Stratégie

Le Brexit décimerait-il les effectifs de Premier League ?

brexit chamboulement premier league

Alors qu’un référendum sera organisé en juin prochain au sujet de l’avenir du Royaume-Uni au sein de l’Union Européenne, les enjeux de ce scrutin semblent bien plus importants que prévu pour le championnat de Premier League. D’autant que de lourdes incertitudes planent en cas de victoire du camp du Brexit. Explications…

Certains dirigeants de clubs de Premier League ont compris l’enjeu de ce référendum depuis bien longtemps. Le camp en faveur du maintien du Royaume-Uni au sein de l’Union Européenne est mené au sein du football anglais par Karren Brady, vice-présidente de West Ham United et proche de David Cameron au sein du parti conservateur. La dirigeante du club londonien encourage tous ses homologues du championnat anglais à prendre position dans la campagne et à militer en faveur de l’Union Européenne. Règle qu’elle s’applique à elle-même en intervenant au sein de nombreux médias internationaux pour défendre son point de vue.

Mais quelles seraient au juste les conséquences du Brexit pour le football anglais ? A l’heure où nous évoquons ce sujet, les contours d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne sont encore très flous. Néanmoins, la principale préoccupation des clubs anglais se situe au niveau de la remise en cause de la libre-circulation des travailleurs européens. Une sortie de l’UE pourrait encourager la FA à obliger les joueurs européens à obtenir un permis de travail afin de pouvoir évoluer en Premier League.

Or, les conditions d’obtention de ce permis de travail – actuellement appliqué aux joueurs possédant une nationalité en-dehors de l’European Economic Area (EEA) – ont été durcies à l’été dernier par la fédération anglaise et le Home Office. Désormais, un club anglais ne peut plus recruter un joueur possédant une nationalité dont la sélection est classée au-delà de la 50ème place au ranking FIFA. De plus, le joueur doit remplir un certain taux de sélections au cours des deux dernières années en fonction du classement de son équipe nationale. La durée prise en compte est ramenée à 1 an pour les joueurs de moins de 21 ans.

obtention permis de travail premier league

En plus d’un renforcement des conditions de base, la FA a également revu les conditions d’appel permettant à un joueur d’obtenir le précieux visa. Alors que les joueurs remportaient leur sésame pour la Premier League dans 79% des cas en appel, la fédération anglaise a désormais pris soin de construire un barème exhaustif permettant désormais de définir finement les conditions donnant lieu à livraison du permis de travail en appel.

Si de telles mesures étaient mises en place actuellement en Premier League, plus d’une centaine de joueurs provenant de l’espace européen ne satisferaient pas les conditions d’obtention d’un permis de travail en première instance d’après une étude menée par The Guardian ! Le club le plus affecté serait Newcastle United avec 9 éléments ne remplissant pas les conditions dont les joueurs français Florian Thauvin, Sylvain Marveaux, Emmanuel Rivière et Gabriel Obertan ! Le club qui s’en sortirait le mieux est Crystal Palace avec seulement un joueur ne satisfaisant pas les critères (Brede Hangeland).

Cependant, l’application d’une telle mesure en Premier League est encore loin d’être un scénario réaliste. Tout d’abord, le peuple britannique n’a pas encore voté au référendum. Et même si le départ du Royaume-Uni venait à être acté, il pourrait néanmoins négocier son entrée dans l’EEA (permettant la libre-circulation des travailleurs européens). Enfin, une telle mesure serait difficilement applicable rétroactivement !

La mise en place d’un permis de travail à destination des joueurs de l’EEA est en revanche une hypothèse qui plait aux dirigeants de la fédération anglaise. Cette dernière est en désaccord depuis de nombreuses années avec la politique de la Premier League qui n’investit pas assez, selon elle, dans la formation ; privilégiant les transferts onéreux afin de recruter des joueurs évoluant dans les championnats étrangers.

Selon Stefan Szymanski, professeur en management du sport à l’Université de Michigan et auteur de Les attaquants les plus chers ne sont pas ceux qui marquent le plus, le renforcement des restrictions à l’encontre des joueurs européens ne seraient pas favorables aux petits clubs anglais. « Si les restrictions étaient réellement renforcées, cela créerait une pénurie de joueurs de talents sur le marché anglais. Et les grands clubs profiteraient de cet avantage pour dominer encore plus » indique ainsi l’économiste.

Dernièrement, la Russie est allée encore plus loin en diminuant le quota de joueurs étrangers titularisés lors de chaque rencontre de championnat. Cette restriction a créé une véritable bulle autour des meilleurs joueurs russes tout en diminuant la compétitivité à court terme du championnat national. Et pour le moment, nous ne possédons pas assez de recul pour mesurer les effets d’une telle politique sur le niveau de la sélection nationale…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire foot-business. 


Source photo à la Une : © Capture vidéo West Ham United FC (Youtube)

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer