Economie

La Premier League affiche un bénéfice record

Pour la première fois depuis 15 ans, le championnat de Premier League enregistre un résultat avant impôt bénéficiaire lors de l’exercice 2013-14. La compétition anglaise a même atteint un record de profits depuis sa création qui laisse augurer un bel avenir pour l’élite du football professionnel anglais. Explications…

Le cabinet Deloitte a dévoilé cette semaine un bénéfice record avant impôt de l’ordre de 190 M£ concernant l’exercice 2013-14 de Premier League. Ainsi, les 20 clubs de D1 anglaise cumulent des profits record depuis la création de la compétition sous sa forme actuelle. Le meilleur bilan enregistré par le championnat remontait à la saison 1997-98 avec seulement 49 M£ de profits.

En plus de quadrupler son précédent record de profits, le résultat financier enregistré par le championnat de Premier League lors de la saison 2013-14 tranche complètement avec les pertes accumulées à hauteur de 2,6 milliards de livres au cours de la décennie précédente. La saison 2013-14 constitue le premier exercice financier excédentaire du championnat anglais depuis plus de 15 ans.

La Premier League a combiné une hausse de ses recettes avec une maitrise des coûts

La saison 2013-14 marque la première année de réévaluation des droits TV du championnat de Premier League concernant la période 2013-16. Ainsi, les 20 clubs de l’élite anglaise se sont partagés 1,5 milliard de livres de recettes télévisuelles provenant des droits TV domestiques et internationaux du championnat. Une inflation des recettes TV qui a largement contribué à une hausse globale des revenus de l’ordre de 29% au sein du championnat par rapport à la saison 2012-13. Pour la première fois, la Premier League a dépassé la barre symbolique des 3 milliards de livres de recettes pour atteindre 3,3 milliards de livres.

Dans le même temps, les clubs de Premier League ont parfaitement maitrisé leurs coûts. Ainsi, la masse salariale globale de Premier League a seulement progressé de 100 M£, passant de 1,8 milliard de livres en 2012-13 à 1,9 milliard de livres en 2013-14. « Lors des premières années des deux précédentes renégociations TV, respectivement 56% et 81% de la hausse de revenus était absorbée par l’inflation de la masse salariale. Au cours de la saison 2013-14, le ratio est tombé à 20% » a ainsi indiqué Dan Jones, consultant pour le cabinet Deloitte, afin d’expliquer les bonnes performances économiques de la Premier League.

Clairement, la mise en place du fair-play financier au niveau domestique et européen a contribué à stabiliser le niveau de charges des clubs anglais. Des formations comme Chelsea FC – qui cumulait des pertes financières abyssales lors des années précédentes – ont revu leur modèle économique afin de devenir des clubs auto-suffisants financièrement.

bilan financier chelsea fc 2013-14

Chelsea FC a totalement revu son modèle économique au cours des dernières années.

Avec le maintien des dispositifs de contrôle financier et la nouvelle hausse programmée des droits TV du championnat à l’horizon 2016-17, la Premier League devrait maintenir ses bonnes performances financières et accumuler des profits au cours des prochains exercices. Des perspectives qui encourageront sans doute de nouveaux investisseurs à s’intéresser aux clubs anglais. « De tels profits présenteront une belle opportunité pour les clubs afin d’investir dans leurs infrastructures et centres de formation. Et ils renforceront également l’attractivité des clubs auprès de potentiels investisseurs. Désormais, les clubs de Premier League peuvent remporter des trophées tout en étant des structures rentables » a ainsi conclu Dan Jones.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer