Economie

La Premier League retrouve une bonne santé financière

Alors que la Premier League n’a cessé d’accuser de lourdes pertes financières au cours des dernières années, une étude réalisée dernièrement par le cabinet Deloitte met en évidence l’embellie financière des clubs de l’élite anglaise. Evidemment, la hausse des revenus opérationnels soutenue par une explosion des droits TV contribue lourdement à ce revirement de situation. Explications…

D’après la 24ème édition du rapport « Review of Football Finance » délivrée par le cabinet Deloitte, l’ensemble des 20 clubs de Premier League ont généré des revenus à hauteur de 3,26 milliards de livres lors de la saison 2013-14. Cela constitue bien évidemment un record de recettes avec une progression de 29% par rapport à la saison 2012-13. Son plus proche concurrent européen, la Bundesliga, a généré dans le même temps un revenu de 2,3 milliards d’euros.

Bien évidemment, cette hausse des revenus est majoritairement due au nouveau contrat de droits TV obtenus par la Premier League concernant la période 2013-16. La hausse des recettes télévisuelles est responsable de 78% de la progression des revenus du championnat. Néanmoins, selon les affirmations de Dan Jones, partenaire chez Deloitte, les efforts menés par les formations de Premier League en matière d’accroissement des revenus de billetterie et commerciaux devraient permettre au championnat anglais de devenir le leader européen au sein des trois catégories structurant les revenus opérationnels des clubs dès la saison 2014-15.

Si la hausse des revenus est une excellente nouvelle pour la Premier League, l’amélioration de la rentabilité financière du championnat constitue un véritablement soulagement. Après plus d’une décennie de pertes – le dernier exercice positif remontait à la saison 1998-99 – le championnat de Premier League a enregistré un résultat avant impôt positif de 187 M£ au cours de l’exercice 2013-14. Et encore, ce résultat est minimisé par les dépenses folles réalisées par les clubs sur le marché des transferts : le résultat opérationnel culmine à 614 M£ de profits !

Le Championship se porte mal

Si la hausse des revenus opérationnels explique ce bon résultat financier, les règles contraignantes mises en place dans le cadre du fair-play financier européen et britannique ont permis de limiter l’accroissement des charges pesant sur les clubs et notamment la masse salariale. Alors que cette dernière représentait encore 71% des revenus opérationnels des clubs lors de la saison 2012-13, le ratio est tombé à 58% en 2013-14.

La hausse globale des revenus au sein du football professionnel du pays profite évidemment au fisc britannique. L’activité des 92 clubs composant les quatre divisions professionnelles du football anglais a rapporté environ 1,4 milliard de livres de rentrées fiscales.

leeds united santé financière

Certains clubs de Championship à l’image de Leeds United connaissent de gros déficits opérationnels à cause d’une masse salariale trop élevée

Enfin, si la Premier League retrouve une bonne santé financière, ce n’est pas encore le cas du Championship (D2 anglaise) au sein duquel les clubs entretiennent des masses salariales beaucoup trop élevées. Au cours de la saison 2013-14, les clubs ont supporté une masse salariale de 518 M£ contre des revenus opérationnels s’élevant à 491 M£. Un ratio de 105% qui est similaire à celui de la saison passée (106%) et qui illustre les risques pris par les clubs pour pouvoir jouer la montée en Premier League, permettant de percevoir le jackpot des droits TV. Au total, les clubs de Championship ont accumulé 222 M£ de pertes opérationnels et 247 M£ de pertes avant impôt au cours de l’exercice 2013-14.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Articles populaires

To Top
Tweetez
Partagez2
Partagez3

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer