Economie

Frédéric Thiriez souhaite un pacte de responsabilité pour la Ligue 1

Au sortir d’une réunion avec plusieurs dirigeants de Ligue 1, le patron de la LFP Frédéric Thiriez a annoncé vouloir entreprendre un certain nombre de réformes afin d’améliorer la compétitivité du football français par rapport à ses concurrents européens. Néanmoins, il espère un geste fort du gouvernement pour enrayer la situation délicate dans laquelle se retrouve aujourd’hui le football français.

Avocat de profession, Frédéric Thiriez a l’art de la formulation. Au cours d’une interview accordée à nos confrères de L’Equipe, ce dernier a ouvertement demandé au gouvernement la mise en place d’urgence d’un « pacte de responsabilité » appliqué au football professionnel français afin d’enrayer la perte de compétitivité économique et sportive du championnat de Ligue 1.

L’intervention de Frédéric Thiriez, qui s’était plutôt montré assez discret dans les médias ces derniers temps, arrive à un timing bien défini et orchestré par le patron de la LFP. Thiriez compte surfer à la fois sur le virage libéral du gouvernement et le dernier marché des transferts frileux des clubs français pour engager de nouvelles discussions avec le gouvernement. Et il voit plutôt d’un bon œil la nomination du libéral Emmanuel Macron à la tête du Ministère de l’Economie.

Il se murmure dans les coulisses de la vie politique française qu’Emmanuel Macron est un réel opposant à la mise en place de la taxation à 75% sur les très hauts revenus. Une position qui ne peut être qu’appréciée par les différents dirigeants du football français qui ont combattu farouchement un dispositif qui leur coûtera 75 M€/an. Aujourd’hui, Frédéric Thiriez demande l’ouverture d’un dialogue sur la compétitivité du football français avec la nouvelle équipe gouvernementale en place.

Quelles sont les réformes proposées par Frédéric Thiriez ?

En préambule de l’entretien accordé à L’Equipe, Frédéric Thiriez évoque une situation « plus qu’alarmante » concernant la situation actuelle du football français. Pour corroborer ses dires, il évoque le mercato estival mais aussi la menace de perte d’une place au détriment de la Russie au niveau des coefficients UEFA. Un assombrissement de la situation qui est un moyen pour Thiriez d’alarmer la nouvelle équipe gouvernementale au sujet de la compétitivité du football français.

Après avoir dressé le portrait de la situation du football français, Frédéric Thiriez demande ouvertement des mesures au gouvernement afin d’enrayer la chute de compétitivité de la Ligue 1. Baisse des charges patronales, réintroduction du DIC (droit à l’image collective), application d’une TVA réduite à la billetterie sportive, assouplissement des lois sur le sponsoring (modification de la loi Evin)… Frédéric Thiriez somme le ministre de l’économie d’appliquer un véritable pacte de responsabilité à la Ligue 1 afin que cette dernière puisse lutter plus facilement face à ses concurrents européens.

Dans l’interview, Frédéric Thiriez évoque une comparaison avec l’Allemagne afin d’illustrer la pression fiscale importante imposée aux clubs français. Ainsi, selon ses dires, le PSG réaliserait une économie de charges de l’ordre de 50 M€ si le club évoluait en Bundesliga.

En contrepartie de l’aide reçue des pouvoirs publics, Frédéric Thiriez promet également des réformes de l’intérieur afin de modifier un modèle économique aujourd’hui trop dépendant des droits TV. Il promet notamment un travail sur l’accroissement des revenus de billetterie. Thiriez compte également réévaluer la participation à l’Europa League en allouant un bonus de droits TV aux clubs réalisant un bon parcours dans cette compétition.

Frédéric Thiriez n’est pas sur la même longueur d’onde avec Thierry Braillard

Frédéric Thiriez souhaite également la mise en place d’un salary cap en Ligue 2. Puis il évoque son projet – mentionné notamment dans son livre Le foot mérite mieux que ça – de « fermer » l’accès à la Ligue 1 en proposant un championnat à 18 formations avec seulement deux montées et deux descentes par saison.

Une velléité qui ne plait pas à beaucoup de présidents de clubs mais aussi à certains membres du gouvernement. Lors du dossier Luzenac AP, l’actuel secrétaire d’état aux sports, Thierry Braillard, avait accusé le président de la LFP de vouloir instaurer une Ligue fermée dans le football professionnel français en refusant l’accession du club ariégeois en Ligue 2.

thierry braillard

Thierry Braillard a sévèrement critiqué la gestion du cas Luzenac effectuée par la LFP.

Si le timing de l’appel à l’aide de Frédéric Thiriez aux pouvoirs publics semble bon, il n’est pas certain que son message soit entendu. Si Emmanuel Macron semble se rapprocher de la vision du président de la LFP sur le plan économique, Thiriez ne possède pas que des bons amis au sein de la nouvelle équipe ministérielle. Sa vision du football français ne semble pas aujourd’hui en conformité avec les aspirations de Thierry Braillard. En attendant, Frédéric Thiriez devrait convoquer les assises du foot afin de présenter une nouvelle fois ses idées à l’ensemble des acteurs du football français professionnel.

Google Plus

Articles populaires

To Top
Tweetez
Partagez
Partagez

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer