Droits TV

Le positionnement premium de Canal Plus nuit-il au spectacle de la Ligue 1 ?

Avec l’arrivée de BeInSports sur le marché des droits TV, Canal Plus a décidé d’adopter un positionnement premium concernant la diffusion de la Ligue 1. Un repositionnement qui a forcé la chaine à renforcer sa stratégie marketing autour de son produit phare. Mais cette redéfinition n’altère-t-elle pas la vision du jeu au profit d’un spectacle artificiel ?

Depuis bien longtemps Canal Plus essaie d’apporter une valeur ajoutée lors de la diffusion de rencontres de Ligue 1. Le principal tournant se situe lors de la saison 2005-06. La chaine cryptée avait obtenu, six mois auparavant, l’exclusivité des droits TV de la Ligue 1 pour trois saisons contre un chèque de 600 millions d’euros par an. Cela représentait à l’époque une augmentation de 60% du prix des droits TV.

Devant cet investissement important, Canal Plus a fait les choses en grand pour attirer toujours plus d’abonnés et satisfaire sa clientèle déjà fidèle. Devant le montant si important investi par Canal Plus, la Ligue de Football Professionnel ne pouvait rien refuser à son diffuseur exclusif. Ainsi, les avant-matchs ont été considérablement renforcés avec la possibilité pour les caméras de Canal Plus de filmer les coulisses des différents clubs (vestiaires, bancs de touches…). Canal Plus profite également de cette période pour accroitre l’importance de l’homme de terrain. Ce dernier se met alors à réaliser des interviews à la mi-temps ou encore en plein match auprès des remplaçants ou de l’entraineur.

Cette proximité avec les acteurs est alors unique en Europe. Encore aujourd’hui, cela reste une exception française. Lors de son premier match en tant que remplaçant au PSG, David Beckham a été extrêmement surpris d’être dérangé en plein match pour une interview. Cette pratique n’est pas commune dans les autres championnats européens.

Canal Plus renforce ses dispositifs annexes pour asseoir sa stratégie premium

Ces évolutions mises en place par Canal Plus permettent d’apporter au téléspectateur des compléments d’informations sans altérer la perception du jeu (quand les interviews en plein match ne sont pas filmées). Elles sont ainsi louables et permettent d’immerger le téléspectateur au cœur du spectacle.

Abonnement Ecofoot Premium – S’abonner à notre version premium, c’est :

  • Accéder en avant-première, sans publicité, au format magazine et en version enrichie à nos meilleures interviews
  • Bénéficier de certaines exclusivités
  • Soutenir le développement d’un média que vous appréciez




  • En revanche, des choix ont été opérés au niveau de la réalisation qui mettent en doute le confort du téléspectateur concernant la vision d’un match de football. Si ces changements ne sont pas tous propres à Canal Plus mais à l’ensemble des réalisateurs français ; la chaine cryptée a été l’instigatrice de nombreuses nouveautés. En effet, depuis quelques années, comme l’illustre une brillante enquête menée par les Cahiers du Football, les réalisateurs de Canal Plus (et d’autres chaines françaises) ont pris pour habitude de hacher copieusement la diffusion d’une rencontre footballistique. Ces derniers multiplient les plans, parfois à mauvais escient, ne permettant pas au téléspectateur d’apprécier le jeu à sa juste valeur.

    Souhaitant combler le vide à tout prix, les réalisateurs ont diminué les temps de plans larges, permettant de bien apprécier le jeu et les dispositions tactiques au détriment de plans plus resserrés, se focalisant régulièrement sur un seul joueur. Cette multiplication des plans hache la perception du téléspectateur et fausse son ressenti concernant le rythme pratiqué par les deux équipes.

    Cette nouvelle formule de réalisation a été amplifiée par Canal Plus depuis l’arrivée du concurrent BeInSports. Pour asseoir sa stratégie premium sur la Ligue 1, la chaine a multiplié les caméras spécifiques (spider cam, beck cam) afin de concentrer la réalisation sur des éléments précis (joueur individuel, surface précise…) au détriment du jeu. De plus, Canal Plus a tendance à proposer toujours plus de ralentis pour souligner le caractère haletant d’une rencontre. Toujours selon une étude des Cahiers du Football, la chaine cryptée diffuse trois fois plus de ralentis que ses concurrentes. Cette diffusion massive de ralentis s’effectue au détriment du jeu en direct.

    Les statistiques ne sont pas toujours utilisées à bon escient

    Afin d’apporter toujours plus de valeur ajoutée aux téléspectateurs, Canal Plus a également introduit l’ère des statistiques au sein des diffusions footballistiques. Ainsi, la chaine cryptée n’hésite pas à divulguer en cours de match des taux de passes réussies, les niveaux de ligne de récupération ou encore les kilomètres parcourus par tel joueur… A la mi-temps (ou en plein match !), la chaine utilise également sa palette pour analyser une phase de jeu précise.

    palette canal plus

    La « palette » n’est pas toujours utilisée à bon escient par Canal Plus.

    Cependant, les statistiques fournies par Canal Plus et regardées par l’ensemble du milieu footballistique sont loin de favoriser le spectacle ! Cet aspect est plutôt troublant pour un média qui a toujours essayé de mettre en valeur la Ligue 1.

    En effet, les statistiques s’attardent souvent sur des données n’encourageant pas la prise de risque. Le taux de passes réussies ne donne aucune réelle indication sur la qualité de jeu pratiquée : une équipe peut très bien faire tourner le ballon au sein de sa ligne défensive pendant de longues minutes. Cette statistique, à laquelle de nombreux experts portent une grande attention, n’encourage pas la créativité. Mieux vaut faire une passe courte à un partenaire en retrait pour soigner son taux plutôt qu’une ouverture lumineuse en profondeur vers un attaquant. Ainsi, Canal Plus et les divers diffuseurs français communiquent très peu sur des statistiques favorisant la prise d’initiative : dribbles réussis, tacles réussis, touches de balle avant de libérer le ballon, temps de possession dans le camp adverse…  Cette utilisation des statistiques pratiquée aujourd’hui par l’ensemble des diffuseurs encourage les techniciens de Ligue 1 à maintenir la pratique d’un jeu défensif, où la première consigne consiste à ne pas prendre de but ou à ne pas perdre le ballon rapidement.

    De même, lors de l’utilisation de la palette, les consultants ont tendance à monter en épingle des actions banales apprises très tôt en école de foot. Lors du dernier ASM-PSG, la palette proposée par le journaliste Philippe Doucet à la mi-temps s’est intéressée à un pressing gagnant exercer par les joueurs offensifs de l’ASM sur le milieu récupérateur parisien Marco Verratti. Cette phase de jeu a en effet été bien orchestrée par l’ASM mais elle ne revêt pas un caractère exceptionnel. Elle met juste en lumière une bonne disposition tactique défensive…

    La chaine cryptée Canal Plus a été l’instigatrice de nombreuses évolutions technologiques qui ont amélioré le confort du téléspectateur et qui ont souvent été copiées par ses concurrents. Cependant, elle ne doit pas oublier que le cœur du spectacle se situe dans le jeu pratiqué. Dernièrement, afin de toujours mieux répondre à son positionnement premium, le groupe a sorti la Canal Football App permettant à l’abonné de revoir les plus belles actions sous l’angle de vue souhaité. De nombreux amateurs choisiront alors le plan large, qui se fait de plus en plus rare lors des retransmissions en direct…

    Google Plus

    Articles populaires

    To Top

    Send this to a friend

    En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer