Economie

Quelles seront les réformes présentées par le duo Dreossi – Saint-Sernin ?

Le 16 avril prochain, lors de la prochaine réunion du conseil d’administration de la LFP, les deux anciens dirigeants du Stade Rennais Pierre Dreossi et Frédéric de Saint-Sernin devraient présenter leur rapport concernant le plan de réformes à mener au sein de la LFP afin de dynamiser la compétitivité du football français. Un rapport dont de nombreux dirigeants n’en attendent pas grand-chose. Explications…

Alors que de nombreuses voix se font régulièrement entendre au cours des dernières semaines au sujet de la réforme de la gouvernance du football professionnel français, le duo d’experts composé de Pierre Dreossi et Frédéric de Saint-Sernin devrait présenter son plan de réformes au cours de la prochaine réunion du conseil d’administration de la LFP le 16 avril prochain.

D’après quelques informations divulguées par certains dirigeants et révélées dans la presse, les réformes devraient essentiellement concerner le système de promotion et de relégation entre la Ligue 1 et la Ligue 2. Ainsi, un barrage pourrait être instauré entre le 18ème de Ligue 1 et le 3ème de Ligue 2 lors des prochaines saisons afin de désigner le club récupérant le dernier ticket dans l’élite. Une aide à la descente en Ligue 2 proportionnelle au nombre d’années passées en Ligue 1 est également envisagée.

En plus de la refonte du système de promotion/relégation, des modifications à la marge concernant la répartition des droits TV sont également annoncées. Cela concerne notamment un renforcement des critères concernant l’obtention de la licence club. Un système de bonus devrait être également conçu afin de valoriser les bons parcours européens des représentants français.

Certains dirigeants de Ligue 1 évoquent un plan de « réformettes »

Malgré la possible concrétisation de certaines idées évoquées depuis longtemps par l’ensemble du football professionnel français, ce plan de réformes est déjà ouvertement critiqué avant même sa mise en place par certains dirigeants. Ils lui reprochent notamment de ne pas aller assez loin dans les réformes proposées.

Certains dirigeants de Ligue 1 regrettent notamment que les mesures concernant l’allègement du calendrier ne soient pas présentes. Le resserrement de l’élite avec une Ligue 1 à 18 clubs et la suppression de la Coupe de la Ligue sont deux sujets à propos desquels certains présidents souhaitent débattre au plus vite.

Outre les réformes, certains dirigeants vont plus loin en souhaitant mettre en place de nouvelles institutions visant à complètement refondre le mode de gouvernance du football professionnel français. Dans cette bataille, le président de l’Olympique Lyonnais semble être le meneur. Dernièrement, dans un entretien accordé à l’organe de presse News Tank Football, Jean-Michel Aulas évoquait la mise en place d’une société commerciale à l’image de ce qui existe en Premier League qui chapoterait tous les sujets commerciaux liés à la Ligue 1. Cette société ressemblerait ainsi à l’UCPF, mais réunissant uniquement les clubs de l’élite et possédant des pouvoirs élargis. Une idée qui écarterait les clubs de Ligue 2 dans le processus décisionnel concernant le fonctionnement de la Ligue 1.

Jean-Michel Aulas est suivi par plusieurs autres dirigeants de Ligue 1 concernant cette proposition, à commencer par Bernard Caiazzo, co-président de l’AS Saint-Etienne. « Oui, il faudrait que la Ligue 1 puisse gérer les sujets qui la concernent sans interférence de la Ligue 2 » a dernièrement déclaré le dirigeant stéphanois dans les colonnes de France Football.

Bien évidemment, la volonté de créer une séparation entre la L1 et la L2 dans la gouvernance du football professionnel français est ouvertement dénoncée par les dirigeants de Ligue 2. « J’ai l’impression que deux tendances s’opposent : l’une pour aller vers un foot-business, l’autre pour rester dans un football plus populaire » a ainsi dernièrement déclaré Claude Michy, président de Clermont Foot. Dernièrement, une lettre rédigée par plusieurs dirigeants de Ligue 2 (Claude Michy, Alain Orsoni, Saïd Chabane) et deux patrons de Ligue 1 (Bertrand Desplat, Jean-Pierre Caillot) a été envoyée à l’ensemble des clubs professionnels afin de dénoncer les velléités de séparation de la gouvernance des deux divisions.

frédéric thiriez droits tv internationaux

Frédéric Thiriez est étrangement silencieux concernant les débats agitant la gouvernance du football français.

Bertrand Desplat, président de l’EA Guingamp, reconnait que le football français manque actuellement de compétitivité mais il estime que les moyens évoqués pour rattraper les concurrents européens ne sont pas les bons. « D’un point de vue économique, nous sommes des amateurs par rapport aux autres championnats européens. Mais on préfère s’autoflageller en payant des consultants pour montrer nos faiblesses et nos lacunes alors qu’il faudrait mettre en avant nos qualités et nos atouts pour séduire les entreprises du CAC 40 » a alors indiqué le dirigeant breton.

L’ambiance des prochaines réunions au siège de la LFP risque d’être tendue entre les différents patrons des clubs professionnels français…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer