Stratégie

OM : le développement du club passera-t-il en premier lieu par une stratégie d’ancrage local ?

om-arrivee-mccourt-reactions-politiques

Alors que Frank McCourt et Jacques-Henri Eyraud avaient exprimé leur désir d’accroître rapidement la visibilité de la marque OM sur les marchés internationaux pour rééquilibrer des comptes structurellement déficitaires ;  le nouveau président de l’OM s’est plutôt orienté lors de ses premières semaines de prise de fonction vers une stratégie de rapprochement avec le tissu économique, médiatique et politique local. Décryptage…

« L’OM a tout pour conduire un développement international ambitieux. En Amérique, où Franck McCourt a des attaches. Pourquoi pas en Asie ? Et surtout en Afrique, où l’OM a des liens évidents. J’ajoute que l’Amérique latine et la proximité avec les Latins est forte. Voilà des terrains de jeu pour le club. » C’est en ces termes que Jacques-Henri Eyraud détaillait une partie du projet qu’il souhaitait conduire à la tête de l’OM au mois de septembre dernier, quelques semaines avant la finalisation de la vente, lors d’un entretien accordé au Figaro.

Si la conduite d’une stratégie efficace d’internationalisation constitue un des piliers du développement économique imaginé par la nouvelle direction, elle n’a néanmoins pas été érigée au rang de priorité immédiate pour le nouvel état-major marseillais. Depuis sa prise de fonction à la tête du club marseillais, Jacques-Henri Eyraud s’est plutôt attelé à resserrer des liens avec les forces vives locales. Liens qui s’étaient d’ailleurs distendus lors de la fin de règne de la famille Louis-Dreyfus.

Ainsi, seulement quelques jours après sa prise de fonction, le nouveau président de l’OM a rencontré l’ensemble des groupes de supporters du club phocéen. Jacques-Henri Eyraud a également pris le temps de communiquer auprès des médias locaux traitant de l’actualité du club. Outre les différents entretiens accordés à La Provence, le nouveau président marseillais a accordé une intervention au très influent site Le Phocéen, qui avait pourtant des difficultés à entretenir des relations avec l’ancienne direction.

Lors des premiers choix de recrutement, l’OM n’a également pas cherché à internationaliser à tout prix son image. Si Andoni Zubizarreta a bien été recruté au poste de directeur sportif, ce dernier a plus attiré l’œil des décideurs marseillais pour ses compétences que pour sa notoriété sur les marchés internationaux. Concernant le choix de l’entraîneur, l’OM a fait le choix d’un technicien français en nommant rapidement Rudi Garcia.

A travers le remaniement orchestré actuellement par Jacques-Henri Eyraud, la nouvelle direction de l’OM cherche plutôt à attirer des personnalités en capacité de redorer le passé glorieux de club. Ainsi, des contacts ont notamment été pris avec Jean-Pierre Papin. Si l’intitulé du poste proposé n’a pas filtré dans la presse, ce dernier pourrait revenir au club en tant qu’ambassadeur.

OM : les personnalités les plus influentes de l’environnement marseillais étaient présentes au Stade Vélodrome

Sur le plan commercial, les premières décisions ne marquent pas non plus une rupture avec une stratégie d’ancrage régional. Au contraire, Jacques-Henri Eyraud a même acté un renforcement du partenariat conclu avec Les Mutuelles du Soleil. Partenaire historique du club et acteur régional majeur dans son secteur, Les Mutuelles du Soleil ont ainsi fait confiance à la nouvelle direction en s’emparant du sponsoring maillot du club pour la Coupe de la Ligue édition 2016-17.

Cette stratégie de rapprochement avec le tissu politico-économique local était également ostensiblement visible lors de la rencontre de dimanche dernier, face aux Girondins de Bordeaux. Pour la première de l’OM sous l’ère McCourt au stade Orange Vélodrome, les équipes du club avaient pris soin d’inviter dans les salons du stade les personnalités les plus influentes de l’environnement marseillais.

Rodolphe Saadé, Directeur Général Délégué du groupe CMA CGM, était notamment présent pour cette première. Société basée à Marseille, la CMA CGM est actuellement le troisième armateur mondial de transport maritime en conteneurs, réalisant un chiffre d’affaires supérieur à 15 milliards de dollars par exercice. Stéphane Bouillon (Préfet des Bouches-du-Rhône), Richard Caillat (Président du Conseil de Surveillance de l’agence Higc Co basée à Aix-en-Provence) ou encore Claude Parrier (PDG La Provence) faisaient également partie des convives présentes au Vélodrome.

Clairement, avant de se projeter dans une stratégie d’internationalisation, Frank McCourt et Jacques-Henri Eyraud souhaitent en premier lieu renforcer les liens entre l’Olympique de Marseille et sa zone primaire d’influence. Une attitude intelligente qui témoigne d’une grande connaissance du secteur sportif. Ce modèle est aujourd’hui adopté par des clubs comme le FC Barcelone ou encore le Bayern Munich, qui s’appuient sur un fort ancrage local pour diffuser leur propre modèle sur les territoires internationaux. Néanmoins, si le FC Barcelone et le Bayern Munich ont eu largement le temps de peaufiner une telle stratégie ; l’OM de Frank McCourt aura certainement besoin de déployer plus rapidement sa politique d’internationalisation pour rééquilibrer à terme le modèle économique du club phocéen. Affaire à suivre…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous abonner à notre compte Twitter


Source photo à la Une : Pixabay.com (Noel_BauzaCC0 1.0)

To Top
Send this to a friend