean-Michel Aulas s’active en coulisse pour donner un nouvel élan à son club. La base de la nouvelle stratégie de croissance mise en place par l’état-major lyonnais se situe dans la livraison de son nouveau stade qui devrait intervenir en début d’année 2016.

L’OL prévoit plus de 65 M€ de recettes additionnelles avec son nouveau stade

A compter de janvier 2016, l’Olympique Lyonnais bénéficiera de sa nouvelle enceinte de 60 000 places dont il sera le propriétaire contrairement aux accords public-privés menés à Nice ou encore à Lille. Grâce à un montage financier mené à partir des fonds propres du club, d’emprunts bancaires et d’émissions d’obligations, l’OL est parvenu à financier intégralement les coûts de construction estimés à 405 M€.

Cette nouvelle enceinte financée par le club doit rapidement propulser l’OL dans une nouvelle dimension financière. Basée sur un modèle économique similaire au Bayern Munich ou à Arsenal FC, la propriété de son enceinte doit permettre à l’OL de dégager d’importants revenus « match day » lors de chaque rencontre disputée par le club à domicile. « La première année, on va sortir entre 40 et 50 M€ de revenus » a ainsi dernièrement déclaré Jean-Michel Aulas à nos confrères de L’Equipe.

Au bout de 5 ans, la direction du club a prévu de générer un revenu à hauteur de 80 M€ par an grâce à l’exploitation de sa nouvelle enceinte. Cela constituerait alors un accroissement de revenus extrêmement important pour le club : actuellement, l’OL génère environ 12 M€ de recettes grâce à l’exploitation du stade Gerland.

revenus match day OL

Refroidis par l’expérience lilloise qui peine à enregistrer d’importants revenus additionnels grâce à la livraison de son nouveau stade, certains dirigeants de Ligue 1 demeurent sceptiques quant à la capacité d’accroître significativement ses ressources financières grâce à l’exploitation d’une nouvelle enceinte. Face à ce scepticisme, le président de l’OL plaide la mise en place d’un modèle économique radicalement différent grâce à l’acquisition de la propriété du stade. « Les exemples de Lille et de Nice n’ont rien à voir. Lille joue dans un stade qui appartient à la Mairie et qui a été financé par un grand acteur du BTP à des taux actuariels très élevés. Le LOSC n’est propriétaire de rien. Toutes les recettes annexes lui échappent » affirme alors le président lyonnais.

Justement, en plus d’une hausse des revenus de billetterie grâce à l’accroissement de capacité, l’OL compte sur la mise en place de la technologie du stade connecté pour augmenter considérablement les revenus annexes. Cette technologie doit permettre d’acquérir de nouveaux revenus commerciaux tout en gonflant le panier moyen du spectateur grâce à la mise en place de nouveaux services. Les revenus provenant des offres d’hospitalité devraient également bondir grâce à une meilleure qualité de prestation. Enfin, le club conclura également un accord de naming générant des revenus de sponsoring additionnels.

L’OL se rapprocherait des revenus générés par les grands clubs européens

Avec des recettes d’exploitation estimées à 80 M€ à l’horizon 2019-20, l’OL se rapprocherait alors des niveaux de recettes de billetterie générés actuellement par le Bayern Munich, également propriétaire de son enceinte. Le club bavarois enregistre un revenu à hauteur de 90 M€ par saison. Néanmoins, le club lyonnais resterait à distance d’Arsenal FC, autre modèle pris en exemple par l’OL, qui parvient à enregistrer plus de 130 M€ de recettes de billetterie par saison grâce notamment à une politique tarifaire très élevée.

revenus billetterie OL vs grands clubs européens

Un tel revenu additionnel provenant de l’exploitation de sa nouvelle enceinte propulserait l’OL dans une nouvelle dimension. Le club enregistrerait près de 200 M€ de revenus d’exploitation (hors recettes de transferts) au lieu de 120 M€ actuellement. Une hausse de revenus qui permettrait au club d’augmenter sa masse salariale sans contrainte de cession de joueurs tout en n’enregistrant pas de déficits. Une hausse de la compétitivité sportive qui doit aider le club à aller chercher une qualification en C1 lors de chaque exercice, générant un nouveau revenu additionnel de l’ordre de 30 M€.

Ainsi, l’arrivée du nouveau stade doit permettre à l’OL d’initier un nouveau cycle vertueux de croissance économique et sportive. Une perspective financière réjouissante qui donne actuellement confiance aux partenaires bancaires et actionnariaux du club : malgré un risque de déficit important à l’issue de l’exercice 2014-15, l’ensemble des acteurs financiers ont accepté de ne pas procéder à de cessions de joueurs lors du mercato hivernal actuel afin de laisser l’équipe vivre sa belle aventure actuelle en Ligue 1.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer