Economie

Le club de Parme FC devrait changer d’actionnaire avant la fin de l’année

Le directeur général de Parme FC, Pietro Leonardi, a indiqué cette semaine à la presse que le club parmesan allait changer d’actionnaire au cours des prochaines semaines. Une décision qui devient inévitable pour un club mal en point financièrement. Les éventuels changements à la tête du club n’ont pas encore été évoqués. Explications…

Le club de Parme FC vit des heures difficiles. Le club occupe actuellement la lanterne rouge de Serie A avec 12 défaites concédées en seulement 14 journées. Une situation sportive difficile qui s’est doublée d’une crise financière : la Federazione Italiana Giuoco Calcio (FIGC) a infligé un point de pénalité au club parmesan pour retard de paiement des salaires de ses joueurs.

Alors que la situation n’est clairement pas idéale pour valoriser les actifs du club, le président-actionnaire Tommaso Ghirardi a décidé de mettre en vente le club afin de l’aider à survivre financièrement. Le niveau d’endettement de Parme FC n’ayant cessé d’augmenter au cours des dernières années – passant de 19,6 en 2009 à 50,284 M€ en 2013 – le jeune dirigeant parmesan ne souhaite plus soutenir financièrement le club. Il avait déjà présenté pour la première fois sa démission en mai 2014 suite à la non-obtention de la licence UEFA à cause d’un retard de paiement de l’impôt sur les sociétés. Mais il était alors revenu sur sa décision.

endettement parme fc

Selon les affirmations révélées par son bras droit, Pietro Leonardi, l’actuel président de Parme FC serait en négociation avancé avec un groupe d’investisseurs d’origine russes et chypriotes. L’affaire aurait même du se conclure le 10 novembre mais un retard de rapatriement des capitaux a retardé l’opération. Le nouveau groupe d’investisseurs serait prêt à débourser 7 M€ pour acheter la totalité des parts du club. Un tarif qui convient à Tommaso Ghirardi.

Les finances de Parme FC n’ont cessé de se dégrader

Entre 2009 et 2013, le club de Parme FC a accusé 9 M€ de pertes nettes. Les déficits risquent de se creuser un peu plus lors de la publication du bilan financier 2013-14. Pourtant, la perte comptable n’illustre qu’une partie d’un bilan financier qui est en réalité bien plus lourd. Au cours de l’année 2013,  Tommaso Ghirardi a été obligé de vendre l’exploitation de la marque Parme FC contre l’encaissement de 31 M€. Une cession qui diminue les actifs du club mais qui a permis à Parme d’éviter de lourdes pertes lors de l’exercice 2012-13. Alors que le club accusait un déficit opérationnel de 20 M€, la balance financière positive permet à Parme de s’en sortir avec un résultat net déficitaire de seulement 1,8 M€.

Malgré la cession d’actifs du club – qui pénalisera les revenus futurs de Parme FC – Tommaso Ghirardi a été contraint de recourir à des emprunts afin de financer les différents déficits du club. Des pertes qui s’expliquent par une masse salariale bien trop élevée compte tenu des revenus opérationnels du club. Entre 2009 et 2013, la masse salariale n’est jamais tombée en dessous du ratio de 77% des revenus opérationnels du club. Cette dernière a même excédé par deux fois les recettes du club : en 2009-10 – club évoluant alors en Serie B – et en 2012-13.

masse salariale parme fc

Pourtant, malgré ce problème salarial, les dirigeants ne se sont jamais réellement attaqués au problème. Alors que la masse salariale représentait une dépense de 20,5 M€ lors de la saison 2008-09, elle n’a cessé d’évoluer à la hausse pour atteindre 43,5 M€ en 2012-13. Une augmentation que la direction justifie par une ascension sportive.

Devant cette situation financière extrêmement délicate, Tommaso Ghirardi préfère abandonner le projet et céder le club à un actionnariat plus costaud. Le nouveau groupe d’investisseurs devrait essayer d’internationaliser l’image d’un club champion d’Europe en 1999 tout en rachetant l’entière exploitation des droits d’image de Parme FC afin d’accroitre les revenus commerciaux. En attendant, Tommaso Ghirardi attend avec impatience l’arrivée des capitaux promis afin de se désengager d’un club dans lequel il ne sera pas parvenu à restructurer son fonctionnement.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Articles populaires

To Top

Send this to a friend

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer