Economie

La Premier League cherche de nouveaux actionnaires

Alors qu’ils génèrent des recettes très importantes, certains propriétaires de club de Premier League ont dernièrement clamé leur intention de vendre leur acquisition. Pourquoi cherchent-ils à se délester de structures générant des chiffres d’affaires importants ? Ecofoot.fr a enquêté…

Assem Allam, président-actionnaire de Hull City, a dernièrement affirmé son intention de vendre un club qu’il a acheté quatre ans auparavant. Dans une lettre s’adressant aux médias et envoyée le 11 septembre à de nombreuses rédactions, le président de Hull City a affirmé que le club était mis en vente depuis le 10 avril, au lendemain de la décision du comité de la Premier League de refuser le changement de nom du club.

Clairement, le président du club résidant à Kingston-upon-Hull a fait savoir que son intention de céder le club était liée au refus de la Premier League de rebaptiser Hull City en Hull Tigers. Une décision qui pourrait faire sourire si l’avenir financier de Hull City n’était pas en jeu.

Selon Assem Allam, le club de Hull City ne pourra jamais devenir une structure rentable capable de rivaliser avec les meilleurs éléments de Premier League sans changement de nom, et ce malgré les importantes recettes télévisuelles perçues par le club. Sans changement de nom (passage de Hull City en Hull Tigers), le club ne peut construire une marque internationale capable d’attirer des partenaires aux quatre coins du monde selon les dires de son président. Et sans accroissement des revenus commerciaux via une internationalisation du club, Assem Allam ne peut mettre à exécution le plan conçu pour le club.

En avril dernier, le comité de direction de la Premier League a refusé la demande officielle opérée par Assem Allam au sujet du changement de nom du club. Sous la pression des supporters du club – le club de Hull City possède ce nom depuis sa création en 1904 – Richard Scudamore, patron de la Premier League, s’est opposé publiquement à la volonté du président de Hull City. Accusé par ses détracteurs de détruire l’âme du championnat de Premier League en acceptant les capitaux du monde entier, Richard Scudamore n’a pu prendre position en faveur de la requête d’Assem Allam.

Abonnement Ecofoot Premium – S’abonner à notre version premium, c’est :

  • Accéder à 100% des contenus Ecofoot
  • Bénéficier de nos meilleurs contenus au format magazine
  • Soutenir le développement d’un média que vous appréciez




  • Cependant, Assem Allam n’a pas encore complètement écarté l’éventualité de gagner la bataille concernant le changement de nom du club. Si l’homme d’affaires égyptien de Hull City a nié avoir fait appel de la décision auprès du Tribunal Arbitral du Sport, il a confirmé son intention de faire appel de la décision devant le comité de direction de la Premier League. Ce dernier doit à nouveau se réunir dans les mois à venir afin d’étudier les nouveaux éléments apportés par le président. Si Assem Allam obtenait gain de cause, il serait prêt alors à poursuivre l’aventure.

    Tottenham Hotspur pourrait changer d’actionnaire

    Si la décision de vendre le club de Hull City en raison d’une opposition au changement de nom du club parait être démesurée, elle en demeure pas moins préoccupante pour les supporters. Lors des quatre derniers exercices (2010-14), le club a accusé un déficit supérieur à 68 M£. Malgré l’accession en Premier League avec ses lucratifs droits TV, le club a tout de même accusé un résultat net négatif de l’ordre de 11 M£ pour l’exercice 2013-14 selon Assem Allam (chiffre à confirmer lors du dévoilement officiel des comptes du club). Tous les déficits connus lors des quatre derniers exercices ont été financés par des augmentations de capital ou des abandons de créances opérés par l’actionnaire du club. Cette lecture financière des comptes explique la volonté de l’actionnaire de modifier rapidement le modèle économique du club en construisant une marque de notoriété internationale.

    résultats nets hull city

    Si la mise en vente de Hull City est avérée, des rumeurs ont circulé cette semaine au sujet d’un changement d’actionnaire au sein d’une autre formation de Premier League. Le groupe américain Cain Hoy serait rentré en négociation avec Joe Lewis, actuel propriétaire de Tottenham Hotspur, pour racheter le club londonien.

    Si la direction de Tottenham Hotspur a démenti un changement actionnarial, elle a confirmé des discussions avec de nouveaux partenaires susceptibles d’entrer dans le capital du club. Actuellement, la direction du club londonien cherche à finaliser un plan de financement de nouveau stade estimé à plus de 400 M£.

    En coulisse, il se murmure que Joe Lewis serait enclin à céder le club de Tottenham. Les multiples recours judiciaires réalisés à l’encontre du permis de construire du nouveau stade de Tottenham ont lassé Joe Lewis. Ce dernier aurait ainsi remis en question sa volonté de demeurer à long-terme actionnaire majoritaire du club.

    Pour Joe Lewis, le projet de construction du nouveau stade constitue la clé de voute de la stratégie de croissance de Tottenham. Au sein du complexe de Northumberland, Joe Lewis compte édifier un véritable complexe économique réunissant le stade, différents hôtels et bars autour du club. Un changement de stade qui doit aider le club à générer des revenus « matchday » bien plus conséquents.

    Si Joe Lewis est prêt à discuter avec de potentiels investisseurs, ce dernier compte tout de même réaliser une jolie plus-value financière. En effet, ce dernier souhaite récupérer dans la transaction une somme estimée à 1,2 milliard d’euros alors qu’il avait acheté en 2001 le club pour 25 M€. Un montant qui pourrait dissuader les éventuels investisseurs intéressés…

    Google Plus

    Articles populaires

    To Top

    Send this to a friend

    En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer