Droits TV

La Premier League prépare son appel d’offres concernant les droits TV 2016-19

La direction de la Premier League a divulgué ce week-end les premières conditions concernant l’appel d’offres des droits TV du championnat pour la période 2016-19. Disposant déjà des recettes télévisuelles les plus lucratives d’Europe, la Premier League souhaite rattraper son retard sur les grands sports US. Explications…

Lors du BPL Live qui s’est tenu ce week-end à Bombay (Inde), le patron du championnat anglais Richard Scudamore a énoncé les premières conditions concernant l’appel d’offres qui démarrera début 2015 au sujet des droits TV domestiques et internationaux de la Premier League pour la période 2016-19. Si certaines conditions relayées par la presse britannique depuis déjà plusieurs semaines ont été retenues, d’autres ont été mises en suspens face à la véhémence des supporters.

Richard Scudamore a ainsi annoncé la création d’une nouvelle case horaire concernant l’organisation des journées de Premier League à compter de la saison 2016-17. Entre 10 et 15 matchs par saison seront disputés le vendredi soir, case complètement délaissée par la Premier League jusqu’à présent. La création de ce nouvel horaire permet à la Premier League de commercialiser plus de rencontres : au lieu de 154 matchs actuellement commercialisés aux diffuseurs par saison, la Premier League pourra désormais vendre 168 rencontres par exercice aux différents groupes télévisuels.

Richard Scudamore en a également profité pour rentrer dans les détails de l’appel d’offres concernant le marché domestique. Les 168 rencontres commercialisées par an seront regroupées en 7 packs : 5 packs de 28 matchs et 2 packs de 14 rencontres. Un opérateur ne pourra s’offrir plus de 126 matchs par saison afin de maintenir une concurrence au sein du marché domestique.

En revanche, le patron de la Premier League a démenti toute délocalisation d’une journée de Premier League à l’étranger. Alors qu’il s’était montré favorable dans la presse dans un passé récent, Richard Scudamore a reculé devant cette mesure face à la colère manifestée par les supporters anglais de Premier League. « Les clubs sont favorables à approfondir l’idée d’organiser une journée de Premier League à l’étranger mais nous ne sommes pas encore prêts » a alors commenté Richard Scudamore devant la presse anglaise. S’il ne cache pas son soutien à cette opportunité, il a également affirmé fermement que cette journée « internationale » ne serait pas organisée avant la saison 2019-20.

Abonnement Ecofoot Premium – S’abonner à notre version premium, c’est :

  • Accéder en avant-première, sans publicité, au format magazine et en version enrichie à nos meilleures interviews
  • Bénéficier de certaines exclusivités
  • Soutenir le développement d’un média que vous appréciez




  • La Premier League s’attend à une forte réévaluation de ses droits TV

    Sur la période 2013-16, la Premier League perçoit déjà les recettes télévisuelles les plus importantes pour une compétition nationale européenne. En effet, le championnat anglais reçoit près de 2 milliards de livres par saison en provenance des différents acquéreurs des droits. Les opérateurs domestiques (Sky Sports et BT) reversent un peu plus de 1 milliard de livres par saison pour retransmettre les rencontres de Premier League. Le championnat génère également plus de 900 millions de livres en provenance des droits TV internationaux, ventes de magasines ou encore en droits digitaux.

    richard scudamore

    Richard Scudamore a renoncé à son idée de délocaliser une journée de Premier League à l’étranger afin d’accroître sensiblement les droits TV dans le pays hôte.

    Se situant sur la troisième marche du podium mondial, seules la NFL (4,14 milliards de livres) et la MLB (1,94 milliard de livres) devancent actuellement la Premier League en matière de recettes télévisuelles. Clairement, Richard Scudamore espère se rapprocher des droits TV du football américain lors du prochain appel d’offres tout en distançant le championnat de baseball.

    Pour accroître les droits TV de la compétition, le Board de la Premier League compte jouer sur plusieurs tableaux. Tout d’abord, la direction du championnat anglais espère réaliser son appel d’offres au sein d’un marché domestique toujours plus concurrentiel. Richard Scudamore envisage notamment une surenchère du groupe qatari BeIN Sports sur le marché britannique afin de s’adjuger plusieurs lots. Ce nouvel acteur devrait favoriser une appréciation des droits TV en Grande-Bretagne.

    La direction de la Premier League compte également sur une forte hausse des droits TV internationaux du championnat. Si Richard Scudamore a du faire marche arrière concernant la délocalisation d’une journée de Premier League, il met tout en place pour accroître la notoriété du championnat anglais à l’étranger. Avec l’aide de nombreux patrons de Premier League, il organise de nombreux événements à travers le monde afin d’amplifier la notoriété de la compétition. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les conditions du futur appel d’offres concernant la période 2016-19 ont été annoncées durant le Barclays Premier League Live de Bombay.

    L’Inde constitue un des huit marchés clés au sein desquels la Premier League compte accroître significativement ses droits TV. Passés de 29 M£ par an sur la période 2010-13 à 93 M£ annuel sur 2013-16, la Premier League espère obtenir plus de 150 M£ de droits TV en provenance du marché indien sur la période 2016-19.

    Si le développement des revenus télévisuels sur les différents marchés émergents constitue une priorité pour la direction de la Premier League, le Board n’en oublie pas pour autant ses marchés historiques. Conçue au départ pour vendre plus de rencontres aux diffuseurs domestiques, la case du vendredi soir s’adapte parfaitement aux exigences du marché européen. Une initiative qui devrait permettre à la Premier League de rehausser ses recettes télévisuelles sur des marchés où il perçoit déjà des revenus importants.

    Grâce à la concurrence entre diffuseurs sur le marché domestique, la hausse de popularité sur les marchés émergents et l’adaptation du championnat aux contraintes des marchés historiques, la direction de la Premier League espère réduire l’écart avec la NFL en termes de recettes télévisuelles. Pour optimiser au maximum l’appel d’offres, le Board compte également sur un parcours européen exceptionnel cette saison de la part de ses représentants en Ligue des Champions. Le PSG et l’AS Monaco, adversaires respectifs de Chelsea FC et Arsenal FC, sont prévenus…

    Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

    Articles populaires

    To Top

    Send this to a friend

    En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer