Stratégie

Que reste-t-il du plan Footpro 2012 ?

Alors que Frédéric Thiriez, président de la LFP, souhaite absolument réformer le football professionnel français en proposant comme mesure phare le passage d’une Ligue 1 à 18 clubs ; ce dernier avait déjà lancé un grand plan d’envergure en 2007 intitulé Footpro 2012. Sur 4 ans, le football professionnel français devait répondre à une dizaine d’objectifs. Voyons si ce plan a tenu ses promesses…

Lors d’une réunion de l’Assemblée Générale de la LFP, tenue à Metz le 16 juin 2007, le président Frédéric Thiriez dévoile à l’ensemble des dirigeants du football français ainsi qu’à la presse son plan Footpro 2012 visant à fixer les objectifs à atteindre d’ici 4 saisons. En pleine renégociation des droits TV avec les diffuseurs, le patron de la LFP souhaitait en mettre plein la vue pour faire monter les enchères. Une véritable opération séduction a été menée.

Dix objectifs ont clairement été écrits par la LFP et devaient être atteints d’ici la saison 2011-12. Très ambitieux sur le papier, ce plan devait stimuler la compétitivité du football français. De plus, il a été rédigé en 2007, juste avant la sévère crise économique qui ébranlera l’Europe. Le changement de contexte économique n’aidera pas à la concrétisation de nombreux objectifs.

Un seul objectif sur dix a été rempli

Parmi les différents objectifs, la Ligue devait atteindre le podium du classement UEFA en 2011-12 (à l’époque, la championnat était classé quatrième devant la Bundesliga), gagner la Ligue des Champions au moins à une reprise, aligner à chaque saison deux clubs en quart de finale des compétitions européennes, posséder une moitié de joueurs internationaux au sein des effectifs du championnat, être le pourvoyeur des deux-tiers de l’effectif de l’équipe de France, atteindre un chiffre d’affaires de 1,5 milliard d’euros en 2011-12, atteindre l’équilibre budgétaire de tous les clubs sans avoir recours à la balance des transferts, accroitre les recettes de billetterie pour atteindre un quart des ressources des clubs, moderniser une quinzaine de stades de Ligue 1 ou Ligue 2 et enfin obtenir l’organisation de l’Euro 2016.

Sur les 10 objectifs énoncés, seule l’organisation de l’Euro 2016 a été obtenue. Et cette victoire est autant attribuable à la LFP qu’à la FFF qui a monté le dossier de candidature. Une demi-réussite peut également être accordée à l’atteinte du chiffre d’affaires. En 2011-12, le CA de la Ligue 1 a atteint 1,243 milliard d’euros et en 2012-13, la barre fixée à 1,5 milliard d’euros est franchie grâce à la croissance des revenus du PSG. Avec un an de retard, l’objectif est donc rempli.

En revanche, l’échec le plus cuisant concerne le classement UEFA. Au lieu d’atteindre le podium en délogeant la Liga, la Premier League ou la Serie A ; la Ligue 1 a plongé au sixième rang en se faisant devancer dans l’intervalle de temps par la Bundesliga et la Liga Sagres ! Aujourd’hui, la Ligue 1 est même menacée par le championnat de Russie. Entre 2008 et 2012, aucune formation française n’a été en mesure de remporter la Ligue des Champions.

Un plan uniquement focalisé sur les objectifs

Globalement, le plan Footpro 2012 a été un échec. S’il a failli sur de nombreux points, c’est parce qu’il s’attardait plus sur les objectifs à remplir que sur les moyens pour parvenir à la réussite. Hormis la modernisation des stades (et la question du financement n’a pas été abordée) et la mutualisation de la formation (mesure qui n’a pas été réellement mise en œuvre), le plan Footpro 2012 ne détaillait pas la manière dont les clubs devaient d’y prendre pour atteindre de bons résultats dans les compétitions européennes ou conserver les stars au sein de leurs effectifs.

Frédéric Thiriez

Le président de la LFP n’a pas abandonné la volonté de réformer le championnat français.

Ce manque de clarté dans les moyens alloués était volontaire de la part de la LFP. Le plan visait avant tout à séduire les diffuseurs. La Ligue souhaitait en premier lieu mettre en avant l’objectif commun avant d’aller récupérer des moyens en favorisant la montée des enchères au niveau des droits TV. Une stratégie qui fonctionnera de ce point de vue avec l’entrée d’Orange et une augmentation des droits TV en 2008. Mais cela ne suffira pas pour remplir les objectifs de Footpro 2012.

Quels sont les objectifs de la Ligue 1 pour les prochaines saisons ?

Retenant les leçons du plan Footpro 2012, Frédéric Thiriez ne s’est pas lancé sur de nouveaux objectifs quantifiables pour les saisons prochaines. Le plan Footpro a été progressivement mis au placard, s’apercevant que les objectifs ne seraient jamais atteints. Ce dernier n’a été que très rarement évoqué au cours des dernières saisons d’application.

En homme avisé, Frédéric Thiriez a corrigé le tir. Au lieu de s’attarder sur les objectifs à remplir, le président de la LFP préfère désormais mettre en lumière les réformes permettant d’améliorer la compétitivité du championnat français. En ce sens, il ne cesse de clamer depuis le début de la saison 2013-14 sa volonté de revenir à une Ligue 1 à 18 clubs. Il pèse également sur les instances gouvernementales pour abaisser la pression fiscale frappant les clubs professionnels français. L’échec de Footpro 2012 a provoqué un changement d’exercice du pouvoir de la part de Frédéric Thiriez : il est désormais plus proche de l’action en prenant conscience des problèmes concrets  et moins dans la réalisation de plan stratégique. Un changement qui sera sans doute bénéfique pour l’ensemble de la Ligue 1.

Google Plus

Articles populaires

To Top
Tweetez
Partagez
Partagez

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer