Economie

La rumeur d’un rachat de l’OM par des investisseurs iraniens est-elle crédible ?

OM prix de vente

Le très sérieux média France Football a révélé cette semaine l’intérêt manifesté par un fonds d’investissement iranien concernant le rachat de l’Olympique de Marseille. Un fonds qui serait prêt à formuler une offre alléchante à Margarita Louis-Dreyfus tout en promettant d’investir massivement pour redorer le blason du club. Mais cette candidature au rachat de l’OM est-elle crédible ? Décryptage…

Les supporters olympiens peuvent-ils rêver d’un OM avec un budget XXL, capable de concurrencer financièrement et sportivement le PSG dès la saison prochaine ? En début de semaine, France Football faisait état sur son site internet d’une avancée dans le dossier de la vente du club olympien. Un fonds d’investissement iranien, mené par la compagnie aérienne Iran Air, aurait formulé une offre solide à Margarita Louis-Dreyfus pour prendre possession du club olympien. Le montant évoqué se situerait aux alentours de 100 M€.

Indépendamment de cette offre, l’acquéreur en question serait prêt à investir massivement pour donner une nouvelle dimension à l’OM. Le budget annoncé est de 500 M€ par saison – soit une enveloppe équivalente à celle du PSG version QSI – permettant ainsi au club phocéen de lutter immédiatement pour le titre en Ligue 1.

Cet investissement revêtirait un enjeu géopolitique et permettrait d’accélérer le dégel des relations diplomatiques et économiques entre l’Iran et l’Europe en général, et la France en particulier. De plus, une incursion majeure dans le secteur footballistique renforcerait la politique d’ouverture globale, prônée par le pouvoir en place, en utilisant un sport qui a toujours suscité un fort engouement auprès du peuple iranien.

S’il est évidemment aujourd’hui très difficile de vérifier l’exactitude des informations recueillies par nos confrères de France Football, certains éléments permettent de croire en l’existence d’un réel intérêt manifesté par l’Iran auprès de l’OM. Outre les informations évoquées précédemment – dégel des relations diplomatiques, intérêt prononcé pour le football…-  le montage financier évoqué suit une logique conforme à ce qui est actuellement en vigueur en France concernant les échanges avec l’Iran.

Très frileuses en raison de la sanction prononcée dernièrement à l’encontre du groupe BNP Paribas par les Etats-Unis, peu de banques françaises autorisent les échanges financiers avec les entités iraniennes par peur de représailles de la part de l’Oncle Sam. Et malgré les accords signés dernièrement entre les Etats-Unis et l’Iran, l’Office of Foreign Assets Control conserve une liste bien fournie d’acteurs iraniens avec lesquels elle interdit tout échange commercial. Possédant de nombreuses filiales aux Etats-Unis, les firmes bancaires françaises n’ont donc pas encore fait évoluer leur politique concernant les échanges avec l’Iran. Une attitude qui met d’ailleurs en danger certains accords commerciaux directement conclus entre les entreprises françaises et iraniennes lors de la dernière visite du Président Hassan Rohani à Paris fin janvier.

Ainsi, pour qu’une entreprise ou un fonds iranien puisse investir en France, il est indispensable de passer par une structure tierce basée dans un pays autorisant les échanges financiers avec l’Iran. Un montage qui a été évoqué par nos confrères de France Football dans le cas de la reprise de l’OM, puisqu’une nouvelle société enregistrée au Luxembourg par le fonds iranien jouerait ce rôle dans la transaction.

Vente de l’OM : l’offre formulée par les investisseurs iraniens existe-t-elle ?

Ainsi, si les éléments contenus dans l’article publié par France Football crédibilise l’existence de cet intérêt, quelques doutes subsistent tout de même quant à l’évolution de la négociation voire quant à la réalité même de cet intérêt. Si le travail journaliste a été remarquablement mené par nos confrères reconnus, les sources ayant évoqué cette offre proviendraient essentiellement de l’entourage du club marseillais. En revanche, aucune information n’aurait circulé en provenance d’Iran.

Bernard Laporte, mentionné dans l’article pour son rôle d’entremetteur dans ce dossier, réfute de son côté les informations dévoilées par France Football. L’ancien Secrétaire d’Etat aux Sports a bien eu des contacts avec Vincent Labrune au cours des derniers mois pour lui présenter d’éventuels repreneurs mais cela ne concernait pas le dossier iranien selon ses dires.

La volonté du fonds iranien de choisir l’OM comme premier investissement footballistique suscite également quelques questions. En effet, la plupart des puissants fonds d’investissements iraniens sont liés aux gardiens de la révolution, les Pasdaran, qui contrôleraient près de 25% du PIB iranien selon nos confrères de Challenges. Or, les Pasdaran auraient peu goûté l’attitude de la France lors de la négociation internationale d’un accord sur le nucléaire iranien qui s’est déroulée à Vienne en juillet 2015. A cette occasion, Laurent Fabius aurait été le dirigeant le plus strict, imposant de très nombreuses conditions particulières pour signer cet accord. Un élément qui ne plaide pas en faveur d’un investissement massif opéré dans un club sportif évoluant en France.

Enfin, le dernier élément concerne la manne financière apportée par le fonds iranien pour développer l’Olympique de Marseille. Un budget de 500 M€ a été évoqué alors que le club génère structurellement des revenus opérationnels compris entre 100 M€ et 150 M€. Le potentiel acquéreur devra alors convaincre l’UEFA de disposer d’un business plan avec de solides perspectives d’augmentation de revenus pour pouvoir disputer les compétitions européennes sans risquer de sanctions. Mais ce dernier élément constitue certainement un détail dans ce dossier…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire 


Source photo à la Une : © Wikipedia.org (Hombrey)

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer